Vos employés ont le droit de savoir, mais ont-ils besoin de tout savoir ?

Publié le 01/01/2011 à 00:00, mis à jour le 07/01/2011 à 16:53

Vos employés ont le droit de savoir, mais ont-ils besoin de tout savoir ?

Publié le 01/01/2011 à 00:00, mis à jour le 07/01/2011 à 16:53

L'accès à l'information, c'est le pouvoir. Le meilleur exemple vient de WikiLeaks, le site Web à l'origine de la plus grande fuite de documents secrets américains de l'histoire, qui cause des migraines aux diplomaties mondiales.

Confier à vos employés l'accès aux informations privilégiées sur votre entreprise les motive, les forme et contribue à leur développement. Mais c'est également leur ouvrir la porte vers une source de pouvoir que les malintentionnés et même ceux moins prévoyants peuvent utiliser contre l'organisation.

" Je ne connais pas d'entreprise qui divulgue toute l'information à tous ses employés. Il y a un certain nombre de données confidentielles, comme le développement d'un nouveau produit, dont seulement un groupe restreint a tous les éléments ", explique Pierre Joron, associé de Groupe Conseil CFC, qui compte plus de 30 ans d'expérience dans la gestion des ressources humaines.

Informer et protéger son avantage concurrentiel

Les statistiques sont troublantes : une entreprise canadienne sur deux aurait été victime d'un délit économique (fraude comptable, violation de la propriété intellectuelle, blanchissement d'argent, détournement des biens..) en 2009, selon une enquête réalisée par PricewaterhouseCoopers. Dans 38 % des cas, le fraudeur était un salarié.

En conséquence, les entreprises font face à un double défi : d'une part, bien informer leurs employés afin qu'ils soient motivés et innovants, et d'autre part protéger leur avantage concurrentiel contre les fuites d'information stratégique.

À la une

Une start-up montréalaise s’envole grâce aux Émirats arabes unis

La start-up montréalaise C3RiOS Systems voit le jour grâce aux Émirats arabes unis.

Comment avoir une écoute vraiment attentive?

Il y a 23 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «En tant que boss, je devrais être à l'écoute des autres. Mais je n'y arrive vraiment pas...»

À surveiller: Microsoft, Rogers et Exxon Mobil

Que faire avec les titres de Microsoft, Rogers Communications et ExxonMobil? Voici quelques recommandations d’analystes.