Les PME déjà nostalgiques des baby-boomers

Publié le 27/11/2012 à 09:58, mis à jour le 03/12/2012 à 15:51

Les PME déjà nostalgiques des baby-boomers

Publié le 27/11/2012 à 09:58, mis à jour le 03/12/2012 à 15:51

Par Olivier Schmouker

Ils sont jugés plus compétents que leurs cadets. Photo: DR

Une écrasante majorité (92%) de propriétaires québécois de petites et moyennes entreprises (PME) estiment que les employés approchant de la retraite ont un savoir-faire et une expérience de plus grande valeur que ceux de leurs cadets. C'est du moins ce qui resort d'un sondage effectué par le Groupe Investors.

PLUS : La récession a forcé de nombreux entrepreneurs à retarder leur retraite

Ils sont même 84% à penser que ces emplyés sont tout aussi productifs que leurs plus jeunes collègues. Idem, 80% croient qu'ils ont l’énergie et l’ambition nécessaires à leur travail. Enfin, 71% affirment qu'ils ne coûtent pas plus cher à employer.

«Alors qu’un nombre croissant de baby-boomers continuent de travailler à un âge avancé, il est encourageant de constater que la valeur de leur contribution au monde du travail est reconnue par les propriétaires de PME. Par contre, trouver du travail à un âge avancé exige de sortir des sentiers battus et d’avoir un plan de retraite solide pour faciliter la transition», dit Carl Thibeault, vice-président, Québec, du Groupe Investors.

Voilà pourquoi bon nombre de propriétaires de PME paraissent disposés à offrir, ou offrent déjà, diverses formules de travail adaptées aux travailleurs plus âgés. Par exemple, le travail à temps partiel (67%), le travail sur des projets précis (39%), le travail contractuel ou de consultant (22%), le télétravail (20%) et le partage de poste (17%).

«La clé pour retenir, voire attirer, ces personnes, dans l’entreprise et pour leur donner la possibilité de contribuer pleinement, c’est la souplesse», souligne M. Thibeault.

Le hic, dans tout ça? Il est aujourd'hui complexe de trouver un nouvel emploi quand on est âgé. Le sondage montre que si 39% des propriétaires de PME ont actuellement des postes à pourvoir, les trois quarts d'entre eux jugent peu probable qu’ils soient comblés par des personnes âgées.

Pourquoi ça? Essentiellement parce que 1 personne sondée sur 2 (46%) pense que les problèmes de santé sont susceptibles de nuire à l’assiduité ou à la productivité des employés âgés, et la même proportion (44%) les perçoit comme moins habiles que les jeunes avec les nouvelles technologies.

De nos jours, le personnel de 65 ans ou plus constitue au moins 10% de l’effectif chez 11% des employeurs québécois qui ont répondu au sondage. Et 42% des personnes sondées s’attendent à ce que 10% ou plus de leurs employés prennent leur retraite dans les cinq prochaines années.

À la une

Bourse: records en clôture pour Nasdaq et S&P 500, Nvidia première capitalisation mondiale

Mis à jour il y a 4 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les titres de l’énergie contribuent à faire grimper le TSX.

Le régulateur bancaire fédéral maintient la réserve de stabilité intérieure à 3,5%

Il y a 27 minutes | La Presse Canadienne

L’endettement des ménages reste une préoccupation pour le Bureau du surintendant des institutions financières.

Mine: le Québec au 5e rang mondial, mais pour combien de temps?

Il y a 6 minutes | Josée Méthot

EXPERTE INVITÉ. Le Québec est un leader en termes d'attractivité. Toutefois, un projet de loi pourrait le déclasser.