Mouvement Adopte Inc 2: le grand retour

Publié le 02/11/2017 à 08:46

Mouvement Adopte Inc 2: le grand retour

Publié le 02/11/2017 à 08:46

Par Matthieu Charest

[Anne Marcotte, Philippe de Gaspé Beaubien III et Nicolas Duvernois, les cofondateurs du Mouvement Adopte Inc. Crédit: Matthieu Charest]

Après une première édition réussie pour le Mouvement Adopte Inc, une deuxième cuvée a été officiellement lancée hier soir à la Tour Deloitte. Constellée de grandes annonces, la soirée a marqué le début de la période de mise en candidature.


Les «adoptés» dont les noms seront annoncés en janvier 2018, vont courir la chance d’avoir pour mentor, pendant un an, des personnalités connues du monde des affaires. Ils auront également tous droit à des formations, et certains, à un salaire annuel afin de se concentrer sur leurs entreprises. L’objectif du Mouvement étant de soutenir la relève entrepreneuriale québécoise.


Les mentors, les «adopteurs» seront au nombre de 8 à 10 cette année plutôt que les 5 qui avaient participé à la première cohorte. Sur les huit mentors de la deuxième cohorte, six sont déjà connus.


Il s’agit de M. Aldo Bensadoun, le fondateur d’Aldo, de Mme Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du Musée des Beaux Arts de Montréal, de Marie-Claude Boisvert, première vice-présidente, services aux entreprises de Desjardins, de Daniel Germain, fondateur du Club des petits déjeuners, de Nathalie Quirion, présidente-directrice générale du Parc technologique de Québec, et de Philippe Walker, chef de la direction scientifique à l’Institut Néomed.


Autre grande nouvelle pour le Mouvement: une contribution de 450000$ sur trois ans de la part du Bureau du scientifique en chef du Québec. Une somme qui équivaut à 18 adoptions «rémunérés» [les «adoptés» qui reçoivent un salaire] sur les trois prochaines années.


«Non seulement nous pourrons compter sur des entrepreneurs, nous allons pouvoir compter sur de grands gestionnaires», a expliqué Nicolas Duvernois, cofondateur du Mouvement Adopte Inc avec Anne Marcotte et Philippe de Gaspé Beaubien III, et blogueur à lesaffaires.com.


La première cohorte


Rappelons que pour la première cohorte, qui avait été annoncée en octobre 2016, 25 jeunes entrepreneurs avaient été «adoptés». Cinq d’entre eux avaient même été jumelés à un mentor (soit Guy Cormier, de Desjardins, Pierre Pomerleau, de l’entreprise éponyme, Éric Boyko, de Stingray, Alain Bouchard d'Alimentation Couche-Tard, ainsi que le philanthrope Philippe de Gaspé Beaubien III) et ont reçu un salaire annuel de 24000$.


Les vingt autres entrepreneurs qui n’avaient pas été «adoptés» personnellement ont tout de même eu accès à des formations, du mentorat et des activités de réseautage.


Tous les participants ont notamment reçu des formations de Deloitte, de Edelman, de Norton Rose Fulbright et de Desjardins (un «Boot Camp» à l’École d’entrepreneurship de Beauce). 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Tout le monde s'invente influenceur

25/05/2017 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Les entrepreneurs ont le privilège d’influencer. Un pouvoir qui leur permet de changer la société.

Les 25 prochains

25/10/2016 | Matthieu Charest

25 jeunes entrepreneurs «adoptés» par l’élite du Québec inc. Salaire, mentorat, formations et réseautage à la clé.

OPINION Être payé pour entreprendre
02/06/2016 | Matthieu Charest
La main tendue
Édition du 28 Mai 2016 | Julie Cailliau
Mentorat, coaching et... un salaire annuel
Édition du 04 Juin 2016 | Matthieu Charest

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.