PME: une vague d'optimisme déferle au Québec

Publié le 25/02/2016 à 11:59, mis à jour le 25/02/2016 à 14:30

PME: une vague d'optimisme déferle au Québec

Publié le 25/02/2016 à 11:59, mis à jour le 25/02/2016 à 14:30

Par Yannick Clérouin

Photo: Shutterstock

Les entrepreneurs québécois n’ont jamais été aussi confiants depuis 2013, selon le Baromètre des affaires de la FCEI.


L’optimisme des propriétaires de PME tel que mesuré par l’indice de confiance de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a continué de progresser en février pour atteindre 66,3.



Ce score est nettement supérieur au résultat pour l’ensemble du Canada, où l’indice s’est établi à 54,7. Les entrepreneurs québécois sont même plus positifs que leurs voisins ontariens, où l’indice se trouve à 60,8.


En fait, les propriétaires de PME québécois sont les plus confiants au pays après ceux de Nouvelle-Écosse(66,9).


 



«Il y a une tendance intéressante qui se dessine [au Québec]», observe Simon Gaudreault, économiste principal pour la FCEI. Un indice entre 65 et 70 signale une économie à son plein potentiel, précise-t-il. Prudent, l'économiste mentionne toutefois qu’il faudra attendre les prochains mois pour confirmer cet élan d’optimisme.


Ils sont 51% à juger que la performance de leur entreprise est bonne, contre 9% qui la trouvent médiocre.



Embauches en vue


Les plans d’embauche à court terme ont progressé pour le deuxième mois de suite: 24% des chefs d’entreprise prévoient recruter du personnel à temps plein, contre 5% qui songent à réduire leurs effectifs.



Ce vent d’optimisme contraste nettement avec le portrait qui prévalait en 2014 et 2015.


Comment expliquer l’embellie des perspectives chez les entrepreneurs québécois? Il est toujours difficile de mettre le doigt sur les explications précises, dit Simon Gaudreault. L’économiste observe toutefois que plusieurs industries ont profité de la faiblesse du dollar canadien dans les derniers mois, comme celle du tourisme.


Les secteurs des pâtes et papiers et des pêches semblent aussi bénéficier d’une amélioration du contexte d’affaires, en plus de tirer avantage de la faiblesse du huard sur les marchés étrangers.


Cet élan d’optimisme pourrait aussi s’expliquer par la diminution des coûts des matières premières, dont l’essence, ainsi que des coûts d’emprunt, avance M. Gaudreault.


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Regain de confiance chez les entreprises québécoises, dit la FCEI

01/03/2019 | lesaffaires.com

Les niveaux de confiance des entreprises à l’échelle nationale sont loin de ceux observés à l’automne 2018.

Les PME s'inquiètent des répercussions de la taxe sur le carbone

En fait, plus des deux tiers des entrepreneurs interrogés n’appuient aucun programme de tarification du carbone.

À la une

Est-ce la tâche du gouvernement de sauver nos sièges sociaux?

BLOGUE INVITÉ. Le gouvernement doit tout faire pour éviter que certaines entreprises dites stratégiques soient vendues.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et Pékin.

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.