Les PME plus productives sont moins vulnérables face à un trio fatal

Publié le 17/10/2022 à 13:00

Les PME plus productives sont moins vulnérables face à un trio fatal

Publié le 17/10/2022 à 13:00

Par Emmanuel Martinez

Pierre Cléroux, vice-président et économiste en chef de la BDC.

Une meilleure productivité ne favorise pas seulement la rentabilité, selon une étude de la Banque de développement du Canada dévoilée lundi. Elle permettrait aussi de mieux juguler les trois grandes menaces de l’heure, soit l’inflation, la rareté de la main-d’oeuvre et les problèmes d’approvisionnement.

Ces trois facteurs touchent moins les PME les plus productives que les autres, d’après le rapport.

En sondant plus d’un millier de PME au pays en juin, l’organisme fédéral a pu montrer que celles se trouvant dans la meilleure tranche de 10% concernant le ratio ventes/nombre d’employés réussissent bien mieux à éviter ce macabre trio.

Par exemple, 28 % des PME les plus performantes font face à des problèmes de chaîne d’approvisionnement, par rapport à 42 % pour l’ensemble des PME. Environ 39 % d’entre elles voient l’inflation comme un défi, contrairement à 61 % en moyenne. Finalement, 40 % de ces PME les plus efficaces sont aux prises avec une pénurie de main-d’oeuvre comparativement à 58 % pour l’ensemble.

«Non seulement les entrepreneures et entrepreneurs qui s’efforcent de rendre leur entreprise plus productive réussissent-ils beaucoup mieux que les autres, mais la valorisation de leur entreprise est également plus élevée, note Pierre Cléroux, vice-président et économiste en chef de la BDC. Notre étude montre que les PME canadiennes les plus productives de leur secteur génèrent six fois plus de ventes et cinq fois plus de profits par employée ou employé.»

Comment améliorer sa productivité?

Face à la montée de leurs coûts, la BDC souligne que les deux tiers des PME ont augmenté leurs prix. «Si cette stratégie peut fonctionner à court terme, elle risque ultimement de nuire à la compétitivité de l’entreprise», fait-elle cependant remarquer.

Du côté de la pénurie d’employés, la moitié des PME ont tenté d’attirer du personnel qualifié avec des salaires plus alléchants et 43% ont fait preuve de plus de flexibilité. La BDC estime toutefois qu’il serait «plus durable» de mieux utiliser ses ressources, afin d’en faire plus avec moins. Concernant l’approvisionnement, la BDC reconnait qu’il s’agit d’une problématique plus difficile à régler, mais avec des gains de productivité, des ressources pourraient être redirigées vers ce domaine.

Face à ces grandes menaces, la BDC enjoint les PME à accroitre leur productivité. Pour y arriver, elle prône quatre pistes que nous présentons ici textuellement:

1 - Mesurer la performance de l’entreprise par rapport à ses paires;

2. Optimiser les processus pour éliminer les tâches qui représentent une perte de temps et d’argent;

3. Numériser les processus pour gagner en efficacité et automatiser certains processus, peu importe le secteur ou l’industrie;

4. Améliorer continuellement les produits, les services et les processus, y compris la formation du personnel.

Afin d’aider les PME à voir où elles en sont, la BDC a créé un outil de comparaison de la performance. Sachant que l’écart se creuse en matière de productivité entre les entreprises canadiennes et celles des États-Unis et des autres pays du G7, il est grand temps d’agir, selon elle. Il y avait un retard de 17% avec nos voisins américains concernant le PIB par heure travaillée en 1989, mais il s'est accru pour atteindre 26 % en 2019.  

Sur le même sujet

Garder le cap malgré les difficultés

Édition du 18 Janvier 2023 | François Normand

SECTEUR MARITIME. Des solutions existent pour limiter les effets négatifs des chaînes d'approvisionnement fragilisées.

L'Allemagne révolutionne ses chaînes d'approvisionnement

07/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Les sociétés doivent s’assurer qu’il n’y a pas de violation des droits de la personne dans leurs importations.

À la une

Bourse: Wall Street boosté par Facebook

Mis à jour à 18:56 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a limité ses pertes grâce au secteur des technos.

Alphabet déçoit avec des revenus et un bénéfice net inférieurs aux attentes

16:34 | AFP

Son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

Amazon dépasse les attentes avec plus de 149G$ de chiffre d’affaires au 4T

16:29 | AFP

À Wall Street, son titre perdait plus de 4% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.