Pourquoi Genetec ne jure que par les profils atypiques


Édition du 10 Décembre 2016

Pourquoi Genetec ne jure que par les profils atypiques


Édition du 10 Décembre 2016

Par Olivier Schmouker

Il y a de cela trois ans, Valérie Lavoie, conseillère, gestion des talents, de Genetec, une firme montréalaise spécialisée dans les systèmes de sécurité par protocole Internet, a eu une drôle d'idée. Elle s'est dit que la manière classique dont on recrutait était tout simplement absurde : une entreprise ouvre un poste et cherche à le pourvoir, sachant que, si jamais une perle rare se présente, mais ne convient pas exactement au profil recherché, on la rejette. «Pourquoi ne pas inverser le processus en recrutant les perles rares dénichées ici et là, puis en créant pour elles un poste parfait pour exprimer leur plein potentiel ?» s'est-elle demandé.

L'idée, aussi originale qu'audacieuse, a fini par séduire la direction de Genetec, qui avait conscience de l'impératif d'innover à tout-va dans le secteur des technologies de l'information (TI), y compris en ce qui concerne le recrutement. Valérie Lavoie a ainsi obtenu le feu vert pour tester son idée dans le cadre d'un nouveau produit qui avait besoin, pour voir le jour, d'une équipe d'une douzaine de développeurs de logiciel. Il a été décidé que 20 % du budget consacré au recrutement de ces développeurs serait attribué aux profils atypiques. «C'est-à-dire que je pouvais embaucher deux ou trois personnes de cette nouvelle équipe sans avoir à tenir compte du profil attendu pour chacun des postes», explique-t-elle.

C'est ainsi qu'un prodige des mathématiques et de la physique a été engagé au sein de l'équipe en question, sans qu'il ait la moindre expérience professionnelle en matière de développement de logiciel.

«Il tripait clairement sur tout ce qui était algorithme, ce qui, par la bande, pouvait être très bénéfique pour des développeurs de logiciel désireux d'innover et d'explorer de nouvelles voies. Il était curieux de tout et passionné par le travail en équipe. Il a donc facilement trouvé sa place. Au bout de six mois à peine, on devinait que cela donnerait des résultats sensationnels», raconte Mme Lavoie. Elle souligne que le produit qui en est récemment résulté connaît un bon succès.

Une pratique bien ancrée

Aujourd'hui, Genetec ne jure plus que par les profils atypiques : sur les 225 personnes qui ont été recrutées en 2016, 40 l'ont été sans aucune description de poste. Chaque service considère à présent qu'il peut consacrer de 20 à 25 % de son budget de recrutement à l'embauche de personnes certes atypiques, mais franchement talentueuses.

«Nous ne recrutons plus vraiment en fonction du profil, mais plutôt en fonction du fit», résume Richard Paillière, directeur, gestion des talents, de Genetec.

«Nous attrapons les talents au vol, nous les accompagnons, puis nous trouvons le poste idéal pour chacun d'eux. Ce qui est possible, je le souligne, parce que les gestionnaires de Genetec ont pleinement confiance dans nos choix : je croise les doigts, mais jusqu'à présent, il ne nous est jamais arrivé de ne pas trouver le bon fit», soutient Mme Lavoie.

«La clé, c'est vraiment la communication entre les gestionnaires et les RH, et la confiance qui s'ensuit, explique M. Paillière.

«À partir du moment où l'on comprend parfaitement les besoins des gestionnaires, il est aisé pour nous de déceler les talents qui peuvent non pas les combler, mais les surpasser. L'idée est d'aller ainsi au-delà des attentes, d'ouvrir de nouvelles perspectives d'innovation ; ce qui est vital dans le secteur des TI», dit-il.

À la une

Meta bondit de 25% à Wall Street au lendemain de ses résultats

Il y a 1 minutes | AFP

Vers 10h35 l’action du groupe dirigé par Mark Zuckerberg montait de 24% à 189,75 $US.

À surveiller: CGI, Canadien Pacifique et Stingray

Il y a 53 minutes | Charles Poulin

Que faire avec les titres CGI, Canadien Pacifique et Stingray? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ode au libre-service

BLOGUE INVITÉ. «L’adage disant que la nécessité est la mère de l'invention prend ici tout son sens.»