Obama, le leader!

Publié le 05/11/2008 à 19:44

Obama, le leader!

Publié le 05/11/2008 à 19:44


Barack Hussein Obama a fait l'histoire en devenant le premier président afro-américain des États-Unis. Un exemple du leader charismatique.

Après la plus longue campagne présidentielle de l'histoire américaine, les Américains ont finalement voté en faveur du « changement », le thème central de la campagne de Barack Obama.

Un leader cosmopolite

Barack Obama est né d'une mère blanche américaine et d'un père kenyan... ça, tout le monde le sait à présent. Il a vécu à Hawaii, en Indonésie et en Illinois, entre autres. Tout ce bagage culturel aura-t-il un impact sur le leadership du nouveau président ?

Certainement, soutient Pierre Lainey, chargé de cours en management à HEC Montréal. « Cette sensibilité culturelle facilitera les rapprochements avec les républicains, mais également avec les autres pays. Il a démontré qu'il était honnête, qu'il a des convictions profondes et qu'il est capable de persuader les gens. Personne ne pourra lui reprocher, peu importe sa couleur ».

Obama a démontré qu'il pouvait rallier les blancs, les noirs, les latinos, les femmes, les hommes, les jeunes et les plus vieux, note Frédérick Gagnon, directeur adjoint à l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l'UQAM. « Les racines multiculturelles de Barack Obama lui ont permis, et continueront à lui permettre, d'être un leader rassembleur et aussi de développer de bonnes relations avec les dirigeants étrangers », ajoute-t-il.

« Barack Obama a prouvé que la couleur et le sexe d'une personne n'ont plus d'importance », explique Nathalie Francisci, présidente fondatrice de Venatus Conseil, une firme de recrutement de cadres. « Il incarne parfaitement les défis du nouveau patron : faire face à de grandes difficultés et diriger avec de nouvelles valeurs. Je pense que cela envoie un message important au monde entier », ajoute-t-elle.

Mais il faut être prudent, avance Christine Fréchette, coordinatrice à la Chaire d'études politiques et économiques américaines de l'Université de Montréal. «Barack Obama ne se fait pas porte-parole de la communauté noire, il a même déjà été critique envers celle-ci. Il se dit le président de l'ensemble des Américains, le président des républicains et des démocrates.»

Le charmeur, le charismatique et l'orateur doué

Le nouveau président des États-Unis en a charmé plusieurs. Il a gagné la majorité du vote noir et latino et il a même convaincu certains républicains à voter pour lui.

« C'est un leader transformationnel. Ses qualités d'orateur, son charme et son charisme, lesquels lui ont valu plusieurs ovations à la suite de ses discours, vont lui servir pour unir », commente Pierre Lainey.

Ce sont ces mêmes qualités qui l'aideront à garder l'optimisme en vie et à rallier les électeurs républicains qui n'auraient probablement jamais voté pour un président noir, ajoute Frédérick Gagnon.

D'un extrême à un autre

Comment les Américains ont pu élire un leader comme George W. Bush à deux reprises puis un leader afro-américain nommé Barack Hussein Obama ?

C'est en partie grâce au président Bush que Barack Obama a été élu, note Christine Fréchette, de l'Université de Montréal. « Le président Bush a créé la soif pour le changement », dit-elle.

« Le legs le plus positif que le président Bush aura légué à l'Amérique - et à nous tous je dirais - aura d'avoir préparé le terrain comme personne d'autre n'aurait pu le faire pour la montée fulgurante de Barack Obama », écrit Christine Fréchette dans son blogue du CÉRIUM (Centres d'études et de recherches internationales) du 31 octobre 2008.

De fortes attentes

Barack Obama prend le pouvoir au moment où la situation des États-Unis n'a rien de rassurant. La crise financière a bousculé les marchés à l'échelle mondiale, la guerre en Iraq est loin d'être terminée et les politiques étrangères du pays sont souvent critiquées. Les attentes sont colossales et la liste « à faire » est extrêmement longue. Voir le texte paru sur Bnet.

Les Américains voulaient du changement, mais ils voulaient surtout un sauveur. Et c'est ce qu'ils ont vu en Barack Obama. « Barack Obama a un énorme poids sur les épaules, mais hier, il a dû tempérer les attentes », commente Pierre Lainey, professeur en management et leadership à HEC Montréal.

Christine Fréchette abonde dans le même sens. « Avant de gagner l'élection, Obama était idéaliste. Mais hier soir, Obama est devenu réaliste... il sait que les attentes sont démesurées et qu'il doit les faire diminuer. »

Obama livra-t-il la marchandise ?

Même si les attentes sont grandes, Pierre Lainey n'a aucun doute que ce grand leader charismatique arrivera à remettre les États-Unis sur le droit chemin.

« C'est certain qu'il va décevoir à certains moments et les gens vont se demander s'ils ont fait le bon choix de l'élire, mais il faudra lui donner suffisamment de temps pour qu'il puisse apporter des changements et de son côté, il devra garder l'optimisme vivant », explique Pierre Lainey.

Lisez cet excellent article du New York Times.

À la une

Pour en finir avec le populisme économique

ANALYSE. Miner la confiance des Canadiens à l'égard de la Banque du Canada est un jeu dangereux et malhonnête.

Bourse: Wall Street termine la semaine en hausse pour la première fois en deux mois

Mis à jour le 27/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de plus de 200 points.

La Banque Nationale surpasse les attentes tandis que l'horizon économique s'assombrit

Les résultats du plus récent trimestre de la Banque Nationale montraient des hausses de revenus pour tous ses secteurs.