Du café en capsules torréfié au Québec

Publié le 18/02/2016 à 17:36

Du café en capsules torréfié au Québec

Publié le 18/02/2016 à 17:36

PME DE LA SEMAINE - Maison de torréfaction artisanale Café Castelo n’a pas laissé sa petite taille l’empêcher de jouer dans la cour des grands. À l’instar de Nespresso et de Van Houtte, l’entreprise familiale de Québec s’est lancée sur le créneau du café en capsules. Et c’est le président qui assure lui-même la torréfaction des grains 100% arabica!

Depuis trois mois, Café Castelo commercialise, en format K-Cup - les recharges pour systèmes d’infusion Keurig - son café gourmet, frais et certifié Aliments du Québec. Et, Prédrag Okuka, son président et fondateur, songe déjà à acheter une nouvelle machine afin de doubler la production de capsules d’ici six mois. La machine actuelle, qui fabrique 1 500 capsules à l’heure, a déjà du mal à répondre à la demande.

De l’audace et de la détermination

Un succès qui fait la fierté de Prédrag Okuka. « Tout le monde disait que ce n’est pas possible mais nous avons prouvé qu’une petite gang peut faire quelque chose d’extraordinaire », souligne-t-il.

Alors qu’il était joueur de soccer professionnel en première division en ex-Yougoslavie, sa terre natale, Prédrag Okuka conciliait déjà sport de haut niveau et torréfaction du café. Un domaine dans lequel sa famille évolue depuis trois générations.

Arrivé au Québec en 1996 pour fuir la guerre faisant alors rage dans les Balkans, lui et sa femme ouvrent rapidement Café Castelo avec comme objectif de créer au moins 100 emplois.

Une fidélité gagnante

Pour atteindre son objectif, Prédrag Okuka a misé sur la force du collectif en créant un réseau de 14 cafés-boutiques indépendants, principalement situés dans la région de Québec, avec qui il travaille en partenariat, et non sous la forme d’une franchise traditionnelle.

Concrètement, il aide les propriétaires à se lancer en affaires, à trouver du financement et à s’équiper. Il leur offre également de la visibilité, de la formation, du soutien technique et le monopole sur un territoire. Et, tout cela sans établir de contrat d’exclusivité.

« Toute le monde s’implique et apporte ses idées pour faire avancer l’entreprise car quinze têtes valent mieux qu’une, dit-il. Personne ne profite de personne. On prend les risques ensemble ».

Ce réseau permet aussi à Café Castelo d’assurer l’écoulement des 130 tonnes de café qu’elle torréfie par an. « S’ils débutent en étant peu endettés, ils ont plus de chance de rester en affaires », indique Prédrag Okuka, qui sélectionne soigneusement les nouveaux venus afin de conserver la chimie du groupe.

Objectif croissance

Le pdg-torréfacteur souhaite créer 150 emplois supplémentaires. Pour y parvenir, il compte développer son réseau en ouvrant une quinzaine de nouveaux cafés, notamment à Montréal. Il s’apprête aussi à aller chercher une nouvelle clientèle en vendant son café en grains fraichement torréfiés et ses K-cups dans des boulangeries, des pâtisseries et des épiceries fines. Pour le moment, 5 distributeurs de Québec ont dit oui et Prédrag Okuka espère en convaincre à terme une centaine d’autres.

Afin de rendre possible cette croissance, Café Castelo a investit 2 millions de dollars dans la construction, il y a un et demi, d’une usine de 8 000 pieds carrés à Lévis. Grâce à elle, la production a augmenté de 20% et devrait doubler d’ici cinq ans.

Malgré ces ambitions, Café Castelo tient à rester une entreprise familiale. Pédrag Okuka est entouré de sa femme, qui gère la comptabilité mais aussi du design des emballages, de sa fille qui s’occupe notamment de la communication de l’entreprise et de son fils. À 15 ans, ce dernier assiste son père dans la torréfaction du café. « Voir mes enfants embarquer dans l’entreprise et prendre la relève est ma plus grande fierté et mon plus beau cadeau », se réjouit-il.

Fiche d'entreprise:

  • Date de création : 1996
  • Lieu : Québec
  • Nombre d’employés : 15 directement et 147 dans l’ensemble du réseau
  • Objectif d’ici un an : ouvrir 5 ou 6 ans cafés supplémentaires, surtout à Montréal

 

À la une

À surveiller: Lyft, Air Canada et Dollarama

Il y a 18 minutes | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Lyft, Air Canada et Dollarama? Voici quelques recommandations d'analystes.

Les ventes de voitures ont chuté de 44% en mai au pays

Il s’agit malgré tout d’une amélioration comparativement à l’effondrement de 74,6 % du marché en avril.

Bourse: Wall Street monte à l'ouverture

Il y a 26 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le redémarrage économique des États-Unis stimule la bourse.