Justin Trudeau veut plus de PME canadiennes

Publié le 13/09/2019 à 15:43

Justin Trudeau veut plus de PME canadiennes

Publié le 13/09/2019 à 15:43

Par La Presse Canadienne
Justin Trudeau.

Justin Trudeau (Photo: 123RF)

Le chef néo-démocrate veut réduire vos factures de cellulaire, le chef conservateur veut réduire le coût de vos billets de bus, le chef libéral veut vous encourager à démarrer une PME, surtout si vous êtes une femme ou un autochtone.

Vendredi matin, Jagmeet Singh, Andrew Scheer et Justin Trudeau en étaient à leur troisième jour de campagne et en plus de déballer leurs sacs de promesses électorales, deux de ces trois chefs devaient gérer des problèmes de candidats. 

M. Singh était à Toronto pour rappeler sa promesse d'imposer un plafond sur les prix des services de téléphonie cellulaire et d'internet. Et là encore, ses problèmes de recrutement l'ont rattrapé. Il lui manque toujours 136 candidats.

«On va continuer de mettre l'effort et je peux assurer tous les Canadiens que vous pourrez voter pour un néo-démocrate dans chaque comté à travers le pays», a insisté M. Singh. 

M. Scheer, lui, a plutôt dû se débarrasser d'un candidat. Le Manitobain Cameron Ogilvie avait partagé des commentaires hostiles aux immigrants et aux musulmans sur une page Facebook de son passé récent.

Mais le chef conservateur n'était pas prêt à montrer la porte à deux candidats ontariens auxquels on reproche des commentaires dénigrant les communautés LGBTQ.

«Les deux candidats que vous avez mentionnés se sont excusés pour leurs paroles», a répondu M. Scheer aux journalistes en point de presse. «Et c'est clair que leur langage était inacceptable et offensant à la communauté LGBT alors je suis content (qu'ils se soient) excusés», a-t-il ajouté. 

Le chef conservateur était à Mississauga pour promettre un crédit d'impôt sur le transport en commun, une mesure annulée par le gouvernement libéral.

«Ça c'est la vraie assistance pour rendre la vie plus abordable», a-t-il claironné, balayant du revers de la main les études qui ont conclu que cette mesure n'augmentait pas l'utilisation du transport en commun.

Pas selon le scénario

M. Trudeau a choisi un concessionnaire de véhicules électriques usagés, à Trois-Rivières, pour promettre de l'aide au démarrage d'une petite ou moyenne entreprise.

Les libéraux, s'ils sont réélus, distribueraient 2000 bourses de 50 000$ chacune pour favoriser la naissance de nouvelles entreprises. Cette mesure vise particulièrement les entreprises dirigées par des femmes ou des autochtones.

L'hôte de l'annonce libérale, Guillaume André, copropriétaire de Véhicules Simon André, a dit qu'il aurait aimé qu'on lui promette des mesures supplémentaires pour favoriser la vente de véhicules électriques.

Le crédit d'impôt de 5 000$ annoncé lors du dernier budget fédéral est un «bon début», mais reste «minime» par rapport aux «investissements massifs dans le pétrole, dans les oléoducs», selon M. André.

Déterrer de vieilles menaces?

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet s'est fait accompagner par quelques candidats pour son annonce matinale à Saint-Roch-de-L'Achigan.

Il a tenté de raviver un enjeu qui a servi son parti aux élections de 2015. Il a parlé du projet Énergie Est et s'est défendu de vouloir ressusciter des menaces inexistantes.

«Moi je pense qu'elles existent. (...) C'est tout à fait exact que les libéraux n'ont jamais dit qu'ils étaient contre Énergie Est. C'est tout à fait exact que les conservateurs ont dit qu'ils voulaient relancer Énergie Est», a argué le chef bloquiste.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street plus optimiste sur le front sanitaire

Mis à jour le 10/07/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Cette semaine, le Dow Jones est monté de 0,96 %, le Nasdaq de 4,02 % et le S&P 500 de 1,76%.

L'affaire Trudeau-WE Charity: on ne lésine pas avec l'éthique

10/07/2020 | Jean-Paul Gagné

Une apparence de conflits peut en effet être aussi dommageable pour sa réputation qu’un véritable conflit d’intérêts.

Se former à l'ère du «nouveau normal»

Édition du 17 Juin 2020 | Philippe Jean Poirier

FORMATION. Les entreprises ont tout intérêt à profiter de la timide reprise de leurs ...