Les femmes sont rares dans l'antichambre du pouvoir au Québec

Publié le 16/09/2010 à 11:00, mis à jour le 16/12/2010 à 09:32

Les femmes sont rares dans l'antichambre du pouvoir au Québec

Publié le 16/09/2010 à 11:00, mis à jour le 16/12/2010 à 09:32

Par Marie-Claude Morin

Photo : iStock

Les espoirs de voir prochainement plus de femmes pdg en prennent pour leur rhume lorsqu'ils sont confrontés aux statistiques : l'antichambre des recrues potentielles est pratiquement vide. Sur les 466 plus hauts dirigeants des 100 plus grandes entreprises québécoises cotées en Bourse, seulement 36 sont des femmes, soit 7,73 %.

Un contraste avec la parité du conseil des ministres du gouvernement Charest et la propriété des PME. Selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), 40 % des PME sont détenues à majorité par des femmes. Ces dernières sont surtout présentes dans les services alimentaires, l'hébergement, les services professionnels et l'agriculture, précise Martine Hébert, vice-présidente, Québec, de la FCEI.

Or, de grandes entreprises comme BCE, Bombardier, Industrielle Alliance, Power Corporation, Saputo et SNC-Lavalin ne comptent aucune femme parmi leurs cinq plus importants dirigeants. Encore plus étonnant, c'est aussi le cas des détaillants Couche-Tard, BMTC, Jean Coutu et Rona, révèle notre enquête.

Gravissez les échelons

Détectez et encouragez vos dirigeantes potentielles

Inspirez-vous de la Banque Royale

À la une

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

En face du ou de la prochain.e premier.ère ministre

Édition du 21 Septembre 2022 | Les Affaires

Si le ou la prochain.e premier.ère ministre du­ Québec était en face de vous, quel sujet serait votre priorité?

Qui est le gagnant du «Débat des chefs» pour les lecteurs de Les Affaires?

23/09/2022 | Les Affaires

Un lecteur a souligné que «l’auditeur» était le gagnant de l’exercice.