Vive les nouvelles formules !


Édition du 05 Septembre 2015

Vive les nouvelles formules !


Édition du 05 Septembre 2015

[Photo : iStock]

Avec son nom provocateur, No Pay MBA, le site de l'Américaine Laurie Pickard a fait le tour du monde. Plutôt que de s'inscrire à un MBA au prix d'une université américaine - de 60 000 $ US à plus de 180 000 $ US, selon le type de programme et l'université -, la jeune femme a suivi depuis 2013 plusieurs cours en ligne ouverts à tous (mieux connu sous l'acronyme anglais MOOC, pour massive open online course). Des cours offerts dans différentes matières, dispensés par des sommités pour un prix dérisoire - moins de 1 000 $ US, selon la jeune femme.

À lire aussi:
Quoi de neuf dans les universités ?
Le GMAT, un examen controversé
Les programmes en région se démarquent

Le hic : l'accumulation de MOOC ne donne pas droit à un diplôme MBA en bonne et due forme, alors que les candidats à ce titre prestigieux veulent pouvoir utiliser les trois lettres pour faire avancer leur carrière. Sans compter qu'il faut faire preuve d'une discipline de fer pour réussir à suivre tous ces cours sans le soutien d'un enseignant en chair et en os, et de coéquipiers engagés dans la même galère. «Il faut une saprée motivation pour y parvenir seul. L'équipe tire les individus et certains arrivent au bout du processus grâce au groupe. Seuls, ils n'auraient pas réussi», dit Guy Cucumel, directeur des programmes de MBA pour cadres en exercice de l'ESG UQAM.

Certains choisiront plutôt de se tourner vers des formations en ligne menant à un diplôme. Si aucune présence physique n'est obligatoire dans ces formules, le cursus est bien encadré par l'université qui l'offre, des devoirs écrits doivent être rendus à dates fixes et les apprentissages sont sanctionnés par des examens.

Avec près de 900 étudiants inscrits par an, l'Université Athabasca, en Alberta, se vante d'être la première du monde à avoir conçu un programme de MBA exécutif totalement en ligne en 1994. Elle attire même des étudiants du Québec. «Dans une proportion de 97 %, ils occupent un emploi à temps plein, principalement dans les domaines médical et pharmaceutique, de la finance et de l'assurance, de l'énergie et de la fabrication», dit Farid Noordin, responsable du marketing et des relations avec les diplômés de l'université.

Offre encore timide au Québec

Des prix moins élevés, des horaires plus flexibles, un meilleur accès aux outils technologiques... Les arguments pour se tourner vers ces nouvelles façons de préparer un MBA sont nombreux.

Toutefois, aucune université québécoise n'offre encore de programmes de MBA totalement en ligne. Le seul moyen pour un Québécois de faire un MBA de cette façon est de s'inscrire à un programme d'une université canadienne ou étrangère, comme l'Université Queen's, à Kingston, ou l'Université Athabasca.

Par contre, quelques universités québécoises proposent des formules hybrides, soit des programmes traditionnels comprenant certains cours en ligne. À l'Université Laval, particulièrement avancée dans ce domaine avec 70 programmes offerts en ligne, seul le MBA Gestion pour cadres en exercice est réellement en formule hybride. «Les gestionnaires qui travaillent tout en faisant un MBA aiment cette solution qui n'exige une présence physique aux cours qu'une journée toutes les deux semaines pendant les 20 à 22 mois que dure le programme», explique André Gascon, directeur des programmes de MBA. De 25 à 30 étudiants suivent ce programme chaque année.

Daniel-Paul Lavallée, directeur général de la Fédération québécoise de ski alpin, a expérimenté cette formule. Vivant à Montréal et ayant une activité professionnelle très prenante, il a choisi de faire son EMBA (executive MBA) à l'Université Laval, en grande partie parce que le cursus hybride exigeait une présence moindre que les autres formations. Il a aimé l'expérience, sauf les examens en ligne, qu'il a trouvé «plus stressants». «C'est intense quand on appuie sur le go. En classe, c'est une ambiance plus rassurante», souligne-t-il.

Grâce à l'autonomie acquise durant sa carrière, il n'a pas eu de difficulté à rester motivé pour travailler. Les rencontres d'équipes régulières, deux fois par mois pendant les deux ans que dure la formation, lui ont également permis de tenir le cap. «J'ai découvert de nouveaux logiciels, notamment d'autres solutions que Skype, dont je me sers maintenant dans mon travail, ajoute-t-il. On avait des cours en vidéo ou en direct à certains moments, on remettait des devoirs par Internet, on avait des réunions d'équipe en ligne. Mais le professeur était toujours accessible pour répondre à des questions.»

À lire aussi:
Quoi de neuf dans les universités ?
Le GMAT, un examen controversé
Les programmes en région se démarquent

À la une

Lithium en territoire cri: une mine qui divise et ravive de vieilles blessures

La région autour de Nemaska possèderait l‘un des plus grands gisements de spodumène au monde.

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

04/02/2023 | François Normand

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.