Cette technologie montréalaise révolutionne l'expérience client

Publié le 14/01/2016 à 14:23

Cette technologie montréalaise révolutionne l'expérience client

Publié le 14/01/2016 à 14:23

Par Claudine Hébert

Dans le nouveau Sports Experts du Carrefour Laval, plus besoin d’attendre que le commis aille vérifier à l’arrière si l’établissement tient en stock votre pointure de chaussure. Grâce à une puce instaurée dans les modèles présentés au mur, vous obtenez instantanément cette info. L’écran peut même vous indiquer si votre pointure se trouve dans une autre boutique de la chaîne.


Cette nouvelle technologie qui révolutionne l’expérience client est l’oeuvre d’Orckestra, une entreprise montréalaise. « Depuis trois ans, nous travaillons à aider les grandes et moyennes entreprises, détaillants, épiciers ou fabricants, à maximiser l’expérience client », souligne Louis Fournier, pdg d’ Orckestra. Autrement dit, la PME développe des solutions pour que l’information véhiculée par les commerçants sur le web soit la même en magasin. Et vice-versa.





L’expérience du mur interactif est tellement concluante dans les boutiques Sports Experts, que cette technologie sera introduite dans les 175 autres magasins du groupe FGL Sports au Québec, au cours des trois prochaines années, signale Jean-Stéphane Tremblay, vice-président exécutif du Groupe FGL Sports. 


À lire aussi : Sports experts: design interactif au service de la clientèle


Expansion mondiale


Et ce n’est qu’un début. La PME, qui célèbrera ses 10 ans de création en août prochain, a l’intention de profiter du nuage Microsoft Azure pour que les commerçants bénéficient de ses solutions innovantes partout sur la planète.


À l’origine, Orckestra se voulait une entreprise en intégration de systèmes. Ses deux premiers associés, Vincent Trépanier et Louis Fournier, issus d’ Accenture et de CGI, souhaitaient offrir un service plus personnalisé aux clients. « Notre intention était d’offrir une orchestration des systèmes, d’où le nom de notre entreprise, Orckestra», explique M. Fournier. Pour ne pas associer le nom à une seule langue, en l’occurrence le français, l’orthographe a été modifié.



Depuis deux ans, l’entreprise bénéficie d’une importante aide financière de la part du Fonds de solidarité FTQ, du Fondaction CSN et de W Investments. Après une première ronde d’investissement de 8 millions de dollars en septembre 2014, ce sont 12 M$ qu’ont injecté ces trois entités en décembre 2015 pour faciliter le développement de produits et l’expansion mondiale d’Orckestra.


L’été dernier, la PME a fait l’acquisition d’une entreprise de logiciels de gestion de contenu (CMS), Composite AS, établie à Copenhague, au Danemark, et a déjà signé une entente avec la division italienne d’une chaîne d’alimentation majeure européenne.


Outre les boutiques du groupe FGL Sports, cette plateforme moderne aide déjà d’autres grandes marques comme Mondou et Sobeys. « Dans les supermarchés IGA, vous pouvez entamer votre épicerie sur le web et la compléter sur place », indique Louis Fournier.


Aux États-Unis, les solutions d’Orckestra sont déjà utilisées par la chaîne Giant Eagle, fortement implantée en Pennsylvanie et en Ohio. « Dans la plupart de ces épiceries, on compte plus de 80 employés dédiés à préparer les paniers commandés en ligne. Et pour faciliter leur travail, la liste des produits du consommateur apparait dans l’ordre de leur apparition dans les allées », rapporte M. Fournier.


Combler les nouveaux besoins des clients


Les solutions d’Orckestra répondent aux nouveaux besoins des clients, dit le professeur Louis Fabien, associé à la chaire de marketing et expérience client des HEC. « Aujourd’hui, le consommateur cherche d’abord son information sur le web. Qu’il puisse en obtenir davantage en magasin à l’aide d’outils, et de la part du commis équipé, lui aussi, d’un accès électronique, ça ne fait qu’augmenter la décision d’achat du consommateur », dit-il.


L’automne dernier, la PME de Montréal a ouvert un bureau à Austin, au Texas, afin de poursuivre sa conquête du marché américain qui représente actuellement 25 % du chiffre d’affaires de la PME de 180 employés. « On a choisi cette ville texane pour sa localisation, y compris pour ses qualités attrayantes. Austin attire actuellement beaucoup de jeunes talents », rapporte M. Fournier.


En 2015, les revenus d’Orckestra étaient d’un peu plus de 10 M$. « L’entreprise devrait franchir le cap des 13 M$ en 2016 », estime M. Fournier.


Smart box


 



  • Date de création : août 2006

  • Lieu : Montréal

  • Nombre d’employés : 180, dont 165 au Québec

  • Objectif dans un an : L’internationalisation d’Orckestra entraîne une volonté de réorganiser sa gouvernance au cours des prochains mois. Actuellement, le conseil d’administration compte 5 membres, principalement des investisseurs et des associés. Orckestra souhaite se doter d’un conseil d’administration de sept membres. « On veut aller chercher des experts en marketing, en ventes et en gestion financière dans l’industrie du commerce. Des gens d’ici, mais aussi d’ailleurs», indique Louis Fournier.


 

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

À la une: spécial 500, la recherche et développement au service de la croissance

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Cette semaine, notre classement des 500 est accompagné d’un dossier sur un des moteurs des entreprises: la R-D.

À la une: les métiers de demain (matin!)

Édition du 11 Mai 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, les métiers de demain.

À la une

Votre insomnie, la clé du succès de ce développeur montréalais

BLOGUE. En dix ans, Ipnos Software a aidé plus de 35 millions de gens à mieux dormir.

J'aimerais acheter, pourriez-vous vendre svp?

BLOGUE INVITÉ. C'est par incompétences ou paresses que certains détaillants perdent des ventes au profit d'Amazone.

À surveiller: CAE, Goodfood et Restaurant Brands

Que faire avec les titres de CAE, Goodfood et Restaurant Brands?