Pensez-vous être surqualifié pour votre poste?

Publié le 14/11/2012 à 11:47, mis à jour le 15/11/2012 à 14:15

Pensez-vous être surqualifié pour votre poste?

Publié le 14/11/2012 à 11:47, mis à jour le 15/11/2012 à 14:15

Par Olivier Schmouker

Résultat? Un immense gâchis... Photo: DR

À cette question, 44% des Canadiens répondent «oui». C'est du moins ce qui ressort d'un sondage mené par le cabinet de ressources humaines Randstad dans une trentaine de pays.


Le pourcentage canadien correspond à la moyenne mondiale, qui est très exactement de 47%. Les pourcentages les plus élevés concernent la Chine (84%), la Turquie (78%) et la Grèce (69%), et les moins élevés, la Belgique (28%), le Luxembourg (23%) et le Danemark (25%).


Quant à eux, 1 Canadien sur 5 croient qu’ils sont sous-qualifiés pour leur poste, ce qui correspond, là aussi, à la moyenne mondiale. La proportion d’employés qui ont l’impression d’être sous-qualifiés est élevée en Italie (47%), au Japon (42%) et au Chili (41%), et elle est faible en Hongrie (4%), en République tchèque (7%) et en Grèce (9%).


Par ailleurs, la moitié des employés canadiens (45%) estiment que nombre de leurs collègues assument des responsabilités trop importantes pour eux. Et 4 employés canadiens sur 10 considèrent que nombre de leurs collègues n’assument pas de responsabilités assez importantes pour eux. Là où ces deux pourcentages sont les plus disproportionnés, c'est en Argentine : seulement 18% des employés croient qu’ils sont sous-qualifiés pour leur poste, mais 65% des employés croient que nombre de leurs collègues sont sous-qualifiés.


Autre point intéressant soulevé par l'étude de Randstad : la majorité des Canadiens (72%) occupent un emploi qui correspond à leur domaine d’étude, et pensent que c'est la même chose pour nombre de leurs collègues. À Hong Kong (78%), en Inde (82%), au Danemark (80%) et en Norvège (68%), la plupart des employés indiquent que leur emploi s’accorde avec leur domaine d’étude. Par contre, peu d’employés au Japon (37%) et en Slovaquie (48%) sont de cet avis.


On le voit bien, tout est une question de perception. «La perception que chaque individu a de son travail affecte le roulement et la rétention des employés d'une entreprise. Les employeurs qui souhaitent garder les meilleurs talents chez eux ont donc tout intérêt à se pencher sur ce que ceux-ci ressentent au travail, sachant que la motivation et le bonheur peut passer par la formation et le développement de compétences», dit Delphine Robert, directrice, marketing, de Randstad Canada.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Comment rendre votre équipe fière et unie?

BLOGUE. Voici quatre trucs aussi simples que géniaux prônés par Daniel Pink dans son tout dernier livre.

L'envers de la médaille du travailleur autonome

BLOGUE INVITÉ. Non, le quotidien du travailleur autonome n'est pas si idyllique que ça. Loin de là.

À la une

Défi Start-up 7: pourquoi intégrer un espace de co-travail?

ENTREVUE. Pourquoi les entrepreneurs devraient-ils considérer l'option d'intégrer un espace de co-travail?

Lyft entame sa tournée de promotion de son entrée en Bourse

11:26 | AFP

Cette tournée doit lui permettre de se présenter sous son meilleur jour et vendre 30,77 millions d’actions.

À surveiller: Air Canada, Amgen et WSP Global

09:12 | Jean Gagnon

Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.