Firebarns: le secret est dans la sauce... piquante!


Édition du 20 Juillet 2019

Firebarns: le secret est dans la sauce... piquante!


Édition du 20 Juillet 2019

Firebarns, la PME de Frank ­Ménard et ­Pierre-Olivier ­Drouin, a atteint cette année un chiffre d’affaires de plus d’un million de dollars.

PME DE LA SEMAINE. Alors que les sauces piquantes et BBQ signées Firebarns se retrouvent sur les tablettes de quelque 300 points de vente au Québec, les deux copropriétaires de l'entreprise prévoient multiplier leur chiffre d'affaires par cinq d'ici 2020, en plus de conquérir le Canada puis les États-Unis, une bouteille à la fois !

Quand ils se sont lancés en affaires en 2015, Frank Ménard et Pierre-Olivier Drouin avaient remarqué qu'au rayon des sauces piquantes et BBQ, il y avait peu d'autres choix locaux. « Noud nous sommes dit que nous étions capables au Québec de concurrencer les grands joueurs comme Kraft ou Heinz », explique Frank Ménard, cofondateur de l'entreprise. « Nous voulions devenir le Tabasco canadien et la prochaine compagnie de sauces BBQ de qualité supérieure à prix abordable », se rappelle Pierre-Olivier Drouin.

Quatre ans plus tard, la PME commercialise onze variétés de sauces piquantes et quatre en version BBQ, dont trois ont été lancées au début de l'été 2019. Des produits vedettes, alors qu'en deux mois à peine, l'entreprise a déjà écoulé plus de 50 000 bouteilles de sauce BBQ. Une croissance qui va de pair avec celle de Firebarns, qui a atteint cette année un chiffre d'affaires de plus d'un million de dollars. Et ce n'est qu'un début, alors que les deux fondateurs visent cinq millions de dollars en 2020.

À l'heure actuelle, les deux entrepreneurs travaillent fort pour se préparer à cette croissance. « L'un des facteurs qui nous empêchait de grossir, c'était l'approvisionnement », explique Frank Ménard. Afin de s'assurer de ne jamais manquer de piments pour répondre aux commandes, la PME vient tout juste de signer une entente avec une ferme de Saint-Hyacinthe qui devient ainsi son seul fournisseur de piments. « Nous étions trop petits pour demander l'exclusivité à une ferme, à cause des petites quantités. Mais avec notre envol, c'est maintenant possible », souligne le fondateur.

De la ferme à la table

Cette entente permet aussi à l'entreprise de concocter ses recettes à partir d'ingrédients d'ici, de la ferme à la table, poursuit Pierre-Olivier Drouin. « Nous sommes l'une des seules entreprises complètement intégrées dans notre domaine, ce qui nous permet de nous assurer de la qualité de nos produits. Nous pouvons choisir les engrais et les semences, pour fabriquer des sauces de qualité supérieure, tout en maintenant des prix abordables. »

Mais surtout, la culture d'une centaine de tonnes de piments en tous genres propulse Firebarns dans la cour des grands. « Actuellement, nous concluons des ententes avec chaque marchand, comme c'est le cas avec IGA, cite en exemple Pierre-Olivier Drouin. Si nos récoltes nous le permettent, nous pourrons maintenant négocier directement avec les chaînes pour être vendus dans tous leurs points de vente. »

Pour augmenter la cadence, Firebarns prévoit également déménager dans de nouveaux locaux en novembre prochain. « Nous allons doubler la superficie, ce qui nous permettra de passer à une production de 300 000 bouteilles par année à 1,5 million », précise Pierre-Olivier Drouin. Plus encore, cette nouvelle usine permettra à l'équipe de mettre en place une ligne d'embouteillage entièrement automatisée et robotisée.

Avec ces changements, bien amorcés, l'entreprise se trouvera en bonne position pour conquérir non seulement le marché québécois, mais aussi canadien et, éventuellement, américain. Si plusieurs ententes sont en cours de négociation, les deux entrepreneurs préfèrent rester discrets à ce sujet pour le moment. « Disons qu'on pourrait bien voir le beau Barney [le chien qui figure sur les bouteilles de sauce Firebarns] partout au Canada d'ici peu... », dit Pierre-Olivier Drouin. En attendant, la table est mise pour la croissance !

Firebarns en quelques chiffres

-Nombre d’employés : une dizaine
-Chiffre d’affaires : ­Entre 1 et 1,5 M $ (prévision pour 2019)
-Siège social : ­Québec
-Marché desservi : ­Québec
-Objectifs pour la prochaine année : ­Réussir son expansion canadienne et maintenir la production malgré le déménagement de l’entreprise

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Worximity Technologies accélère sa croissance aux États-Unis

08/10/2019 | François Normand

La PME qui rend les entreprises plus efficaces compte parmi ses clients les multinationales Bic et Barry Callebaut.

À la une: Valérie Plante veut faire de l'est de Montréal le prochain Mile End

07/10/2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Valérie Plante veut faire de l’est de Montréal le prochain Mile End.

À la une

Swiss cloue ses appareils A220 au sol

Le transporteur aérien Swiss a décidé de clouer ses 29 appareils A220 (ex-CSeries) en raison de problèmes de moteurs.

Informatique ambiante: la stratégie de Google se dévoile

Il y a 49 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. La flopée de nouveaux appareils de Google mise sur l’intelligence artificielle pour attirer les acheteurs.

Politique: quand le contenant prime sur le contenu...

Il y a 51 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis avec un certain découragement la campagne électorale fédérale présentement en cours.