Cryos Technologies : de l'artisanal au numérique

Publié le 05/09/2019 à 14:04

Cryos Technologies : de l'artisanal au numérique

Publié le 05/09/2019 à 14:04

Par Pascal Forget
Homme opérant une imprimante 3D industrielle

Imprimante 3D de Cryos (Photo: courtoisie)

PME DE LA SEMAINE. Cryos Technologies, fabricant d’orthèses plantaires sur mesure, a intégré cette année l’impression 3D à ses procédés de fabrication. Une étape qui complète la numérisation de sa chaîne de fabrication, de la prise de l’empreinte plantaire du patient au bureau du podiatre jusqu’à la fabrication de l’orthèse en usine. Un processus qui était encore en grande partie artisanal l’an dernier.

Même si le processus d’optimisation n’est pas terminé, la transformation fait déjà ses preuves. « Les retombées dépassent largement ce que nous attendions. Nous avons doublé la productivité ; le temps de production est passé de 5 à 10 jours », affirme John Stimpson, président de Cryos Technologies. Seulement quelques étapes — moins de 15 % du processus — ne sont pas encore numérisées. Par exemple, la finition de surface des orthèses continue d’être faite à la main pour en assurer la qualité.

L’entreprise a auparavant investi en robotique, mais le gain de productivité s’était révélé plus marginal, autour de 20 % à 25 %.

L’élimination des moules de plâtre et de mousse diminue aussi grandement la quantité de déchets de l’entreprise. « Je m’attendais à voir une baisse, mais jamais autant. Je me sens beaucoup plus à l’aise par rapport à notre profil écologique », explique M. Stimpson.

Depuis 1994, Cryos propose un produit différent de la concurrence, ce qui cause des résistances. « L’orthèse traditionnelle immobilise le pied dans une position neutre. La nôtre encourage un mouvement naturel du pied, pour le renforcer, une technique unique au monde, précise M. Stimpson. Les podiatres en pratique depuis 10 à 15 ans nous disent rarement qu’ils nous attendaient. » L’entreprise de Joliette choisit donc, en 2010, de se concentrer sur le marché des jeunes podiatres, plus ouverts au changement.

La production manuelle limitait toutefois la croissance de l’entreprise. Il fallait former, intégrer et conserver la main-d’œuvre. « On cherchait des gens avec une dextérité manuelle et une capacité visuo-spatiale qui ne se trouve que dans 6 % de la population, indique M. Stimpson. Cela demandait au moins un an pour arriver à un bon taux de productivité. »

Aujourd’hui, le profil des employés a changé. Le travail chez Cryos ressemble plus à celui d’un laboratoire qu’à celui d’un atelier. La moitié des employés travaille maintenant devant un écran. Plus de deux millions de dollars ont été investis dans la numérisation des installations. Pour chaque dollar en équipement, il faut compter au moins 3 $ en logiciels. « La liste de choses à valider pour démarrer l’imprimante 3D est probablement aussi complexe que celle pour faire décoller un 747 », mentionne en souriant M. Stimpson. 

Pour réussir, il faut cependant investir. « On pense toujours qu’on a assez d’argent, mais quand on est en pleine croissance et plein d’ambition… Nous sommes en mode de financement chaque année depuis 10 ans », explique le président.

Avec son processus de fabrication numérique, Cryos peut augmenter rapidement sa production, une situation idéale pour se lancer sur le marché américain. Pour s’y démarquer, l’entreprise mise encore une fois sur la différence de son produit. « Aux États-Unis, où tout le monde se voit comme un homme d’affaires, cela a une valeur, mentionne M. Stimpson. Au Canada, nous n’avons pas la même sensibilité. » 

L’entreprise estime détenir environ 30 % du marché des orthèses plantaires sur mesure au Québec, et a aussi un réseau de distribution en Ontario. Elle prévoit quadrupler son chiffre d’affaires au cours des trois prochaines années.

Cryos Technologies en quelques chiffres

Nombre d’employés : 30 personnes

Siège social : Joliette

Chiffre d’affaires : Moins de 10 millions par année.

Année de création : 1994

Marchés desservis : Québec et Ontario

Objectif pour la prochaine année : Trouver nos 10 premiers clients aux États-Unis.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

Sur le même sujet

Une grande révolution en 3D

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Les secteurs clés de l'économie québécoise, du matériel de transport terrestre à l'aérospatial...

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

OPINION Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau
Industrie et recherche doivent mieux collaborer
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau
La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive
Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

À la une

N'attendez pas au 30 septembre avant de payer vos impôts

EXPERT INVITÉ. Quelles sont les conséquences si on produit notre déclaration de revenus après la limite?

La Caisse de dépôt enregistre un rendement de -2,3% au premier semestre

Il y a 26 minutes | La Presse Canadienne

La Caisse de dépôt et placement du Québec a résisté tant bien que mal aux impact de la COVID-19 au premier semestre.

Boralex améliore sa performance malgré la COVID-19

Le producteur québécois d'énergie renouvelable a de nouveaux projets et a signé un deuxième contrat privé, en France.