Du numérique à la brique: un pied à terre, gage de crédibilité? Ça aide dit Cactus en ligne

Publié le 01/05/2019 à 12:33

Du numérique à la brique: un pied à terre, gage de crédibilité? Ça aide dit Cactus en ligne

Publié le 01/05/2019 à 12:33

Par Catherine Charron
Alexe Lapointe et Katherine Diamond, les cofondatrices de Cactus en Ligne (Photo: Catherine Charron)

Alexe Lapointe et Katherine Diamond, les cofondatrices de Cactus en Ligne (Photo: Catherine Charron)

Au Canada entre 2016 et 2017, le commerce en ligne a grimpé de 46,9%. Malgré l’augmentation des parts de marché des achats en ligne, des entreprises qui ont débuté leurs activités sur le web ouvrent des boutiques qui ont pignon sur rue. Cette série de balados se penche sur ce commerce mi-physique et mi-web. Rencontrez des entreprises d’ici qui ont fait le pari que le brique et mortier est là pour rester. L'enregistrement de cette série a été possible grâce au matériel de Choq.ca. Les balados sont aussi disponibles sur Spotify, Apple Podcasts et Google Podcasts.

Même si vous êtes une entité web jusque dans votre nom, une boutique physique peut vous aider à rejoindre une plus grande clientèle. Il faut simplement trouver l'endroit idéal. C'est ce qu'ont compris les cofondatrices de la start-up Cactus en ligne. Leur histoire juste ici:

À (ré)écouter: Du numérique à la brique: le virage de BonLook

À (ré)écouter: Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

À (ré)écouter: Du numérique à la brique: l'évolution de Poches & Fils

À suivre dans cette section

À la une

Bourse: Wall Street en petite hausse après l'accord sino-américain

Mis à jour à 16:50 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La victoire électorale de Boris Johnson au Royaume-Uni a aussi influencé les marchés.

Titres en action: Empire (IGA), Transat, Transcontinental...

06:49 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un FNB peut-il faire faillite?

12:28 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. N’importe quelle entreprise peut théoriquement faire faillite, pourquoi pas un fonds négocié en Bourse?