Dîner en Blanc contribue à l'essor de start-ups

Publié le 23/08/2016 à 11:11

Dîner en Blanc contribue à l'essor de start-ups

Publié le 23/08/2016 à 11:11

Par Claudine Hébert

Aymeric Pasquier, président et co-fondateur de Dîner en Blanc International, lors de l'événement tenu à New York en 2015.

L’événement Dîner en Blanc, qui aura lieu jeudi le 25 août quelque part à Montréal, a pris une telle ampleur qu’il contribue à l’essor de plusieurs petites entreprises commerciales québécoises. Pas mal pour une PME qui génère près de 1,5 M$ de chiffre d’affaires par année.

«Dans le but d’améliorer l’expérience et la préparation des 5000 participants attendus, nous nous sommes liés cette année à trois partenaires, principalement des start-ups spécialisées en location de vêtements et ventes d’accessoires en blanc», souligne Aymeric Pasquier, président et co-fondateur de Dîner en Blanc International.

Cette PME, dont le siège social est situé à Montréal, emploie une douzaine d’employés à temps plein et près de 200 contractuels à travers la planète. Plus de 50 villes dans le monde ont adopté le concept.

Boutique en Blanc -qui vend ses produits en ligne et sous une adresse éphémère quelques semaines avant l’événement- est l’un de ces nouveaux partenaires d’affaires.

Née l’an dernier, cette entreprise ne vend que des accessoires blancs haut de gamme: tables, chaises, parapluies, sac de transports, accessoires modes pour hommes et femmes. «Ce qui était au départ un passe-temps est en voie de devenir une entreprise avec un très bel avenir» indique la fondatrice de la boutique, Delphine Gras.

Elle-même une participante assidue depuis la toute première édition présentée à Montréal il y a huit ans, Delphine Gras en avait marre de courir les boutiques aux quatre coins de la ville pour dénicher l’équipement nécessaire pour ces soirées.

L’an dernier, sa toute première expérience d’entrepreneure lui a rapporté 15 000$ de revenus. Elle prévoit en faire le double cette année. Et encore plus l’an prochain. Pour l’instant, son marché se limite aux environs de Montréal. Cette ex-agente de placement en soins infirmiers compte toutefois sur sa plateforme en ligne pour rejoindre les quelques dizaines de milliers de participants qui assistent aux divers Dîners en blanc à travers le monde.

Même son de cloche chez Parlour.Club, spécialisée dans la vente en ligne d’accessoires de mode masculins (cravates, lunettes, mouchoirs boutons de manchettes) qui s’est récemment associée à l’équipe de Dîner en Blanc.

«On ne peut demander meilleure visibilité en termes de notoriété et d’exposition pour notre marque qui vient d’être créée en décembre 2015», soutient Nabil Tayeb, président et fondateur de Parlour.Club. Déjà, cette première collaboration devrait représenter près de 15% des revenus pour la première année d’activité de l’entreprise, estime M. Tayeb.

La start-up Loue1robe, qui existe quant à elle depuis trois ans, souhaite, elle aussi, profiter de sa nouvelle association avec l’événement DEB de Montréal. «Grâce au Dîner en Blanc, j’ai consolidé ma place de leader dans la location de vêtement haut de gamme à Montréal», indique Sarra Ghribi, propriétaire de l’entreprise de location de robes et tuxedos griffés.

Les locations de vêtements pour le DEB sont d’ailleurs en pleine progression depuis la création de Loue1robe. « Elles comptent déjà pour 5% des revenus, le double de l’an dernier. Mais surtout, cet événement représente une belle carte de visite auprès d’une clientèle qui peut venir nous voir à l’année pour d’autres réceptions», fait remarquer Sarra Ghribri. La PME, qui emploie 4 personnes à temps partiel, devrait frôler les six chiffres de revenus d’ici la fin de l’année.

Outre ces start-ups, le Dîner en Blanc de Montréal s’est également associé avec trois chefs, Jérôme Ferrer, Lily Sirikittikul et Yann Perreault pour la confection de paniers-pique-nique. Une option, indique Aymeric Pasquier, très appréciée par près d’un participant sur trois.

À la une

La peur du «biais de proximité» s'immisce chez vos employés

Il y a 42 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Plus de 60% des employés s'inquiètent que ceux qui bossent au bureau aient un traitement préférentiel.

8. Calendrier de l'avent des affaires: la semaine de quatre jours

Il y a 42 minutes | Olivier Schmouker

Le calendrier de l'avent des affaires, concocté par Olivier Schmouker... Délicieusement diabolique!

L'année 2021 en recherches sur Google: bitcoins, sports et Canada

Il y a 14 minutes | La Presse Canadienne

Les recherches sur Google des Québécois et Canadiens ont été révélées mercredi.