Mode d'emploi pour un monde sans emploi


Édition du 07 Mai 2016

Le salariat recule. Nous sommes à l'ère du travail indépendant et de la marchandisation de soi. Qui gagne ? Qui perd ? Entreprises, travailleurs, gouvernements, quelles sont désormais les responsabilités de chacun ?


«L'emploi est un phénomène du 20e siècle», rappelle le Britannique Jon Husband, auteur de Wirearchy, un ouvrage qui explore le futur du travail. Le salariat, et le contrat social qui s'y rattache, ne remontent qu'à la Seconde Guerre mondiale, ajoute-t-il. La relation employés-employeurs a connu quelques décennies glorieuses jusqu'à ce que la financiarisation de l'économie s'en mêle. Licenciements, rationalisations et fusions ont affaibli ce contrat. Les progrès technologiques ont fait le reste.


Le recul du travail salarié est un phénomène planétaire, souligne le Forum économique mondial. D'ici 2020, les 15 économies avancées et émergentes les plus importantes auront créé 2 millions d'emplois... mais en auront aussi éliminé 7 millions.


Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

Il n’y a rien comme le présent pour préparer l’avenir

Édition du 11 Mai 2019 | Julie Cailliau

Ce n’était pas évident de choisir son orientation professionnelle à l’époque ...

Nouveaux diplômés, quelles sont vos chances d'être embauchés?

25/04/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. L'optimisme est de mise, selon une étude menée au Canada par le cabinet-conseil Robert Half.

À la une

Immobilier: l'activité et les prix grimpent de 3% en avril

16:42 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-LesAffaires. Le marché du condo continue d’avoir le vent dans les voiles, à l'exception de Laval et Québec.

Le FMI juge que le Canada ne devrait pas assouplir ses règles hypothécaires

«Cela serait malvenu, car la dette des ménages reste élevée», explique-t-il dans un rapport.

Le marché de la propriété de luxe en croissance au Québec

BLOGUE INVITÉ. Dans la région de Mtl, 3% des unifamiliales vendues en 2018 ont été acquises au coût de 980 000$ ou plus.