Quelles compétences cultiver en 2022?

Publié le 04/01/2022 à 10:45

Quelles compétences cultiver en 2022?

Publié le 04/01/2022 à 10:45

Par Olivier Schmouker

(Photo: Annie Spratt pour Unsplash)

MAUDITE JOB! est une rubrique où Olivier Schmouker répond à vos interrogations les plus croustillantes [et les plus pertinentes] sur le monde de l’entreprise moderne… et, bien sûr, de ses travers. Un rendez-vous à lire les mardis et les jeudisVous avez envie de participer? Envoyez-nous votre question à mauditejob@groupecontex.ca

Q. – «La période des Fêtes est devenue pour moi un temps de réflexion sur ma vie professionnelle. Cette fois-ci, j’en suis arrivée à la conclusion que j’aimerais me donner un nouvel élan, peut-être bien en changeant d’entreprise, voire de métier. Pour orienter mon choix, j’ai besoin de savoir quelles seront les compétences qui seront en vogue en 2022 et au-delà…» – Océane 

R. — Chère Océane, je pourrais vous répondre en m’appuyant sur des sondages récents menés auprès d’employeurs, des sondages qui se ressemblent beaucoup depuis le début de la pandémie: les compétences à cultiver ces temps-ci sont notamment la résilience, la flexibilité, la bienveillance, etc. Rien de neuf à l’horizon depuis 2020.

Voilà pourquoi je vais vous répondre de manière plus large, en vous parlant de «l’effet Flynn». Ce dernier a été observé par James Flynn, un professeur néo-zélandais de sciences politiques qui a noté que les scores obtenus par les Occidentaux aux tests évaluant le quotient intellectuel (QI) croissaient depuis plusieurs générations, jusqu’aux années 1990. À partir de cette décennie-là, les scores vont curieusement en décroissant. Et ce, pour une ou plusieurs raisons encore inexpliquées.

Nombre de chercheurs s’attellent à ce mystère depuis des années. Je suis tombé sur une de ces études, toute récente, qui présente une donnée qui devrait vous intéresser.

L’équipe de chercheurs pilotée par Santiago Hermo, doctorant en économie à l’Université Brown à Providence (États-Unis), s’est penchée sur la société suédoise. Elle a eu accès aux résultats obtenus au test d’entrée que doivent passer les Suédois lors du service militaire obligatoire, et elle a regardé s’ils pouvaient permettre de prédire si une personne allait avoir une belle carrière et un bon salaire dans les années qui allaient suivre.

L’idée des chercheurs était double. D’une part, vérifier à l’échelle suédoise si l’effet Flynn se vérifiait, ou pas. D’autre part, voir si certaines compétences étaient actuellement plus payantes que d’autres d’un point de vue d’évolution professionnelle.

Or, ils ont relevé que les années 1990 ont été marquées par un basculement dans les compétences les plus pertinentes à avoir au travail. Les compétences en lien avec le «raisonnement logique» sont alors devenues prédominantes sur le marché du travail, au détriment de celles en lien avec le «savoir». La clé du succès n’est plus vraiment l’expérience, le savoir-faire, les connaissances, mais plutôt la capacité à avoir un œil critique, à réfléchir seul ou en groupe, à mener une réflexion logique sans faille.

Par conséquent, l’effet Flynn s’expliquerait en grande partie par le fait que les tests d’évaluation du QI sont devenus inadéquats: ils reposeraient trop sur le savoir et autre savoir-faire, alors que la population fonctionne à présent davantage en fonction de raisonnements logiques. La baisse apparente du QI des Occidentaux traduirait, en vérité, une inadéquation des tests depuis les années 1990.

Par ailleurs, l’étude montre que 36% du marché du travail suédois est aujourd’hui occupé par des métiers où la priorité est de savoir effectuer un raisonnement logique. Elle indique aussi que la part des métiers reposant surtout sur le savoir va, elle, en déclinant, année après année.

Ce n’est pas tout. L’équipe de Santiago Hermo s’est plongée dans d’autres bases de données suédoises (par exemple, sondages auprès de parents concernant l’éducation de leurs enfants ou encore évolution du contenu pédagogique des programmes scolaires), et elle a relevé que, là encore, le raisonnement logique prenait l’ascendant sur le savoir.

Bref, ma chère Océane, cultivez en 2022 tout ce qui a trait au raisonnement logique: mieux cerner un fait, prendre le temps de bien observer ce sur quoi on doit travailler, vérifier ce qui semble être des faits, émettre différentes hypothèses concernant la résolution d’un problème, éliminer logiquement celles qui paraissent les moins bonnes, réfléchir en groupe afin de retenir la meilleure solution, et autres.

Oui, ne vous reposez pas sur vos lauriers, sur ce que vous susurre votre expérience, sur le fameux «ça a fonctionné jusqu’à présent, ça fonctionnera donc encore aujourd’hui et demain». Apprenez à faire preuve à la fois de souplesse et de rigueur intellectuelle. Car cela vous servira toujours, quel que soit votre prochain employeur ou votre prochain métier.

 

Sur le même sujet

«Mais pourquoi donc notre taux d'absentéisme a-t-il bondi?»

19/05/2022 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Notre taux d'absentéisme a bondi de 30% depuis le début de la pandémie. Je ne comprends pas pourquoi...»

Votre nouveau boss a un MBA? Gare à votre salaire!

17/05/2022 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «Notre nouveau boss a passé un MBA pour grimper dans la hiérarchie. Devons-nous nous en inquiéter?»

À la une

Gaz naturel: comment le Canada a échappé au chantage de Poutine

ANALYSE. Sans l'exploitation des gaz de schiste, le Canada serait dépendant du gaz russe et à la merci de Moscou.

Bourse: hyper volatile, Wall Street conclut proche de l'équilibre mais perd sur la semaine

Mis à jour le 20/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre un gain hebdomadaire pour la première fois en 2 mois.

À surveiller: Lightspeed, Canopy Growth et Alimentation Couche-Tard

20/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Lightspeed, Canopy Growth et Couche-Tard? Voici quelques recommandations d’analystes.