Exprolink achète à l’étranger pour produire au Québec

Publié le 13/12/2021 à 16:24

Exprolink achète à l’étranger pour produire au Québec

Publié le 13/12/2021 à 16:24

Par Emmanuel Martinez

Photo : Roman Sahaidachnyi pour 123RF

Exprolink, fabricant longueuillois de véhicules électrique de nettoyage de rue, met la main sur la gamme de véhicules multifonctions Excelway, qui appartient à une entreprise espagnole, en vue de rapatrier la production au Québec.

La PME souhaite ainsi ouvrir une nouvelle usine dans la province dans le cadre d’un plan d’essor de 30 millions $ sur trois ans, ce qui permettra de créer une centaine d’emplois.

Exprolink veut électrifier la gamme des véhicules Excelway, qui sont vendus partout dans le monde depuis une quinzaine d’années par son propriétaire, AUSA.

«Nous sommes très heureux de pouvoir conclure cette acquisition stratégique qui nous permet de proposer une gamme complète de véhicules électriques vocationnels à nos clients, en plus de nous ouvrir les portes de l’Europe, où la demande pour ce type de véhicules est également en forte croissance, dans le contexte de la lutte contre les changements climatiques», a déclaré Jean Bourgeois, président d’Exprolink, par communiqué, lundi.

L’entreprise veut aussi ouvrir une première usine d’assemblage aux États-Unis dans un lieu qui devrait être annoncé dans les prochains mois.

 

Expansion

Avec cette acquisition dont le prix n’a pas été divulgué, Exprolink étendra son offre, elle qui possède déjà la marque Madvac, qui est l’unique fabricant nord-américain de balayeuses et d’aspirateurs compacts pour la collecte de débris. La PME sera donc présente dans tous les secteurs du nettoyage et de la maintenance, «en plus d’ouvrir la voie au développement de châssis pour des applications spécialisées, à titre de fabricant d’équipement d’origine». Elle souligne que le marché mondial pour ces engins qui balayent et nettoient les rues est de 5 milliards $. Et il devrait croitre de 5 % annuellement au cours de la prochaine décennie, selon elle.

Avec l’achat Excelway et ses plans d’innovations, la PME d’une quarantaine d’employés veut multiplier par cinq son chiffre d’affaires d’ici 2026. Elle espère alors atteindre le cap des 80 millions $.

«Exprolink est un très bel exemple du savoir-faire québécois en matière d’innovation et d’électrification des transports, a affirmé Sarah Houde, présidente-directrice générale de Propulsion Québec. Grâce à Exprolink, le Québec se positionne comme un leader mondial dans un autre secteur de la grappe des transports électriques et intelligents.»

Plus tôt cet automne, la PME qui jouit de l’appui du Fonds de solidarité FTQ, a annoncé l’ouverture de trois bureaux de vente aux États-Unis et une association avec Zero Motorcycles, qui se spécialise dans les motos et groupes motopropulseurs électriques. Exprolink a le vent dans les voiles puisqu’elle a triplé ses ventes au cours de la dernière année. Ses investissements ont permis de doubler sa capacité de production à son usine de Longueuil.

 

Sur le même sujet

À la une

Tendances alimentaires 2022: pas juste pour les foodies

BLOGUE INVITÉ. Les deux dernières années auront certainement permis à certaines tendances latentes de se démarquer.

La Banque du Canada maintient son taux d'intérêt directeur à 0,25%

La Banque du Canada a prévenu que le taux ne restera pas à cette «valeur plancher» encore bien longtemps.

Fin du suspense à la Fed, signal attendu sur une hausse des taux

10:23 | AFP

La puissante Réserve fédérale pourrait annoncer que les taux commenceront à être relevés en mars.