Quel est le coût caché d'une mauvaise embauche?

Publié le 13/11/2012 à 10:21, mis à jour le 19/11/2012 à 15:00

Quel est le coût caché d'une mauvaise embauche?

Publié le 13/11/2012 à 10:21, mis à jour le 19/11/2012 à 15:00

Par Olivier Schmouker

Toute embauche va avec son lot d'incertitudes... Photo: DR

Toutes les nouvelles recrues ne sont pas performantes, loin de là. Du moins, pas aussi performantes que le souhaiterait leur employeur. Résultat? Un coût considérable – et bien souvent insoupçonnné – pour l'entreprise, comme le montre un sondage du cabinet de ressources humaines Robert Half mené auprès de 270 directeurs financiers d'entreprises établies au Canada.

Ainsi, ce coût peut se résumer à deux chiffres éloquents :

> 26%. C'est le pourcentage de leur temps de travail que les managers consacrent en moyenne à superviser des employés peu performants.

> 56%. C'est le pourcentage des managers qui considèrent qu'une mauvaise décision d'embauche a une «grosse influence» sur le moral de l'équipe.

«Quand les membres de l'équipe se rendent compte du rendement insuffisant d'un employé, ils savent qu'ils devront assumer des responsabilités supplémentaires pour compenser, ce qui peut entraîner du ressentiment et de la frustration», souligne Kathryn Bolt, présidente de Robert Half International pour le Canada

Alors, que faire pour minimiser les risques d'erreur au moment de l'embauche? Voici cinq conseils prodigués par les experts de Robert Half :

À suivre dans cette section

À la une

Comment croître grâce à la dette?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. Toutes les dettes ne sont pas néfastes pour votre entreprise. Voici comment séparer le bon grain du mauvais:

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

Le plan d'affaires est-il essentiel au démarrage d'une entreprise?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. On ne «construit pas les pyramides sans avoir déjà construit un château de sable».