Pourquoi vous devriez jaser de vos salaires entre collègues

Publié le 16/12/2015 à 16:54

Pourquoi vous devriez jaser de vos salaires entre collègues

Publié le 16/12/2015 à 16:54

Par Matthieu Charest

[Shutterstock]

Le salaire est un sujet tabou, controversé. Pour preuve, dès que l’idée de cet article a circulé dans la salle de rédaction de Les Affaires, les réactions des collègues ont commencé à fuser de toute part. Le concept de dévoiler son salaire à tout vent rend tout aussi curieux que mal à l’aise. Pourtant, révèle une étude américano-israélienne, les employés ont souvent tout intérêt à discuter de combien ils gagnent. 

«Le culte du secret entourant les salaires peut nuire à la performance des employés et pousser les meilleurs talents à chercher un nouvel emploi», croient Elena Belogolovsky et Peter Bamberger, respectivement de l’université Cornell et de l’université de Tel-Aviv.

En outre, poursuivent les auteurs de l’étude Signaling in secret : Pay for Performance and the Incentive and Sorting Effects of Pay Secrecy (rapportée par le Cornell Chronicle), «quand les salaires sont secrets, l’incertitude quant aux échelons salariaux plane. Les employés sont moins nombreux à penser qu’une meilleure performance sera accompagnée d’un meilleur salaire».

Pire, «les travailleurs perçoivent le secret entourant les salaires comme étant de l’opportunisme de la part de leur employeur, une façon de les manipuler».

La transparence totale

L’entreprise américaine Buffer a d’ailleurs décidé de rendre disponible sur le Web la liste complète des salaires de ses employés, incluant ceux de la direction. La liste est accompagnée de la formule, de l’équation, qui explique pourquoi chaque employé gagne tel salaire (ancienneté, expérience, etc.)

Pour Joel Gascoigne, fondateur et président-directeur général de la start-up spécialisée en gestion des médias sociaux : «de la transparence naît la confiance. Le fait de rendre nos salaires publics est une étape de plus vers l’atteinte de notre objectif, celui de rendre notre entreprise la plus ouverte possible. Cette transparence “radicale” est certainement l’une des choses les plus excitantes et effrayantes que nous ayons fait dans les derniers mois».

L’autre côté de la médaille

Le collègue Olivier Schmouker a d’ailleurs déjà écrit un excellent blogue sur le tabou des salaires. Dans son texte, il rapporte une expérience fascinante qui s’est déroulée à l’université de Californie. En mars 2008, un groupe d’employés de cette institution ont accepté de partager leurs salaires entre eux.

Les résultats furent désastreux.

Non seulement les résultats de l’expérience n’ont eu aucun effet (positif ou négatif) sur les employés qui gagnaient plus que la moyenne, mais ceux qui gagnaient moins se sont désengagés de leur employeur et plusieurs ont cherché un nouvel emploi.

Mais avaient-ils raison de le faire?

L’avis des experts

Pour France Dufresne, chef divisionnaire Canada, rémunération globale, talents et communication chez Towers Watson, «ce n’est pas une bonne idée de discuter de salaires entre collègues. Les salaires sont établis en fonction de multiples facteurs, des facteurs très divers qui sont au-delà de la comparaison entre individus : le type de poste, l’expérience, le niveau de performance, l’équité interne, etc. Et lorsqu’on fait la comparaison des salaires, on ne compare qu’un élément de la rémunération globale. Il faut être prudent avec ça».

«Selon les études scientifiques, il est important que les employés possèdent les bons référents, explique Denis Morin, professeur au Département d'organisation et ressources humaines de l’UQAM. [Les entreprises] doivent appliquer une politique générale de justice procédurale. Mais lorsqu’il est question de salaire, il y a plusieurs nuances à apporter».

Du côté de PwC, «ça dépend, estime Isabelle Léger, première directrice pour le capital humain, Est du Canada. Ça dépend de l’environnement dans lequel on évolue. Dans un milieu syndiqué, il n’y a pas de mal à ça. Dans d’autres organisations, ce n’est qu’un élément [le salaire] de la rémunération globale. Ça peut devenir un sujet sensible.»

Toutefois, poursuit l’experte, «je remarque une tendance à la transparence quant à la rémunération. Si un employeur fait bien son travail et rémunère ses employés à leur juste valeur, il devrait être capable de se justifier. Cela dit, il y a une différence entre afficher ou parler des grilles salariales et afficher le salaire de tous».

«Je crois que la transparence génère de la confiance», conclut Mme Léger.

Protections légales

Après vérification auprès de la Commission des normes de travail (CNT), il n’y a rien qui interdit aux employés de discuter de salaires entre eux. Toutefois, rien qui ne les protège non plus. «Si vous êtes congédiés pour avoir parlé de vos salaires entre collègues, vous pourriez déposer une plainte à la CNT, explique Jean-François Pelchat, responsable des relations médias. Mais vous devez avoir au moins deux ans de service. À ma connaissance, je n’ai jamais vu un cas semblable chez nous».

À la une

Bourse: Wall Street finit dans le vert: records pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour le 17/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX chute de plus de 50 points et Wall Street est en hausse.

À surveiller: Adobe, Cargojet et OceanaGold

17/06/2024 | Gagnon, Jean

Que faire avec les titres de Adobe, Cargojet et OceanaGold ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Le président du Conseil du patronat, Karl Blackburn, atteint d'un cancer

17/06/2024 | Les Affaires

«Je devrai prioriser ma santé dans les prochains mois pour combattre cette maladie.»