Québec lance l'offensive du virage numérique

Publié le 29/03/2021 à 11:43

Québec lance l'offensive du virage numérique

Publié le 29/03/2021 à 11:43

Par La Presse Canadienne

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon (Photo: Jacques Boissinot pour La Presse Canadienne)

Pour aider les entreprises à prendre le virage numérique, le gouvernement Legault a commencé, lundi, à distribuer une enveloppe de 130 millions $ afin de les appuyer.

Dans le cadre de l’Offensive de transformation numérique (OTN), l’organisme Inno-centre et Groupe BIM ont reçu des contributions non remboursables de 33,7 millions $ pour épauler les entreprises souhaitant entreprendre ou consolider une démarche de transformation numérique.

L’annonce a été effectuée par le ministre de l’Économie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon, la ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale Jean Boulet.

Au cours des deux prochaines semaines, c’est environ 50 millions $ qui seront déployés. Selon Québec, il sera ainsi possible d’accompagner quelque 8000 entreprises et d’en sensibiliser plus de 43 000 autres aux enjeux entourant la transformation numérique. Le reste des 130 millions $, qui avaient été annoncés dans la mise à jour économique automnale, sera distribué plus tard cette année.

Le concept de numérisation ratisse large : il peut par exemple concerner un projet de plateforme transactionnelle et de gestion des stocks pour un détaillant et d’outils de planification de projets pour une entreprise du secteur de la construction.

Évalué à 43,8 millions $, le projet d’Inno-Centre recevra 20 millions $ de Québec pour accompagner des petites et moyennes entreprises (PME) en leur offrant par exemple des services-conseils pour identifier ce qu’il faut mettre de l’avant pour accélérer leur virage numérique.

Pour sa part, Groupe BIM obtiendra 13,7 millions $ du gouvernement Legault, ce qui lui permettra de réaliser « plus de 350 diagnostics numériques » dans le secteur de la construction.

 

130 millions de dollars pour le virage numérique

Plus que jamais, les petites et moyennes entreprises (PME) doivent prendre le virage numérique. Dans l’espoir de l’accélérer, le gouvernement Legault se prépare à distribuer une enveloppe de 130 millions $ pour les appuyer.

Cette initiative, dont le coup d’envoi sera donné lundi, pourrait permettre d’accompagner jusqu’à 20 000 entreprises et d’en sensibiliser plusieurs dizaines de milliers d’autres à cet enjeu.

« Il y en a plusieurs (PME) qui réalisent qu’elles auraient dû commencer avant la crise, a expliqué le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, au cours d’une entrevue téléphonique. La pandémie a fait réaliser à beaucoup de gens que c’est un passage obligé. »

Lundi, M. Fitzgibbon sera accompagné de la ministre déléguée à l’Économie, Lucie Lecours, et du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

Dans un premier temps, Québec confiera 50 millions $ à des organismes, dont le nom n’a pas encore été divulgué, qui auront le mandat d’offrir des services-conseils aux PME. Le reste des 130 millions $, qui avaient été annoncés dans la mise à jour économique automnale, sera distribué plus tard cette année.

M. Fitzgibbon a expliqué que ce sont les secteurs de la restauration, du commerce de détail, du tourisme, de la culture et de la construction qui seront ciblés au départ.

« C’est en quelque sorte un audit technologique pour permettre d’arriver avec un plan, a-t-il dit. Après cela, l’entrepreneur va décider ce qu’il veut faire (...) et Investissement Québec pourrait aider avec des prêts ou des investissements en capital−actions. »

Pour aller de l’avant avec la réalisation des projets de numérisation, le ministre a notamment évoqué l’initiative Productivité innovation du bras financier de l’État, qui vise des financements de 2,4 milliards $.

Ces mesures s’ajoutent également aux annonces du budget déposé jeudi dernier par le ministre des Finances, Eric Girard. Pour encourager les investissements dans la technologie et les solutions informatiques, Québec a notamment doublé le crédit d’impôt à l’investissement et à l’innovation jusqu’au 31 décembre 2022.

 

Ressources limitées

De l’avis de M. Fitzgibbon, cette offre de service-conseil est nécessaire alors qu’un peu moins de 97 % des PME comptent moins de 50 employés. Leurs ressources internes sont donc limitées, selon lui.

Le concept de numérisation ratisse large: il peut par exemple concerner un projet de plateforme transactionnelle et de gestion des stocks pour un détaillant et d’outils de planification de projets pour une entreprise du secteur de la construction.

Si le gouvernement Legault se dit prêt à mettre des sommes sur la table en aide directe, il ne financera pas la totalité d’un projet, a précisé M. Fitzgibbon, en ajoutant s’attendre à ce que « l’entrepreneur mette aussi la main dans sa poche ».

« Il pourrait s’agir d’un minimum de 25 % (pour l’entrepreneur), a dit M. Fitzgibbon. On va se garder une flexibilité. On ne financera pas 100 % d’un projet. Cela pourrait être un coup d’épée dans l’eau ou indiquer que l’engagement de l’entrepreneur n’est peut-être pas aussi grand que prévu. »

Une accélération du virage numérique des entreprises constituerait l’une des façons, pour le Québec, de combler une partie de son retard en matière de productivité.

D’après le plus récent bilan Productivité et prospérité au Québec du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal, publié en décembre dernier, le Québec se classait en queue de peloton sur un groupe de 30 provinces et pays étudiés. Le niveau de productivité du travail du Québec se trouve également sous la moyenne de 20 pays qui font partie de l’Organisation de coopération et de développement économiques.

 

À la une

Québec scellera bientôt le sort de Lithium Amérique du Nord

16/04/2021 | François Normand

ANALYSE - Trois entreprises seraient encore dans la course pour acheter la minière: une québécoise et deux étrangères.

Entrepreneuriat: le «trou noir» afflige le Québec

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

La pérennité des nouvelles entreprises est faible dans la province, démontre une étude de l’UQTR.

La devise des entrepreneurs québécois: «Je veux changer le monde»

16/04/2021 | Emmanuel Martinez

Contrairement à ceux de l'étranger, les entrepreneurs québécois veulent «changer le monde», selon une étude de l'UQTR.