Après le Super Bowl, la montréalaise Connect&Go score aux JO

Publié le 05/02/2018 à 15:05

Après le Super Bowl, la montréalaise Connect&Go score aux JO

Publié le 05/02/2018 à 15:05

Par Catherine Charron

Photo: courtoisie de Connect&Go

Connect&Go clôt à peine son aventure au Super Bowl 2018, que l’entreprise spécialisée dans l’Internet des objets se tourne déjà vers Pyeongchang, où elle mettra à profit ses bracelets intelligents.

Conçus à Montréal et produits en Chine, ceux-ci serviront à la fois de clé d’accès au site du village olympique et de mode de paiement. Puisque la sécurité est un élément fondamental pour le comité organisateur selon le cofondateur de Connect&Go, Dominic Gagnon, leur technologie était tout indiquée pour répondre à ce besoin.

En plus de gérer l’accès au site, ces puces récupèrent des données sur la position de la personne qui le porte. Ne prêtez pas votre bracelet: une photo du détenteur est cryptée dans la puce, et s’affichera chaque fois qu’elle sera scannée.

Cette technologie a initialement été développée pour le Beach Club de Pointe-Calumet, où des clients partageaient un même bracelet. «La reconnaissance faciale y a complètement éliminé la fraude.

Le besoin pour les J.O. est semblable, mais c’est surtout pour accroître la sécurité sur les lieux», explique Dominique Gagnon, qui a été mandaté il y a moins de quatre mois par le comité organisateur du village olympique.

Malgré le court laps de temps qui lui est alloué pour préparer son arsenal, Connect&Go n’a pas éprouvé de difficulté à produire les 12000 bracelets requis. «Ce n’est pas un gros déploiement en termes de nombre, mais en termes de technologie et de gestion pour les acheminer jusque dans la région de Pyeongchang, c’est un défi», mentionne-t-il.

L'expérience olympique de la jeune pousse montréalaise est loin de se terminer avec la cérémonie de clôture du 25 février 2018. «Nous avons déjà eu trois rencontres avec le comité organisateur des Jeux de Tokyo en 2020 pour assurer l’accès au site en entier, et pas juste au village olympique», se réjouit Dominic Gagnon.

C’est le dossier immaculé de toute erreur technique de l’entreprise et ses nombreuses collaborations avec des événements d’envergure comme le Super Bowl qui ont séduit le comité organisateur du village olympique, croit Dominic Gagnon: «On s’est créé une réputation dans le marché.»

À la conquête de l’Est

Connect&Go, qui fêtera son 6e anniversaire cette année, ouvrira son premier bureau en sol européen d’ici la fin du mois de février. Ce nouvel établissement à Paris servira de porte d’entrée dans ce marché qui représente moins de 20% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

 


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Tokyo 2020: assez de métal recyclé pour fabriquer toutes les médailles

08/02/2019 | AFP

Les organisateurs des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo en 2020 ont annoncé vendredi avoir réussi ...

Des cyberattaques attribuées à la Russie ont visé le Canada

04/10/2018 | AFP

Ces allégations font référence à un piratage survenu en 2016.

À la une

Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique

15:31 | AFP

Le G7 s’est aussi entendu sur « pour instaurer une taxation minimale à l’impôt sur les sociétés ».

FaceApp aspire vos données, mais ce n'est pas la seule

15:15 | AFP

Outre le fait que la société est russe, sont en cause les conditions générales d’utilisation.

États-Unis: mises en garde sur la populaire application russe FaceApp

10:49 | AFP

Un sénateur appelle la police à enquêter sur les «risques pour la sécurité nationale et la vie privée».