Mandat élargi pour PME MTL

Publié le 14/04/2021 à 15:53

Mandat élargi pour PME MTL

Publié le 14/04/2021 à 15:53

Par Emmanuel Martinez

(Photo: Jamshed Khedri pour Unsplash)

Aider une entreprise, c’est bien. Plusieurs, c’est mieux. Voici sommairement résumé le nouveau mandat de PME MTL récemment entériné par la Ville de Montréal. 

Le réseau d’appui aux entreprises de la ville pourrait ainsi jouer un rôle de rassembleur pour aider d’un coup plusieurs entreprises d’un même secteur ou œuvrant dans le même domaine. 

«C’est la mutualisation de besoins, a expliqué le directeur général de PME MTL Centre-Ouest, Marc-André Perron, en entrevue avec Les Affaires. C’est super pertinent. Par exemple, un virage numérique a été entrepris ou approfondi par beaucoup de détaillants durant la pandémie. Mais souvent les petites entreprises n’ont pas les ressources pour bien le faire, comme pour faire la mise en marché sur le web ou organiser la livraison.» 

«Si une entreprise peut s’allier à 20 autres pour régler certains défis, elle y gagne. On peut les épauler», a-t-il ajouté. 

Pour le secteur de l’agriculture urbaine, il mentionne qu’une alliance entre plusieurs entreprises pourrait par exemple déboucher sur des emballages spécialisés pour des produits frais. 

«Une petite entreprise de ne peut pas aller voir une grande papetière pour développer un emballage sur mesure. Mais si on regroupe des entreprises en agriculture urbaine, cela pourrait être possible», a précisé Marc-André Perron.

 

Davantage de ressources

Tous les intervenants de PME MTL interrogés par Les Affaires ont cependant mentionné qu’une telle mission pour des projets structurants nécessite davantage de ressources humaines, car ce sont généralement des projets de longue haleine. 

«C’est sûr que cela va demander des ressources. Et c’est clair que c’est un élément clé dans le cadre de développement local», a affirmé le directeur général de PME Montréal Centre-est, Jean François Lalonde, en entrevue. Il s’y connait en la matière puisqu’il a travaillé par le passé à la Société de développement Angus, en plus de participer au développement du Campus des technologies de la santé. 

«Les outils financiers ont les a. Cela ne prend pas plus de fonds dédiés. Cela prend des gens pour créer des projets sur le terrain. Cela prend des ressources humaines. Cela prend des négociations pour monter l’entité, trouver un directeur général, etc. C’est cela qui sera fait avec notre équipe», a rajouté le directeur général de PME Montréal Centre-ville, Christian Perron.

 

Pas de nouvelles structures 

Ce genre d’initiative pourrait déboucher sur des projets chers aux citoyens d’un quartier, comme ce fut le cas lors du sauvetage du cinéma Beaubien dans Rosemont, sur la revitalisation de certaines artères commerciales ou la redynamisation de certains pôles économiques. 

C’est le vœu de la Ville de mieux arrimer les besoins de la population au développement économique local comme le faisaient autrefois les défunts centres de développement local. Toutefois, l’idée d’injecter davantage d’argent pour des embauches chez PME MTL n’est pas d’emblée la première option. 

Luc Rabouin

Luc Rabouin, responsable du développement économique et commercial et du design au comité exécutif de la Ville de Montréal (Photo: courtoisie)

«À PME MTL, on a beaucoup ajouté de ressources depuis 2015. On a déjà 140 employés. Il y a  plusieurs fonds différents, notamment ceux qui visent l’économie sociale et les jeunes entrepreneurs», a souligné le responsable du développement économique et commercial et du design au comité exécutif de la Ville de Montréal, Luc Rabouin. 

«On veut voir si on peut remanier, utiliser les ressources autrement. Mais si on doit ajouter des ressources, on est ouvert à discuter», a-t-il dit en entrevue téléphonique.

«Une chose est sûre : pas question pour nous de rebrasser la structure. On a un réseau très performant dans lequel on est confiant. Un réseau dont un peu être très fier collectivement», a mentionné Luc Rabouin. 

La Ville devra donc discuter avec PME MTL pour la mise en œuvre de son nouveau mandat. 

En mars, la Ville, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a renouvelé pour quatre ans son entente avec PME Montréal. Un budget de fonctionnement de 36,7 millions $ a été attribué pour cette période. 

PME MTL est doté de six bureaux couvrant géographiquement l’île de Montréal. Créé en 2015 par l’administration du maire Denis Coderre, ce réseau est issu du regroupement de 18 CLD (centre local de développement) et CDEC (corporation de développement économique et communautaire de Montréal). 

Six ans plus tard, cette transformation semble réussie selon PME MTL. 

«Du côté des entrepreneurs, c’est beaucoup plus facile. On sait où aller. Et c’est plus facile d’harmoniser les services à 6 qu’à 18. Cela a permis aussi de rationaliser certaines choses, même si on couvre maintenant de plus grands territoires», a rappelé Jean François Lalonde. 

Le directeur général de PME MTL Centre-Ouest, Marc-André Perron, souligne aussi que le réseau d’aide aux entreprises de Montréal a fait un bon bout de chemin. 

«Comme bilan, on a une identité plus forte, un service plus uniforme partout à  Montréal, tout en respectant les particularités locales. Il y a un engouement croissant pour l’entrepreneuriat, donc je crois qu’il y avait un bon timing», a-t-il mentionné.

Sur le même sujet

Une première franchise pour Juliette & Chocolat

10/05/2021 | Emmanuel Martinez

Juliette & Chocolat ouvre un nouveau restaurant, mais pour la première fois de son existence, il s’agit d’une franchise.

Suggestions recherchées pour réduire la paperasserie

04/05/2021 | Emmanuel Martinez

Le gouvernement du Québec veut recueillir des suggestion des entrepreneurs pour réduire la bureaucratie.

À la une

Le projet de loi 96 bien accueilli par l'opposition et Ottawa

La nouvelle pièce législative vise à encadrer l’usage du français chez les entreprises de 25 à 49 employés notamment.

Le gouvernement Legault parraine une réforme de la loi 101

Mis à jour à 16:24 | La Presse Canadienne

La nouvelle loi 101 sera appliquée aux entreprises de 25 à 49 employés.

Loi 101: aidons les PME à mieux intégrer les immigrants

10/04/2021 | François Normand

ANALYSE. «Le renforcement de la loi 101 ne doit pas alourdir le processus administratif des PME de 25 à 49 employés.»