Réseautage fusionnel, un nouvel outil pour acquérir ou se départir d'une entreprise


Édition du 05 Avril 2014

Réseautage fusionnel, un nouvel outil pour acquérir ou se départir d'une entreprise


Édition du 05 Avril 2014

Les professionnels en fusions et acquisitions se préparent pour un grand boum avec le retrait anticipé de quelque 100 000 entrepreneurs dans les 10 prochaines années au Québec. De plus en plus rejoignent le Club M&A, un réseau mis sur pied dans la région de Montréal en 2009 pour faciliter les échanges et accélérer le processus des transactions d'affaires, qui prennent souvent des années à se concrétiser. De nouvelles cellules se sont constituées dans la province ; il en existe maintenant huit, accueillant au total 310 membres qui se réunissent 10 fois par an.

«C'est du réseautage transactionnel. On se présente avec ce qu'on offre et non en tant qu'entreprise», explique le président fondateur Brahm Elkin, fier d'annoncer à ses membres une transaction de quelques dizaines de millions de dollars conclue début mars entre Novacap et le transporteur Groupe GTI. «Le Club nous a permis de dénicher une belle occasion qu'on n'aurait pas vu passer dans nos démarches habituelles», confirme Antoine Casimir, v.-p. du Fonds d'investissement, qui gère un actif de 1,1 milliard de dollars.

Le 19 mars, le Club M&A de Québec recevait une vingtaine de professionnels des fusions et acquisitions. L'un cherchait un acheteur pour une entreprise de design graphique, l'autre avait un client pour un studio de jeux vidéo de 20 à 50 employés, tandis qu'un autre devait vendre un hôtel sur la rive nord de Québec. En un tour de table, une vingtaine d'offres étaient annoncées sommairement, sans que les noms des acheteurs et des vendeurs de PME soient dévoilés. C'est tout le défi quand on veut vendre ou acheter : le faire savoir sans le crier sur tous les toits, de crainte de faire monter les enchères ou de diminuer la valeur de ce qu'on a bâti.

À la fin de chaque réunion, les coordonnées de chacun des participants sont transmises au groupe, de manière à ce que les intéressés puissent prendre contact avec d'autres et amorcer des discussions en vue d'une transaction.

«L'information sur les transactions possibles circule, c'est l'avantage du Club. Cela crée des réflexes entre les gens du milieu de se mettre en lien et ça donne aussi une valeur ajoutée à nos clientèles respectives, car nous avons accès à plus d'informations sur les transactions», explique Simon Clément, avocat chez Stein Monast.

«Ce réseau se distingue au Canada par la fréquence des rencontres. On établit de vraies relations», considère Antoine Casimir, de Novacap.

Les directeurs des chambres de commerce de Québec et de Lévis participaient pour la première fois à la réunion du Club M&A en mars.

«Je suis assez impressionné, et je pense que ça va prendre de l'ampleur», fait valoir Alain Kirouac, de la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, qui a offert sa collaboration pour mettre en contact le Club M&A et des investisseurs étrangers qui s'adressent à elle, à la recherche d'une bonne affaire en sol québécois.

Québec accueillera d'ailleurs pour la première fois le 28 mai le Forum M&A, un événement qui réunit 400 professionnels et participants.

À la une

Lithium en territoire cri: une mine qui divise et ravive de vieilles blessures

La région autour de Nemaska possèderait l‘un des plus grands gisements de spodumène au monde.

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

04/02/2023 | François Normand

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.