Retour aux sources pour PLB International

Publié le 10/10/2019 à 15:27, mis à jour le 11/10/2019 à 09:55

Retour aux sources pour PLB International

Publié le 10/10/2019 à 15:27, mis à jour le 11/10/2019 à 09:55

(Photo: 123RF)

PME DE LA SEMAINE.  Après avoir conquis plus de 35 pays avec ses aliments pour chiens et chats, PLB International veut consolider sa position sur les marchés québécois et canadiens. La PME de Boucherville, qui souffle ses 50 bougies, mise sur le développement durable et une liste d’ingrédients simplifiée pour continuer de séduire les propriétaires d’animaux domestiques.

« C’est presque un exploit pour une petite entreprise comme la nôtre d’avoir réussi à se tailler une place dans ce marché où les concurrents sont des multinationales dont le chiffre d’affaires se compte par milliards et s’appellent Procter & Gamble, Nestlé ou Purina », s’exclame Jocelyn Brasseur, président de PLB International. Il faut dire que la PME, qui fabrique les produits 1st Choice et Pronature en plus de concocter certaines marques privées, a vite développé sa niche. Cette entreprise est la seule au Québec à préparer de la nourriture par « extrusion », un procédé permettant de conserver une haute teneur de vitamines et de minéraux et d’augmenter la « digestibilité » des aliments, précise-t-il.

Ainsi, que ce soit en Russie, à Singapour ou même en Pologne, ces croquettes préparées entièrement à Boucherville sont vendues dans des boutiques spécialisées, comme les animaleries, plutôt qu’en épicerie. « Nous avons été de petites vedettes à l’international parce que nous sommes arrivés dans des marchés qui étaient encore sous-développés », décrit le président. En effet, dans plusieurs endroits sur la planète, chiens et chats étaient nourris avec les restes de tables. Mais l’émergence d’une certaine classe moyenne a changé la donne et les nouveaux propriétaires optent maintenant pour des produits concoctés spécialement pour leur compagnon. « Nous avons donc fait du volume très rapidement dans ces pays où les ventes sont en croissance de 30 % ou 40 % par année », ajoute-t-il.

PLB International mise aussi sur la recherche et développement pour se tenir à l’affût et « dépasser [ses] meilleurs concurrents », indique Jocelyn Brasseur. Pour y arriver, l’entreprise dispose même d’une petite ferme où une trentaine de chiens et de chats servent de goûteurs. Par exemple, la tendance à une alimentation simplifiée, avec une liste d’ingrédients courte, influence l’assiette des humains pour celle de leurs animaux. C’est pourquoi la PME a lancé dernièrement la gamme Pronature Life, préparée avec peu d’ingrédients et des aliments que l’on connaît, comme le poulet, le riz ou la patate douce.

Fabriqués ici

Au fil des années, jouer la carte du Canada — un synonyme de qualité — a ouvert à la PME plusieurs portes à l’étranger. Une stratégique que PLB International aimerait maintenant appliquer au pays, alors que la tendance est au local. En plus de travailler à augmenter la part d’ingrédients d'ici dans ses croquettes, la PME cherche également des solutions pour diminuer l’empreinte écologique de ses emballages.

Si aujourd’hui 65 % de la production de PLB International est destinée au marché mondial, Jocelyn Brasseur aimerait diminuer cette proportion. Sans trop entrer dans les détails, le président explique vouloir mettre de l’avant les produits d’ici dans les allées des animaleries du Québec et du reste du Canada, en concentrant d’abord ses efforts sur l’Ontario. L’entreprise travaille aussi sur de nouveaux aliments, dont le petit dernier devrait arriver sur les tablettes en 2020. « Dès qu’on lance un produit sur le marché, il faut réfléchir au suivant », indique-t-il. Une recette qui semble fonctionner pour la PME.

PLB International en quelques chiffres

- Année de fondation : 1969

- Siège social : Boucherville

- Nombre d’employés : 130

- Chiffre d’affaires : confidentiel

- Principaux marchés desservis : Plus de 35 pays notamment en Europe de l’Est, en Asie, dans le Nord-Est américain et en Amérique centrale

- Objectif pour la prochaine année : Continuer à innover dans le développement de nouveaux produits

 

 

À suivre dans cette section


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

Sur le même sujet

Une industrie en pleine mutation

Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE. Environ 70 % de la production agricole de la province est transformée, selon le ministère...

Des nouvelles des entreprises

Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne

TRANSFORMATION ALIMENTAIRE. Les choses bougent vite pour les plus grandes entreprises de transformation alimentaire...

OPINION Les aliments ultra-transformés sur la sellette
Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne
Des aliments victimes de leur succès
Édition du 05 Octobre 2019 | Jean-François Venne
Le classement 2019 des grands de la transformation alimentaire
Édition du 05 Octobre 2019 | Emanuelle René de Cotret

À la une

Brèche de sécurité liée au système de paye Phénix

Plusieurs milliers de fonctionnaires fédéraux ont été victimes d’une brèche de sécurité.

Dollarama perd 4,3%, voici pourquoi

Les appels de la part de clients inquiets mettent un analyste sur deux pistes.

Bombardier recule en Bourse après la vente de sa division ferroviaire à Alstom

Mis à jour à 16:46 | La Presse Canadienne

L’annonce d’une transaction avec Alstom marquait la fin du redressement de Bombardier entamé il y a cinq ans.