Les Canadiens sont-ils des bourreaux de travail?

Publié le 12/04/2011 à 11:52, mis à jour le 14/04/2011 à 13:13

Les Canadiens sont-ils des bourreaux de travail?

Publié le 12/04/2011 à 11:52, mis à jour le 14/04/2011 à 13:13

Par Olivier Schmouker

Les Canadiens consacrent 8 heures et demi au travail chaque jour. Photo : DR.

Au Canada, les journées de travail sont longues. Très longues. Elles sont en moyenne de 8 heures et demie par jour (517 minutes, très exactement), que ce soit en travail rémunéré ou non, comme faire le ménage ou préparer les repas, par exemple, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Ainsi, le Canada figure à la 4e place des pays qui travaillent le plus longtemps, après respectivement le Mexique (10 heures, ou 594 minutes), le Japon (540 minutes) et le Portugal (528 minutes). Les Canadiens consacrent 62% de leur temps de travail à celui qui est rémunéré, et donc plus du tiers restant (38%), à celui qui ne leur rapporte rien sur le plan financier.

L’intérêt de cette étude, c’est qu’elle met l’accent sur l’importance du travail non rémunéré. Pour le Canada, il représente pas moins de 21% du produit intérieur brut (PIB), ce qui le place à l’avant-dernière postion du palmarès de l’OCDE, juste avant la Corée du Sud (19%), et loin derrière le Portugal (53%).

Alors, à quoi passent leur temps les Canadiens quand ils font du travail non rémunéré? Ils consacrent chaque jour :

- 109 minutes aux tâches domestiques courantes,

- 30 minutes aux courses

- 21 minutes aux déplacements liés au travail non rémunéré.

Ils passent 1 heure par jour (61 minutes) à faire la cusine, alors que les Américains sont ceux qui y attribuent le moins de temps à l’échelle de la planète, avec 58 minutes. Et ils sont 1 sur 2 (51%) à participer à la cuisine et à la vaisselle.

Enfin, les Canadiens, avec 30 minutes par jour, ne sont pas loin des champions du monde du magasinage, à savoir les Français et leurs 32 minutes dédiées à flâner dans les boutiques.

Tant de travail nuit-il au bonheur des Canadiens? Il semble que non. Les Canadiens déclarent le deuxième taux le plus élevé de l’OCDE, après l’Islande, en terme d’expériences positives - se sentant bien reposé, étant traité avec respect, ayant le sourire, vivant quelque chose d'intéressant et éprouvant de la joie. En même temps, les Canadiens se situent au dessus de la moyenne OCDE en terme d’expériences négatives - douleur, inquiétude, tristesse, stress et dépression.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Pas de succès sans adversité?

BLOGUE INVITÉ. On dit que la performance découle de la souffrance. Mais est-ce si vrai que ça?

Un truc génial pour recruter LA bonne personne!

13/06/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il s'agit d'un test aussi simple qu'efficace, explicité ici par Trent Innes, DG de Xero Australie...

À la une

Quand la Chine avalera Hong Kong (2)

15/06/2019 | François Normand

ANALYSE - La liberté s'érode tranquillement, et cela représente un risque pour les entreprises et les investisseurs.

Avant la Fed, la Bourse se fige

Mis à jour le 15/06/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le calme en Bourse occulte la fébrilité entourant la prochaine décision de la Fed.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

14/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la semaine?