Les leaders d’affaires québécois boudent les blogues

Publié le 22/12/2009 à 16:03

Les leaders d’affaires québécois boudent les blogues

Publié le 22/12/2009 à 16:03

Seulement 4 % des entreprises québécoises de 50 employés et plus publient un blogue d'affaires, alors que 32 % des compagnies qui se classent au rang des Fortunes 500 utilisent ce mode de communication, selon une étude réalisée par l'agence Web montréalaise multiple-media.com.


«C'est un peu le syndrome du «personne ne le fait, donc je ne le fais pas», selon Jean-Philippe Bédard, directeur, Solutions Web chez multiple-media.com.

Voici les raisons invoquées par les cadres marketing et en technologies de l'information sondés :

-Le manque de ressources (8 %)
-Ils n'en voient pas l'utilité pour leur industrie (49 %)
-Les défis que posent le respect de la confidentialité et la nécessité de vérifier tous les commentaires (26 %)

Autre résultat intéressant de l'étude : 34 % des personnes interviewées ne savaient pas si leurs compétiteurs tenaient un blogue. «Cela laisse entendre que bon nombre d'entreprises ne sont pas à l'affût des stratégies en ligne de leurs concurrents, ce qui pourrait s'avérer malencontreux dans un environnement où le numérique prend une place de plus en plus grande», soutient Renato Cudicio, président de multiple-media.com.

La principale motivation invoquée par les cadres d'entreprise interrogés qui entretiennent un blogue est qu'il s'agit selon eux d'un outil qui conduit à une plus grande notoriété.

À la une

C'est votre plus grand risque d'affaires, mais vous refusez de le voir (2)

09:00 |

ANALYSE. Un nombre grandissant d'investisseurs et d'entreprises disent que le risque climatique doit être LA priorité.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

09/09/2021 | Les Affaires

Les Affaires souhaite souligner le travail inspirant de PDG en cette période pleine d'incertitudes.

L'inspection et une garantie légale de qualité bientôt obligatoires?

17/09/2021 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. Il ne sera plus possible de s’improviser inspecteur sans posséder la formation adéquate.