Melek Jemai: «Les universitaires devraient connaître l'investissement d'impact»

Publié le 03/04/2024 à 14:00, mis à jour le 04/04/2024 à 09:48

Melek Jemai: «Les universitaires devraient connaître l'investissement d'impact»

Publié le 03/04/2024 à 14:00, mis à jour le 04/04/2024 à 09:48

Par lesaffaires.com

Melek Jemai (Photo: courtoisie)

GÉNÉRATION D'IMPACTLes Affaires vous présente les leaders de demain de la deuxième cohorte de Génération d’impact, un programme de formation d’intrapreneurs chapeauté par la Jeune Chambre de commerce de Montréal et Fondaction, avec l'accompagnement du Pôle IDEOS-HEC Montréal.

Présentation

Nom: Melek Jemai
Fonction: Agent ventes
Entreprise: Fondaction
Âge: 30 ans

 

Questions-réponses

Les Affaires: Quel est le défi que vous souhaitez relever dans le cadre de Génération d'impact?

Melek Jemai: Mon but est d'assurer que chaque diplômé en Finances sorte de l’université en ayant des bases sur l’investissement d’impact.

 

L.A.: Qu'est-ce qui vous a poussé à vouloir agir sur ce problème?

M.J.: En commençant à travailler à Fondaction, j’ai été surpris d’avoir complété un MBA en n’ayant jamais entendu parler de finance durable, et encore moins d’investissement d’impact.

J'aimerais donc mettre en place un programme de formation destiné aux universitaires en finances, afin de les initier à l’investissement d’impact.

 

L.A.: Qu'est-ce que ça prend d'après vous pour être un bon intrapreneur?

M.J.: Avoir des idées 

- Une personne qui va toujours se soucier du bien-être des autres 

- Audace 

- Empathie 

- Engagement 

- Agilité

 

L.A.: D'après vous, quels sont les grands défis du monde des affaires du Québec inc.? Qu'est-ce qui doit demeurer sur leur radar?

M.J.: La transformation positive de l'économie

- La technologie

- La littératie financière

- La géopolitique

 

L.A.: Si vous aviez une baguette magique, à quoi ressemblerait l'employeur idéal? Que ferait-il de différent de ce que vous observez sur le marché?

M.J.: Difficile de répondre quand on travaille chez Fondaction, car nous avons une culture d'entreprise collaborative où il y a beaucoup d’occasions d'apprentissage. Je trouve donc déjà cet employeur idéal.

L'équilibre travail-vie personnelle est un grand défi pour toutes les entreprises, donc une entreprise qui trouve des solutions pour cette problématique en y accordant de l'importance est un excellent employeur.

L'employeur idéal pour moi est celui qui favorise le développement professionnel. C'est plaisant de voir des employés évoluer, grandir dans une entreprise en ayant la chance d'apprendre constamment de nouvelles choses.

L'employeur idéal est aussi celui qui favorise toujours la créativité des employés en leur accordant le plus d'autonomie possible, car selon moi, il est évident que les solutions viennent toujours de l'interne et non de l'externe.

Le capital humain d’une entreprise est la plus grande richesse qu’une organisation possède, et ce sont les personnes dévouées à l’interne qui peuvent améliorer les choses pour un environne-ment de travail toujours plus dynamique.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique :

PME et entrepreneuriat — Tous les mardis, mercredis et jeudis

Découvrez les innovations développées par les jeunes pousses et les PME d’ici, ainsi que les récits inspirants d’entrepreneurs.

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.