Vaccin ou test requis pour servir des ventis aux États-Unis

Publié le 04/01/2022 à 07:30

Vaccin ou test requis pour servir des ventis aux États-Unis

Publié le 04/01/2022 à 07:30

Par Catherine Charron
Le logo de Starbucks dans un de ses cafés

(Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Si un barista américain de Starbucks refuse de se faire administrer ses doses de vaccin contre la COVID-19, il pourrait bien devoir accrocher son tablier, a annoncé la direction de l’emblématique chaîne de cafés de Seattle selon plusieurs médias.

En effet, à compter du 9 février 2022, tous ses employés devront être adéquatement vaccinés, sans quoi ils passeront chaque semaine à leurs frais un test de dépistage, symptômes ou pas.

L’entreprise a précisé que seuls ceux réalisés par des pharmaciens ou des médecins seront acceptés. En d’autres termes, les tests rapides effectués à la maison ne seront pas considérés comme une preuve valide.

Dès le 10 janvier prochain, ses salariés seront aussi obligés de dévoiler leur statut vaccinal, qu’ils bossent ou pas derrière la machine à espresso, alors que le variant Omicron confine un nombre croissant de ses travailleurs.

D’ailleurs, Starbucks fait passer leur période d’isolement de 10 à 5 jours, comme l’ont suggéré les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis le 27 décembre 2021.

Ces employés pourront toujours profiter de congés payés, s’ils contractent la COVID-19 et qu’ils doivent donc se confiner. Deux fois par trimestre, ceux-ci peuvent percevoir leur rémunération pour au plus cinq jours de travail manqué.

Starbucks devient ainsi la première chaîne de restaurants à dévoiler son plan de match pour se plier au controversé projet de loi proposé par les démocrates, qui oblige les sociétés qui emploient 100 travailleurs et plus à imposer la vaccination ou des tests réguliers à sa main-d’œuvre, rapporte le Wall Street Journal.

D’abord prévue le 4 janvier 2022, l’entrée en vigueur de cette nouvelle consigne a été repoussée au 9 février par le département du Travail. Si elle a été réinstaurée en décembre par une cour d’appel, son sort n’est toujours pas scellé, puisque la Cour suprême se penchera sur son cas le 7 janvier prochain.

Si cette date est encore révisée, l’entreprise a précisé qu’elle s’ajusterait en conséquence, apprend-on dans un texte de CNBC.

 

 

Pour ne plus louper ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!

 


 

Sur le même sujet

Cessez de «snoozeRH»

27/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine.

Cessez de «snoozeRH»

20/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine.

À la une

Bourse: Toronto clôture en baisse de près de 200 points

Mis à jour il y a 24 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street finit en ordre dispersé, la baisse des taux profite au secteur technologique.

À surveiller: Boralex, Air Canada et Canopy Growth

09:15 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Boralex, Air Canada et Canopy Growth ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les Américains exportent désormais plus de gaz en Europe que les Russes

Depuis le début de l’invasion de l'Ukraine, les exportations de gaz russe en Europe ont chuté de moitié, selon l'AIÉ.