KnightsBridge, des habitations durables à bon prix

Publié le 20/12/2018 à 15:00

KnightsBridge, des habitations durables à bon prix

Publié le 20/12/2018 à 15:00

Par Claudine Hébert
Des habitations durables en rangée.

(Photo: courtoisie)

PME DE LA SEMAINE. Plus du tiers des habitations certifiées LEED au pays ont été construites au Québec. Une cote qui devrait prendre de l’ampleur en 2019. Le constructeur KnightsBridge, qui contribue activement à cette performance depuis sa création en 2012, s’apprête à donner un autre grand coup.


L’année 2019 marquera l’arrivée d’une centaine de nouvelles unités signées KnightsBridge à Montréal. « Ces unités résidentielles seront toutes inscrites, sans exception, au processus pour l’obtention d’une certification LEED or ou platine », signale Simon G. Boyer, président de KnightsBridge.


Jusqu’à aujourd’hui, les 200 unités qu’a livré cette PME montréalaise sur le marché ont toutes été certifiées LEED or ou platine.


Selon les données d’Écohabitation, le Québec assiste, en moyenne, à l’ajout de 351 nouvelles unités certifiées LEED par année depuis 2012.


Les années 2013, 2014 et 2017 ayant été les plus prolifiques avec plus de 400 unités certifiées. La contribution de KnightsBridge pour l’année 2019 représentera près de 30 % de la production moyenne québécoise.


« Au-delà des certifications, notre objectif est d’abord de créer un espace de vie intéressant pour nos clients. On ne construit pas uniquement des projets immobiliers. On propose des unités de voisinage », insiste Herbert Nunes, directeur général de la PME.


Ces deux associés n’hésitent pas d’ailleurs à commander des études anthropologiques pour chacun des secteurs qui figurent dans leur mire de développement.


« Toute notre réflexion de construction est axée sur les besoins de la clientèle. Nous nous soucions autant des aspects physiques que sociaux de chacun des quartiers où on décide de construire », poursuit Simon G. Boyer.


En plus de la localisation et du souci architectural de chaque projet, toutes les unités sont gorgées de lumière naturelle. Qu’il s’agisse d’un studio ou d’une unité familiale de quatre chambres, les pièces sont disposées intelligemment.


« En fait, rajoute Herbert Nunes, notre recette est de construire des unités résidentielles que nous voudrions nous-mêmes habiter. Et à ce propos, près du quart de nos 40 employés vivent dans un des projets de l’entreprise. »


Deux prix Inova


Leur projet Le Jardinier, situé dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, a d’ailleurs été récompensé dans la catégorie multirésidentielle 50 M$ et moins, lors de la remise des prix Inova de l’Institut de développement urbain du Québec (IDU), en octobre dernier.


Ce projet, qui s’inscrit dans la série Nature mise de l’avant par l’entreprise, a retenu l’attention des juges notamment pour sa certification LEED platine, mais aussi pour le prix abordable des unités.


La plupart ont été vendues sous les 250 000 $. Notez que Simon G. Boyer a également récolté, lors de ce même gala, le prix Jeune Bâtisseur de l’année.


La PME sort de Montréal


Jusqu’à maintenant, les réalisations de KnightsBridge ont été érigées sur le territoire de l’île de Montréal. Mais voilà que la PME, qui dépasse les 50 M$ de revenus annuels, commence à « exporter » sa formule.


L’entreprise a lancé son projet Arborescence, à Bromont. Celui-ci prévoit la construction de plus de 280 unités sous forme de copropriétés et maisons de ville, sur les flancs du Versant Les Cantons de la montagne de ski.


Plus de 50 % des 42 premières unités, qui devraient être livrées à compter de 2020, sont déjà vendues, indique Simon Boyer.


Ce premier projet résidentiel hors de Montréal ne sera pas le dernier, soutiennent en chœur les deux associés. KnightsBridge souhaite éventuellement exporter sa formule au-delà des frontières du Québec.


Chez les voisins du sud, certes, mais aussi outre-mer, conclut Herbert Nunes.


 


 


 

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Défi Start-up 7: traverser la tempête avec Julien Brault, PDG de Hardbacon

ENTREVUE. L'année 2018 a été difficile pour Hardbacon. Son PDG, Julien Brault, raconte comment il a traversé la tempête.

Défi Start-up 7: comment obtenir du financement?

21/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. Comment aller chercher du financement? On en parle avec Amira Boutouchent, cofondatrice de Bridgr.

Défi Start-up 7: l'entrepreneuriat au féminin

20/03/2019 | Denis Lalonde

ENTREVUE. Les femmes sont de plus en plus nombreuses à se lancer en affaires, mais il reste encore du travail à faire.