Le Québec reste champion des subventions aux entreprises

Publié le 18/01/2018 à 07:00, mis à jour le 18/01/2018 à 07:02

Le Québec reste champion des subventions aux entreprises

Publié le 18/01/2018 à 07:00, mis à jour le 18/01/2018 à 07:02

Par Les Affaires

Le Québec verse deux fois plus de subventions aux entreprises que l’Ontario, en proportion de la taille de son économie. Cette politique n’enrichit pas les Québécois, soutient une publication lancée aujourd’hui par l’Institut économique de Montréal (IEDM).

Bien que le Québec ne génère que 19 % du PIB total des provinces, il octroie près de 29 % des subventions versées par celles-ci. « Ce recours disproportionné aux subventions ne se traduit pas par un niveau de richesse plus élevé, sinon le Québec serait la province la plus riche du Canada. Or, c’est loin d’être le cas », note Alexandre Moreau, analyste en politiques publiques à l’IEDM et auteur de la publication.

Le PIB par habitant au Québec était de 47 443 $ en 2016, comparativement à 74 343 $ en Alberta ou à 58 585 $ pour l’ensemble des provinces excluant le Québec.

« Pour chaque dollar que Québec perçoit des entreprises privées, au moins 41 cents sont dépensés sous différentes formes de subventions », calcule Alexandre Moreau. Le total des subventions accordées par le gouvernement du Québec aux entreprises a atteint au minimum 3,1 milliards $ en 2016-2017, alors que les recettes de l’État provenant de l’impôt sur le revenu et le gain en capital des entreprises se sont élevées à 7,5 milliards $, selon l'organisme.

Le montant total des subventions est à ses yeux vraisemblablement plus élevé que 3,1 milliards $. « Pour évaluer le coût de certains types de subventions découlant des garanties de prêts et des placements de portefeuille, il faut tenir compte de la prise de risque, puisque c’est le gouvernement – et donc le contribuable – qui est responsable au bout du compte si l’entreprise n’est pas en mesure de rembourser un prêt ou si la valeur de ses actions baisse », fait valoir Alexandre Moreau.

La publication affirme aussi que tenter de soutenir l’économie à l’aide de subventions entraîne des effets pervers qui nuisent à la croissance. « Les augmentations de taxes et d’impôts servant à financer ces subventions créent des distorsions dans l’économie et découragent les activités productives. En fait, le gouvernement se trouve à confisquer l’argent des entreprises les plus performantes pour en faire profiter d’autres qui n’ont pas réussi à convaincre des investisseurs privés qu’elles sont rentables », prétend M. Moreau.

 

À la une

Le budget fédéral devrait indiquer comment le gouvernement paiera ses dépenses

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a promis que le déficit ne croîtrait pas.

Les nouvelles du marché du lundi 15 avril

Mis à jour il y a 56 minutes | Refinitiv

Apple perd sa place de premier fabricant de téléphones au profit de Samsung.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi 15 avril

Mis à jour à 08:21 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les marchés mondiaux étaient mitigés lundi sous fond de tensions au Moyen-Orient.