Groupe-conseil Perrier: une expertise en SST qui dépasse les frontières


Édition du 24 Août 2019

Groupe-conseil Perrier: une expertise en SST qui dépasse les frontières


Édition du 24 Août 2019

Par Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE. Entrée en vigueur il y a 40 ans, la Loi sur la santé et la sécurité du travail a permis de réduire les risques d'accidents majeurs et mortels dans les organisations québécoises. Elle a aussi servi à propulser le Groupe-conseil Perrier sur la scène internationale.

Alcan, Bombardier, Pratt & Whitney, Veolia, Sanofi, Thales : toutes ces multinationales figurent sur la longue (et impressionnante) liste des clients de cette PME de Saguenay devenue au fil des ans une référence mondiale en santé et sécurité du travail (SST). Ses services de prévention, ses formations ainsi que son expertise rayonnent aujourd'hui dans plus de 60 pays. Et ce, dans des domaines aussi variés que les secteurs minier, naval, manufacturier, des cosmétiques et même du divertissement.

Comment expliquer ce succès ? «La SST, c'est avant tout une question de culture, de comportements et de leadership d'entreprise. Depuis le premier jour, nous adaptons nos services, conseils et formation à la culture des organisations, des régions et des pays où nous sommes appelés en renfort», indique Gérald Perrier, président fondateur de l'entreprise qui compte 25 employés répartis entre Saguenay et Porto, au Portugal. Près d'une cinquantaine de sous-traitants d'un peu partout sur le globe, s'exprimant dans une dizaine de langues, complètent l'équipe.

Tout a commencé au lendemain de l'adoption de la loi sur la SST en 1979. À l'aube de la vingtaine et détenteur d'un certificat en relations industrielles, Gérald Perrier est embauché comme professeur au Cégep de Jonquière, au sein du premier programme collégial centré sur la SST offert au Québec. Trois ans plus tard, en 1983, il en devient le responsable à l'âge de 25 ans.

«À l'époque, j'étais déjà convaincu que le concept de la SST ne doit pas être perçu comme une contrainte au sein des entreprises. Au contraire, elle doit faire partie du modèle d'affaires. J'ai toujours considéré le volet SST comme une occasion pour les organisations de mettre en valeur leurs employés, de développer un sentiment de fierté au sein du personnel et de favoriser le travail d'équipe. C'est cette vision qui m'a incité à vouloir créer ma propre entreprise de services et conseils en SST en 1986», raconte M. Perrier. L'enseignant avait d'ailleurs proposé à la direction du Cégep d'être partenaire à 50-50 dans ce projet, mais cette dernière a refusé.

Sollicité dès le départ par une clientèle locale, dont fait partie Alcan, Groupe-conseil Perrier a peu à peu gagné la confiance d'autres entreprises à l'échelle nationale, dont Pratt & Whitney et Bombardier Aéronautique. «Motivé par ces clients déjà présents sur la scène internationale, j'ai voulu en apprendre plus sur la façon dont la SST est traitée ailleurs dans le monde. D'où mon initiative d'obtenir un diplôme d'études supérieures sur la SST à la Sorbonne, à Paris, au milieu des années 1990», poursuit l'entrepreneur.

C'est en 2005 que la PME saguenéenne adopte une orientation internationale. «Alcan venait d'acquérir les sociétés Algroup, en Suisse, et Pechiney en France. Lorsque Alcan nous a demandé si nous avions le bagage nécessaire pour les aider à créer un programme SST dans leurs autres usines à travers le monde, nous avons répondu oui Même si ce n'était pas tout à fait la vérité ! Il y a 15 ans, aucune entreprise francophone n'offrait des services et conseils en SST dans plusieurs langues. Il y avait donc une occasion à saisir. Il ne nous restait qu'à trouver les partenaires nécessaires pour remplir les mandats», avoue M. Perrier.

Afin de bénéficier de cette percée, la PME a ouvert une succursale en Europe en 2011. Dirigé par le vice-président et associé Oliver Leroux, ce pied-à-terre en France de trois employés sert aujourd'hui à développer les marchés de l'Europe, du Moyen-Orient et de l'Afrique. Cette stratégie a permis à l'entreprise de doubler ses revenus annuels. Ils atteignent aujourd'hui quatre millions de dollars.

Et les multinationales américaines ? «Ce n'est pas un marché que souhaite explorer Groupe-conseil Perrier pour le moment, répond son président. L'entreprise, dit-il, est néanmoins largement présente aux États-Unis par l'entremise de ses clients canadiens et européens.»

 

Groupe-conseil ­Perrier en quelques chiffres

Année de création : 1986
 

Nombre d’employés : 25

Projets en cours : ­Groupe-conseil ­Perrier poursuit actuellement des discussions avec le ­Groupe ­Total. L’entreprise a également entamé un processus de relève ­employé-famille qui implique le vice-président et associé ­Olivier ­Leroux, la directrice ventes et marketing ­Myriam ­Perrier (fille de ­Gérald ­Perrier) et le directeur associé aux systèmes de prévention, ­Guillaume Bergeron ­Cleary.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Neuvoo obtient un financement de 53M$

19/09/2019 | Pascal Forget

Le site de recherche d’emplois Neuvoo obtient un financement de 53M$ de la Caisse de dépôt.

À la une: S.O.S., entrepreneurs en détresse

Édition du 21 Septembre 2019 | Les Affaires

Autopsie d’un enjeu qui mine notre prospérité économique.

OPINION Classcraft: 10 millions pour motiver les élèves
17/09/2019 | Pascal Forget
Illuminer le monde, un écran à la fois
Édition du 07 Septembre 2019 | Anne-Marie Tremblay
À la une: cinq projets qui redessineront Montréal
09/09/2019 | Les Affaires

À la une

Comment Trump alimente les tensions dans le golfe Persique

20/09/2019 | François Normand

ANALYSE - Le golfe Persique est une poudrière sur le point d'exploser; Washington en est en grande partie responsable.

La Bourse attend le prochain déclic

BLOGUE. Les bonnes données économiques et la Fed rassurent mais le test des profits et du conflit commercial approchent.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

21/09/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.