La pause café néfaste à la productivité ?

Publié le 17/12/2010 à 11:24, mis à jour le 17/12/2010 à 14:29

La pause café néfaste à la productivité ?

Publié le 17/12/2010 à 11:24, mis à jour le 17/12/2010 à 14:29

Par Olivier Schmouker

Le coût : 650 $ par employé sur une durée d'un an. Photo : DR.

La pause café rend-elle les employés moins productifs? Il semble que oui, si l’on en croit un sondage britannique mené pour le compte du fabricant de distributeurs d’eau T6.

Ainsi, les Britanniques passent en moyenne 24 minutes chaque jour pour prendre du café ou du thé. Ils sont 2 sur 5 à aller chercher une boisson chaude au moins deux fois par jour, et 1 sur 5, une fois par jour. Si l’on rapporte tout cela à l’échelle d’une carrière, on découvre qu’en employé consacre ainsi 188 jours et 21 heures de travail à savourer son café…

Ce temps-là a, bien évidemment, un coût pour l’employeur. Il s’élève, selon l’étude, à 416 livres sterling (651 dollars) par employé sur une durée d’un an. Ce chiffre est approximatif, mais révélateur tout de même, se basant sur le fait qu’une année de travail comptre 253 jours et que le salaire moyen est de 26 000 livres sterling (40 695 dollars) en Grande-Bretagne.

Une question se pose toutefois : le temps passé auprès de la distributrice de café est-il forcément du temps perdu ? La réponse est loin d’être claire. Certains avancent, en effet, que le cœur d’une entreprise est justement la distributrice de boissons chaudes, car on peut y socialiser, échanger des informations, rigoler un bon coup avant de redonner un coup de collier, etc.

Pour Cary Cooper, professeur de psychologie à la Lancaster University Management School, ces instants de détente sont vitaux, surtout pour les employés rivés à leur écran d’ordinateur. «Nous avons tous besoin d’être actifs physiquement et de rencontrer d’autres personnes, si bien que la pause café devrait être obligatoire», a-t-il dit au BBC News Magazine.

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…