Les sidéens brimés au travail au Québec

Publié le 25/11/2009 à 11:59

Les sidéens brimés au travail au Québec

Publié le 25/11/2009 à 11:59

Par Olivier Schmouker

1 Québécois sur 3 croit que les sidéens sont harcelés au travail. Photo : Bloomberg.

Au Québec, 1 personne sur 2 considère que les personnes vivant avec le sida sont «rejetées par leurs collègues» (51%) et «fontl’objet de potins» (48%), selon une étude de la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida (Cocq-sida).

Une grande partie des Québécois - 31% - considère même que ces personnes sont «harcelées au travail».

Comment expliquer un phénomène aussi surprenant? Vraisemblablement par le manque d’information des Québécois sur le sida, selon la Coalition.

En effet, l’étude montre que seulement 3 Québécois sur 4 (76%) sont en mesure de définir sans se tromper ce qu’est le sida. Que 42% des personnes interrogées reconnaissent qu’elles s’inquiéteraient si jamais elles apprenaient qu’un collègue qu'elles côtoient fréquemment au travail vit avec le sida. Et que 16% d’entre elles préviendraient les autres que ce collègue a le sida.

Quant aux dirigeants d’entreprise interrogés dans le cadre de cette étude, 40% d’entre eux ont reconnu qu’ils éviteraient d’embaucher une personne atteinte du sida s’ils le pouvaient. Le motif le plus fréquemment évoqué est la crainte que l'employé devienne moins productif, moins performant ou doive s'absenter fréquemment de son travail…

À la une

Sondage rapide sur la transformation numérique des entreprises au Québec en 2022

09:00 | Les Affaires

Répondez à ces 5 grandes questions et obtenez un billet gratuit pour assister à Connexion.

Bourse: Wall Street termine mitigée, soucieuse pour la croissance

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse grâce au secteur de l'énergie.

À surveiller: H2O Innovation, Lassonde et Savaria

10:06 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de H2O Innovation, Lassonde et Savaria? Voici quelques recommandations d’analystes.