Le manque de femmes sur les c.a. est alarmant

Publié le 26/10/2008 à 13:10

Le manque de femmes sur les c.a. est alarmant

Publié le 26/10/2008 à 13:10

La sous-représentation des femmes sur les conseils d'administration inquiètent plusieurs observateurs. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : selon une étude de Patrick O'Callaghan/Korn/Ferry de 2006, seulement 8 % des administrateurs sont des femmes. Cette carence est un problème au moment où plusieurs sociétés font face à une crise de leadership.

« Les femmes n'ont pas la même perception des choses que les hommes et elles ont une approche plus humaine et analytique. On se prive donc d'un énorme bassin de talent! », explique Jean Guilbault, associé principal chez Korn/Ferry à Montréal, une firme de recrutement de cadres qui se spécialise dans l'embauche de directeurs de conseils d'administration.

Selon l'étude de Patrick O'Callaghan/Korn/Ferry, près de la moitié des conseils d'administration de grandes sociétés au Canada n'ont qu'une femme parmi leurs administrateurs et seulement 6 % des conseils ont deux femmes ou plus. Des chiffres qui n'ont pratiquement pas bougé depuis 1997.

Plusieurs femmes sont leaders dans des domaines tels que la comptabilité, la finance, les ressources humaines, le marketing, le commerce de détail, et la communication, entre autres, souligne Robert Parizeau, administrateur de sociétés et président du conseil de la firme d'assurance AON Parizeau. Cependant, les entreprises ne les encouragent pas, dans la plupart des cas, à siéger sur de conseils, privant ainsi ces entreprises de leaders compétents.

Malgré une pénurie de leaders sur les conseils d'administration, ces derniers cherchent, avant tout, des gens qu'ils connaissent, qui ont fait leurs preuves et qui sauront s'intégrer rapidement et facilement à la culture de l'entreprise. « D'où le old boys network qui n'inclut pas beaucoup de femmes », explique M. Parizeau lors de la Conférence sur la gouvernance et marchés financiers en Amérique du Nord, qui a eu lieu à Montréal en septembre.

Nathalie Francisci, présidente et fondatrice de Venatus Conseil, une firme de recrutement de cadres seniors basée à Montréal, se préoccupe aussi du manque de femmes sur les conseils. Selon elle, les femmes sont plus prudentes dans leurs décisions, elles font preuve de ténacité, de rigueur et de profondeur; des qualités essentielles à un bon conseil, soutient Mme Francisci. « L'intégration des femmes doit commencer quelque part, mais il ne faut pas forcer les choses. Elles sont là, elles sont prêtes. Il s'agit juste d'aller les chercher ».

Selon la Mme Francisci, il est important de noter que les membres doivent être choisis en fonction des compétences et des connaissances requises pour le poste. Une réglementation qui est d'ailleurs entrée en vigueur en 2005.

Sans toutefois imposer, par le biais d'une réglementation, l'embauche de femmes sur les conseils, Robert Parizeau suggère l'approche de certains pays européens, où les hommes et les femmes doivent représenter au moins 40 % du conseil chacun. Cette façon de faire laisse une marge de manœuvre de 20 % pour aller chercher la compétence appropriée, peu importe si la personne est un homme ou une femme.

M. Parizeau cite aussi l'exemple de la Grande-Bretagne, qui a instauré un système de parrainage avec des femmes qui occupent déjà des postes de direction. Ces femmes leaders encouragent et jouent un rôle de mentor auprès de futurs leaders féminins.

Les conseils d'administration dans quelques années

Charles Belle Isle, associé à la firme de recrutement Belle Isle, Djandji à Montréal, est confiant que le nombre de femmes sur les conseils croîtra d'ici quelques années.

Selon lui, les femmes vont éventuellement prendre leur place au sein des conseils en raison du nombre croissant de femmes dans les universités. En effet, d'après un recensement de Statistiques Canada datant de 1971, 68 % des diplômés universitaires âgés de 25 à 29 ans étaient des hommes. En 2006, 60 % des diplômées de ce même groupe d'âge étaient des femmes.

Une chose est sûre, la diversité au sein des conseils est un sujet chaud et de plus en plus d'entreprises se rendre compte de l'importance du point de vue féminin. En ce temps de crise de leadership, les conseils devront être plus ouverts à l'intégration des femmes et surtout, les organisations seront tenues d'encourager leurs leaders féminins à devenir administratrices.

À suivre dans cette section

À la une

Une nouvelle initiative pour booster la productivité des entreprises

Il y a 48 minutes | François Normand

La productivité du secteur québécois des entreprises figure parmi les plus faibles au Canada.

Nathalie Normandeau est acquittée

Mis à jour à 10:54 | La Presse Canadienne

Les délais déraisonnables justifient cette décision d'un juge de la Cour du Québec.

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.