Des vêtements montréalais qui séduisent des stars de la télé américaine

Publié le 13/06/2016 à 10:02

Des vêtements montréalais qui séduisent des stars de la télé américaine

Publié le 13/06/2016 à 10:02

Par Claudine Hébert

Meryeme Ennasri, Yasin Akyuz et Nargisse E. Akyuz, les trois têtes dirigeantes de Nisse

Ce n’est pas tous les jours que les vêtements d’une entreprise québécoise se retrouvent sur les plateaux de tournage américain. Un conte de fée que vit actuellement la jeune PME montréalaise Nisse avec la téléréalité The Real Housewives of New Jersey, présentant la "vraie vie" de femmes au foyer huppées.


En février dernier, lors du salon commercial de la mode Stitch, à New York, Nargisse E. Akyuz, la créatrice de la marque, et sa sœur Meryeme Ennasri, chargée du marketing, ont eu la chance de rencontrer la styliste de Jacqueline Laurita, l’un des personnages de cette téléréalité regardée en moyenne par deux millions de téléspectateurs chaque semaine.


« La styliste Melissa Polo a eu le coup de foudre pour nos collections, tout comme sa cliente Jacqueline Laurita, qui est suivie par plus d’un million de fans sur les réseaux sociaux », rapporte Meryeme Ennasri, directrice marketing de Nisse.


Jacqueline Laurita est reconnue comme l’une des participantes les plus gentilles parmi les cinq femmes de la série. Présente lors des cinq premières saisons, elle revient cet été après une absence d’un an sur le plateau. La 7e saison débute le 10 juillet prochain sur les ondes de Bravo aux États-Unis et de Slice au Canada


Avant même le début de la diffusion de la 7e saison, ce coup de marketing rapporte déjà à la PME montréalaise, dont les vêtements proposent une touche à la fois nord-américaine et méditerranéenne.


« À deux reprises, la comédienne a publié sur son site Instagram des photos d’elles portant nos vêtements. L’achalandage de notre site web a grimpé d’au moins 50% pendant une semaine », signale Meryeme Ennasri. La veste Castle portée par la comédienne sur l’une des photos est d’ailleurs en rupture de stock.


La commandite d’une dizaine de pièces de vêtements représente un investissement de près de 5000 $ pour l’entreprise dont le siège social est situé rue Saint-Denis, à Montréal. « On estime à plus de 50 000$ les retombées médiatiques directes d’une telle collaboration », soutient la directrice marketing, qui a déjà travaillé dans l’industrie de la télévision au Québec.


Voir un de ses vêtements adopté par une célébrité s’avère un des meilleurs moyens de donner rapidement de la notoriété à une marque, ajoute-t-elle. Ici, des vedettes comme Geneviève Borne et Geneviève Brouillette ont déjà porté des vêtements griffés Nisse.


Ce genre de collaboration avec un plateau de tournage, de surcroît américain, représente une belle opportunité pour une entreprise, soutient Debbie Zakaib, directrice générale de la grappe métropolitaine de la mode. «Mais attention, avertit-elle. Il faut que l’entreprise soit prête à répondre à la demande qui risque d’être soudaine, surtout lorsqu’elle vient du marché américain.» Il faut s’assurer, dit-elle, que le site de ventes en ligne soit efficace et que la production soit bien planifiée.


Les collections de Nisse sont déjà présentes dans une cinquantaine de points de vente au pays (dont près d’une dizaine au Québec), une trentaine aux États-Unis et cinq en Norvège. L’entreprise, qui compte à peine 5 employés, doit embaucher ces jours-ci un représentant des ventes et un responsable des réseaux sociaux.


 


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une: notre spécial transformation numérique

Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, notre spécial transformation numérique.

Xebec profite de l'engouement pour le gaz vert

Édition du 20 Avril 2019 | François Normand

Xebec a le vent dans les voiles. Depuis trois ans, le fournisseur international de solutions de gaz naturel ...

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.