Embauche: prenez-vous trop de temps à répondre aux candidats?

Publié le 04/03/2021 à 11:44

Embauche: prenez-vous trop de temps à répondre aux candidats?

Publié le 04/03/2021 à 11:44

Par La Presse Canadienne

Le fil d’Ariane est de plus en plus courant pendant la pandémie selon une étude. (Photo: 123RF)

Lorsque Hieu Tran cherchait un nouvel emploi dans la dernière année, un employeur potentiel lui a dit qu’il pouvait s’attendre à recevoir des nouvelles d’un représentant dans les trois jours ouvrables suivants son entrevue. 

Mais ces trois jours se sont transformés en une semaine, et une nouvelle semaine s’est ajoutée, puis une autre. Après cinq reports, l’entreprise lui a finalement dit qu’elle avait choisi quelqu’un d’autre. 

À chaque fois, l’employeur n’a informé M. Tran du retard qu’au dernier moment, et l’excuse était souvent que l’équipe de recrutement ne trouvait pas le temps de se rencontrer pour prendre une décision. 

« C’était vraiment frustrant, puisque pendant que je m’attendais à recevoir une réponse dans deux ou trois jours, je mettais essentiellement toutes les autres demandes en attente, afin de ne pas perdre mon temps ni celui de quelqu’un d’autre », a souligné M. Tran, qui travaille en finance et comptabilité dans la région de Vancouver. 

« Mais quand ces trois jours se transforment en six jours, puis neuf jours, puis deux semaines, cela signifie que j’ai perdu deux semaines que j’aurais pu passer à trouver un autre emploi. » 

C’est une pratique que l’agence de recrutement Robert Half appelle « le fil d’Ariane », qui voit un employeur donner juste assez d’informations pour permettre à un candidat à l’embauche d’espérer une décision favorable après un entretien d’emploi. 

Une enquête commandée par l’agence a révélé que le fil d’Ariane était de plus en plus courant pendant la pandémie, 39 % des cadres supérieurs admettant avoir mis plus de temps à embaucher alors qu’ils avaient accès à un bassin de talents plus large — une conséquence de l’avènement du télétravail. 

Une enquête distincte a révélé que 72 % des professionnels perdraient tout intérêt pour un emploi s’ils n’avaient pas de réponse dans les deux semaines suivant leur entrevue. Pas moins de 44 % des personnes interrogées ont affirmé qu’elles mettraient une entreprise sur une « liste noire » des futures applications si elles sentaient être victimes d’un fil d’Ariane, tandis que 24 % ont indiqué qu’elles laisseraient des commentaires négatifs sur les sites d’évaluation de l’entreprise. 

« Il existe un risque actif de dommages potentiels aux marques et à la crédibilité en raison de l’expérience négative des candidats », a souligné Mike Shekhtman, vice-président régional pour les provinces de l’ouest du Canada chez Robert Half. 

« Avec les réseaux sociaux et leur large présence, vous ne voulez pas que la réputation de votre marque trouve un tel éclairage négatif. » 

 

Processus bouleversé par la pandémie 

Selon M. Shekhtman, si les entreprises mettent plus de temps à embaucher, c’est parce que la pandémie a bouleversé le processus de recrutement et que les entreprises doivent désormais proposer des visites virtuelles et fournir des informations sur la distanciation sociale et le télétravail, ce qui n’était pas nécessaire auparavant. 

De nombreuses entreprises ont également mis à pied une partie importante de leur main-d’œuvre, et M. Shekhtman estime qu’elles ressentaient le besoin de tirer le meilleur parti de chaque embauche afin que leurs équipes puissent maximiser leur compétitivité. 

« De nombreuses organisations ont dû prendre des décisions difficiles du point de vue des infrastructures et du capital humain lorsque la pandémie a frappé (…) elles sont donc beaucoup plus minutieuses dans l’embauche », a expliqué M. Shekhtman. 

« Il y a ce facteur de crainte qui fait en sorte qu’elles veulent s’assurer de faire les choses correctement, alors que les organisations prépandémiques avaient peut-être un peu plus de liberté dans leurs embauches. » 

Cependant, les responsables du recrutement risquent de surcharger leurs employés actuels, qui doivent assumer le fardeau du travail supplémentaire en attendant que de nouveaux employés rejoignent l’équipe pendant un long processus de recrutement. 

Pour éviter d’être retardé par des employeurs potentiels, M. Shekhtman conseille aux chercheurs d’emploi de poser des questions constructives sur les prochaines étapes à la fin de leur entretien afin qu’ils sachent quand faire un suivi. 

« Vous pouvez au moins être au courant lorsque ces informations sont partagées, a-t-il noté. De nombreux demandeurs d’emploi quittent une entrevue en attendant simplement d’avoir une réponse, et c’est peut-être de là que vient une partie de la frustration. » 

Après avoir subi le fil d’Ariane de deux employeurs potentiels différents dans la dernière année, M. Tran s’est dit heureux d’environ commencer à travailler dans un nouvel emploi dans un autre cabinet de conseil ce mois-ci. 

Il a indiqué que l’entreprise avait été extrêmement communicative pendant le processus de recrutement, ce qui lui a donné une bonne idée de la façon dont il serait traité en tant que membre réel de l’équipe. 

« L’une des choses qui m’ont donné envie d’accepter le poste était leur attitude accommodante », a-t-il souligné.

 

À la une

Bienvenue dans l’Amérique d’abord de «Joe Trump»

Il y a 54 minutes | François Normand

ANALYSE. Si le ton a changé par rapport à Trump, peu de choses ont changé sur le fond dans plusieurs dossiers.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Mis à jour il y a 24 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Les marchés sont inquiets face aux prix de l'énergie. Wall Street prévoit une ouverture en baisse.

Le Parti québécois propose une semaine nationale sans réseaux sociaux

Il y a 0 minutes | La Presse Canadienne

Le chef péquiste y est allé de cette proposition, au lendemain d’une consultation sur la santé des jeunes et les écrans.