Manquerons-nous réellement de main-d'œuvre ?

Publié le 09/10/2008 à 20:36

Manquerons-nous réellement de main-d'œuvre ?

Publié le 09/10/2008 à 20:36

Nombreux sont les articles qui ont traité d'une pénurie de relève en entreprise. Un problème souvent expliqué par la baisse du taux de natalité, mais face auquel les employeurs ne sont pas impuissants.


Peter Cappelli, professeur de management à l'école de gestion Wharton de l'Université de la Pennsylvanie, croit fermement que l'explication de la baisse de natalité est insuffisante.

Les employeurs auront certes des difficultés à recruter les bons employés, avance M. Cappelli, mais ce ne seront pas les changements démographiques qui les empêcheront de les retenir.

Des changements dans la relation employé-employeur représentent le vrai défi, selon M. Cappelli, qui soutient que des relations difficiles augmentent les problèmes de rétention des employés.

La faute ne revient plus uniquement sur l'absence de politiques natalistes ou de soutient à l'augmentation de la main-d'oeuvre, mais aussi aux employeurs, qui doivent accepter une part du blâme et se concentrer sur leur plan stratégique en matière de ressources humaines.

L'heure n'est plus à l'abondance c'est vrai, mais ce n'est qu'une opportunité, selon Cappelli, pour remédier à la négligence et à l'inefficacité du passé en termes de gestion des ressources humaines.

Pour en lire davantage, veuillez télécharger le document original intitulé Will there really be a labour shortage? (en anglais).

Source : Organizational Dynamics

 

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.