Janie Béïque: se donner les moyens de ses ambitions


Édition du 20 Septembre 2023

Janie Béïque: se donner les moyens de ses ambitions


Édition du 20 Septembre 2023

Par Camille Robillard

Janie Béïque, PDG du Fonds de solidarité FTQ (Photo: courtoisie)

LE TÊTE-À-TÊTE. Le 23 juin, le Fonds de solidarité FTQ a soufflé ses 40 bougies. Inspirée par l’idée audacieuse derrière la création du réseau d’investissement, Janie Béïque, PDG depuis 2021, oriente ses actions autour de trois grands thèmes : le développement durable, la retraite et ce qu’elle aime appeler « les rendements sociétaux ». Entrevue avec une femme qui aspire à être courageuse et ambitieuse, comme les leaders qui l’ont précédée.

 

Quels sont les moments forts des 40 dernières années du Fonds?

La chose la plus exceptionnelle, et on la sous-estime, c’est à quel point l’idée derrière le Fonds était énorme. À sa création, en 1983, il était à l’avant-garde de ce qu’on appelle aujourd’hui les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance). On faisait des bilans sociaux, on se préoccupait des divers partis prenants d’un écosystème. On était une B Corp — des entreprises qui agissent dans l’intérêt public général — avant le temps, parce que c’était déjà dans notre loi, dans notre mission, dans nos valeurs de ne pas reposer notre succès uniquement sur notre rendement financier. On a pris des placements minoritaires dans des entreprises, chose qui n’était vraiment pas commune à l’époque. On faisait de la formation économique en entreprise parce qu’on désirait que les travailleurs s’impliquent dans leur succès. Tous ces éléments précurseurs mélangés avec l’ambition de lever 100 millions de dollars en capital, la majorité des gens pensaient que ça n’avait aucun sens. Quarante ans plus tard, le projet a fonctionné avec 18 milliards de dollars (G$) d’actifs.

Je dirais donc que le plus bel accomplissement, quand je regarde les 40 ans du Fonds, c’est la créativité et l’audace que les gens ont eu de faire quelque chose d’exceptionnel et qui fonctionne encore 40 ans plus tard. Cet ADN de créer, de vouloir changer les choses, de vouloir innover, de vouloir faire de grandes choses, existe encore. On est parti petit, et plus les moyens du Fonds augmentaient, plus la taille des projets et des défis auxquels on s’attaquait était importante. Cette volonté d’avoir un effet positif, de changer les choses dans la vie des gens et dans la vie des entreprises, c’est le fil conducteur d’un chemin qui n’est pas parfait. Mais c’est ça qui est fascinant. À quel point cette vision, qui était vraiment audacieuse en 1983, perdure et est si profondément implantée dans l’organisation.

 

Quelles sont vos plus grandes fiertés depuis que vous avez été nommée PDG?

Ce dont je suis le plus fière, ce sont les objectifs qu’on s’est donnés pour les cinq prochaines années.

Premièrement, on vise 12 G$ d’actifs en développement durable. C’est énorme. Si je regarde les actifs du Fonds aujourd’hui, on en a dans les entreprises privées et dans des entreprises publiques, mais toute la notion de développement durable n’est pas encore inculqué au sein des entreprises. Ce montant va nous donner l’occasion de former et d’accompagner les entreprises dans la transition qu’elles vont devoir mettre en place pour être plus responsables dans leurs activités.

On a également un volet sur la retraite. On le sait, au Québec, on crée les retraités les plus pauvres de tout le Canada. Parmi les gens qu’on va recruter comme nouveaux actionnaires, on a décidé de faire une place particulière à des personnes pour qui il est plus compliqué d’épargner.

Finalement, on concentre nos actions autour de six axes qu’on appelle des « rendements sociétaux ». Je sais que l’expression n’existe pas, mais pour moi, elle reflète ce qu’il y a derrière. Je suis tannée qu’on évalue une institution ou une entreprise uniquement par son rendement financier. Je pense qu’on doit regarder ses retombées dans la société.

Donc, le premier thème, c’est la retraite. J’en ai parlé, ça fait partie de notre mission de sensibiliser les travailleurs à l’importance d’épargner, tout en les aidant. Le deuxième, c’est la croissance durable. On accorde une place importante au développement durable et à la durabilité des entreprises, notamment par l’entremise du repreneuriat et le maintien des sièges sociaux. Il y a également toute la question de l’immobilier durable. Nous avons une pénurie de logements, entre autres de logements abordables, communautaires, etc. C’est donc une de nos priorités. L’année passée, on s’est engagé à construire 1000 logements. Aujourd’hui, on vise plutôt 1400. On souhaite continuer à financer des projets en gardant en tête qu’il faut construire mieux, en diminuant notre empreinte carbone. Ensuite, il y a toute la question de l’attraction et de la rétention de main-d’œuvre. Comment peut-on aider les entreprises à tirer profit de la situation, à garder leur personnel et à le mobiliser ? Finalement, les deux derniers thèmes, ce sont les transitions technologique et environnementale. Donc, l’histoire derrière nos grands axes, c’est : on veut des emplois. Si on veut des emplois, ça prend de bonnes entreprises. Si on veut de bonnes entreprises, elles doivent prendre le virage technologique et environnemental qui va assurer leur survie. Ces mêmes entreprises doivent être attrayantes pour les employés. Si tu veux attirer les employés, ça prend du logement parce que s’il n’y a pas de logements, les gens vont aller ailleurs.

 

Lire la suite de l'entrevue: Depuis que vous êtes arrivée, vous avez nommé plusieurs femmes à des postes de gestion. Pourquoi était-ce important pour vous?

Sur le même sujet

À la une

Bourse: Wall Street clôture en ordre dispersé

Mis à jour le 18/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en légère hausse.

Bourse: les gagnants et les perdants du 18 avril

Mis à jour le 18/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Banque TD, Marché Goodfood et Lion Électrique

18/04/2024 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Banque TD, Marché Goodfood et Lion Électrique? Voici quelques recommandations d’analystes.