Cryos Technologies : de l'artisanal au numérique

Publié le 05/09/2019 à 14:04

Cryos Technologies : de l'artisanal au numérique

Publié le 05/09/2019 à 14:04

Par Pascal Forget
Homme opérant une imprimante 3D industrielle

Imprimante 3D de Cryos (Photo: courtoisie)

PME DE LA SEMAINE. Cryos Technologies, fabricant d’orthèses plantaires sur mesure, a intégré cette année l’impression 3D à ses procédés de fabrication. Une étape qui complète la numérisation de sa chaîne de fabrication, de la prise de l’empreinte plantaire du patient au bureau du podiatre jusqu’à la fabrication de l’orthèse en usine. Un processus qui était encore en grande partie artisanal l’an dernier.

Même si le processus d’optimisation n’est pas terminé, la transformation fait déjà ses preuves. « Les retombées dépassent largement ce que nous attendions. Nous avons doublé la productivité ; le temps de production est passé de 5 à 10 jours », affirme John Stimpson, président de Cryos Technologies. Seulement quelques étapes — moins de 15 % du processus — ne sont pas encore numérisées. Par exemple, la finition de surface des orthèses continue d’être faite à la main pour en assurer la qualité.

L’entreprise a auparavant investi en robotique, mais le gain de productivité s’était révélé plus marginal, autour de 20 % à 25 %.

L’élimination des moules de plâtre et de mousse diminue aussi grandement la quantité de déchets de l’entreprise. « Je m’attendais à voir une baisse, mais jamais autant. Je me sens beaucoup plus à l’aise par rapport à notre profil écologique », explique M. Stimpson.

Depuis 1994, Cryos propose un produit différent de la concurrence, ce qui cause des résistances. « L’orthèse traditionnelle immobilise le pied dans une position neutre. La nôtre encourage un mouvement naturel du pied, pour le renforcer, une technique unique au monde, précise M. Stimpson. Les podiatres en pratique depuis 10 à 15 ans nous disent rarement qu’ils nous attendaient. » L’entreprise de Joliette choisit donc, en 2010, de se concentrer sur le marché des jeunes podiatres, plus ouverts au changement.

La production manuelle limitait toutefois la croissance de l’entreprise. Il fallait former, intégrer et conserver la main-d’œuvre. « On cherchait des gens avec une dextérité manuelle et une capacité visuo-spatiale qui ne se trouve que dans 6 % de la population, indique M. Stimpson. Cela demandait au moins un an pour arriver à un bon taux de productivité. »

Aujourd’hui, le profil des employés a changé. Le travail chez Cryos ressemble plus à celui d’un laboratoire qu’à celui d’un atelier. La moitié des employés travaille maintenant devant un écran. Plus de deux millions de dollars ont été investis dans la numérisation des installations. Pour chaque dollar en équipement, il faut compter au moins 3 $ en logiciels. « La liste de choses à valider pour démarrer l’imprimante 3D est probablement aussi complexe que celle pour faire décoller un 747 », mentionne en souriant M. Stimpson. 

Pour réussir, il faut cependant investir. « On pense toujours qu’on a assez d’argent, mais quand on est en pleine croissance et plein d’ambition… Nous sommes en mode de financement chaque année depuis 10 ans », explique le président.

Avec son processus de fabrication numérique, Cryos peut augmenter rapidement sa production, une situation idéale pour se lancer sur le marché américain. Pour s’y démarquer, l’entreprise mise encore une fois sur la différence de son produit. « Aux États-Unis, où tout le monde se voit comme un homme d’affaires, cela a une valeur, mentionne M. Stimpson. Au Canada, nous n’avons pas la même sensibilité. » 

L’entreprise estime détenir environ 30 % du marché des orthèses plantaires sur mesure au Québec, et a aussi un réseau de distribution en Ontario. Elle prévoit quadrupler son chiffre d’affaires au cours des trois prochaines années.

Cryos Technologies en quelques chiffres

Nombre d’employés : 30 personnes

Siège social : Joliette

Chiffre d’affaires : Moins de 10 millions par année.

Année de création : 1994

Marchés desservis : Québec et Ontario

Objectif pour la prochaine année : Trouver nos 10 premiers clients aux États-Unis.

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Imprimer des fusées en 3D, un nouveau pari de la Silicon Valley

09/04/2019 | AFP

Relativity Space qui veut lancer des fusées entièrement imprimées en 3D est passée en un an de 14 à 80 salariés.

Le Canada comble son retard dans l'impression 3D

Édition du 10 Novembre 2018 | François Normand

Le Canada est en train de combler le retard qu'il a pris ces dernières années dans la fabrication additive ...

OPINION 10 choses à savoir mercredi
04/10/2017 | Alain McKenna
Dyze Design : faire sa place dans le monde de l'impression 3D
Édition du 25 Février 2017 | Denis Lalonde
10 choses à savoir mercredi
Mis à jour le 08/02/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna

À la une

Comment Trump alimente les tensions dans le golfe Persique

20/09/2019 | François Normand

ANALYSE - Le golfe Persique est une poudrière sur le point d'exploser; Washington en est en grande partie responsable.

La Bourse attend le prochain déclic

BLOGUE. Les bonnes données économiques et la Fed rassurent mais le test des profits et du conflit commercial approchent.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

21/09/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.