Au Diable Vert: une étoile de plus dans le ciel de Glen Sutton

Publié le 27/06/2019 à 11:57

Au Diable Vert: une étoile de plus dans le ciel de Glen Sutton

Publié le 27/06/2019 à 11:57

Par Claudine Hébert
Une scène sous un ciel étoilé.

Le National Geographic ObservÉtoiles serait le tout premier planétarium extérieur à réalité augmentée au monde. (Photo: courtoisie)

PME DE LA SEMAINE. Réussir — et être rentable —, dans l’industrie touristique, plus particulièrement dans le domaine du plein air, constitue un défi de taille au Québec. Un tour de force qu’accomplit pourtant la station de montagne Au Diable Vert, à Glen Sutton, depuis une bonne décennie.

Depuis qu’ils en ont fait l’acquisition en 2005, Julie Zeitlinger et Jeremy Fontana ont transformé cette station de plein air en l’une des destinations les plus courues des Cantons de l’Est. Et ce, été comme hiver. « Nos quelque 120 places d’hébergement en refuge affichent complet tous les weekends de l’année. De juin à octobre, s’ajoutent à ces abris près d’une trentaine d’espaces de camping qui sont, eux aussi, occupés sept jours semaine. En fait, nous affichons complet près de 260 jours par année », soutient Jeremy Fontana.

En moins de 15 ans, ce couple formé d’une Autrichienne et d’un Italien, parents de quatre enfants, a permis de décupler les revenus annuels de l’entreprise qui se situent aujourd’hui entre 1 et 2 M$.

D’où vient la clientèle ? Majoritairement du Québec, indique Jeremy Fontana. « Inutile de s’obstiner à investir des dizaines de milliers de dollars pour attirer une clientèle hors Québec. On n’offre ni chasse ni baleine ni produits autochtones ou tourisme gourmand, soit les principales attractions qui attirent les touristes hors Québec. Remarquez, près de 10 % des visiteurs proviennent tout de même de l’extérieur de la province. »

Le balcon d'un chalet

«En fait, nous affichons complet près de 260 jours par année », soutient Jeremy Fontana. (Photo: courtoisie)

Quelle est donc alors la recette de cette PME touristique qui compte maintenant une vingtaine d’employés ? Croître tout en préservant l’intimité des lieux, répond le propriétaire. L’entreprise qui s’étendait au départ sur une superficie de 200 acres en compte aujourd’hui plus de 460, dont une centaine sont situés en bordure de la rivière Missisquoi. « Notre destination offre un des rares panoramas québécois dignes des Préalpes européennes, situés à moins de 90 minutes du pont Champlain. Une vue spectaculaire presque vierge d’habitation à laquelle nous avons ajouté diverses activités qui peuvent occuper les visiteurs pendant au moins une semaine », ajoute Jeremy Fontana.

Parmi ces activités, on note le Vélo-Volant, la descente de la rivière Missisquoi sur embarcation, et, depuis l’été dernier, le National Geographic ObservÉtoiles, le tout premier planétarium extérieur à réalité augmentée au monde, signale Jeremy Fontana. Cet amphithéâtre de 184 sièges, aménagé à plus de 300 m d’altitude, constitue un investissement de plus de trois quarts de millions de dollars. L’an dernier, les 35 soirées ont affiché, elles aussi, complet. Les propriétaires ont d’ailleurs réussi à obtenir pour la station, l’appellation de Réserve internationale de ciel étoilé. Il s’agit de la 2e destination du genre au Québec, après l’observatoire du Mont-Mégantic, à obtenir ce titre. Au total, le Canada en compte 20.

Ce n’est pas la seule distinction que collectionne maintenant cette destination. En janvier dernier, la station Au Diable Vert a, pour une 2e fois en trois ans, remporté le World Travel Award dans la catégorie Canada’s Leading Wilderness Resort. L’entreprise a réussi à décrocher ce titre devant le chic Clayoquot Resort, de l’ile de Vancouver, en Colombie-Britannique (un séjour y coûte près de 2000 $ la nuit par personne), un habitué de ce prix depuis la création de cette catégorie en 2015.

Au Diable Vert en bref

— Année de fondation : 1998

— Nombre d’employés : 24, dont trois dédiés au marketing et développement

— Chiffre d’affaires : Entre 1 et 2 M$

— Bon à savoir : l’activité ObservÉtoiles ne contribue pas seulement à augmenter la notoriété de la station de montagne Au Diable Vert, elle stimule aussi l’activité économique de plusieurs commerçants à Sutton. Il faut savoir que plus de 75 % des gens qui participent à ces soirées ne séjournent pas à la station. La plupart des commerçants, notamment l’Auberge Sutton Brouerie estime voir des hausses d’achalandage d’au moins 15 % à 20 % les jours de présentation de l’activité.

 

 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.