Cinq leçons à tirer du départ de Bob Gainey

Publié le 13/02/2010 à 00:00

Cinq leçons à tirer du départ de Bob Gainey

Publié le 13/02/2010 à 00:00

Par Alain McKenna

Si le hockey a le statut de religion au Québec, c'est également une entreprise. Une des plus scrutées de tous. Comment une équipe comme le Canadien de Montréal s'y prend-elle, pour gérer une situation comme le départ de son directeur général. Tous les gestionnaires peuvent tirer des leçons de la démission de Bob Gainey et de son remplacement par son adjoint, Pierre Gauthier.

1- Éviter les fuites

La discrétion est un des traits de la personnalité de M. Gainey qui agaçait plusieurs partisans du Canadien. Toutefois, cette discrétion l'a bien servi ici. Après tout, il a fait part de sa décision à son patron, le président Pierre Boivin, à la fin décembre 2009. " Habituellement, il y a des fuites. Cette fois, personne n'a vu venir la nouvelle ", analyse Bernard Motulsky, professeur et titulaire de la Chaire en relations publiques et communication marketing, de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

L'ancien capitaine du Canadien aurait aussi pu rester en poste jusqu'à la fin de son contrat, cet été, mais il a préféré partir plus tôt. "C'est vraiment by the book : Gainey s'est fait une idée, il l'a annoncée et c'est effectif immédiatement. Sinon, cette situation aurait pu empoisonner l'atmosphère, ou entraîner une gestion de fin règne. "

2- Réfléchir à l'impact sur l'opinion publique

À cause de l'intérêt qu'elle suscite, l'équipe ne peut se permettre de faux pas. " C'est comme une société inscrite à la Bourse ", dit Sylvie Charbonneau, présidente de Brio Conseils, une société de consultation en gestion de changement de Québec. Aurait-il été plus sage d'attendre la fin de la saison, un moment plus propice pour annoncer le départ d'un dirigeant, au hockey ?

Pas nécessairement. Parce qu'elle bouge rapidement et qu'elle possède déjà la solution, l'organisation fait preuve de leadership. " Elle a compris que cela n'allait pas bien et elle a réagi, explique Guy Versailles, stratège en communications. On sent qu'il y a un pilote dans l'avion. "

3- Préparer son successeur... et ses employés

Avant la conférence de presse, la direction du Canadien a averti l'équipe et les entraîneurs du départ de Bob Gainey. Une leçon de communications 101, selon Guy Versailles. " Il faut que ce soit annoncé à l'interne, idéalement quelques heures avant l'annonce officielle, afin que le message soit unanime. "

Il est primordial de préparer les membres d'un groupe, dans une équipe sportive comme dans tout autre organisation. " Il faut expliquer aux employés pourquoi nous apportons un changement et où cela nous menera, précise Sylvie Charbonneau. Il faut se préparer au changement, mais il faut aussi le renforcer par la suite : cela ne se réglera pas pendant une seule rencontre de 30 minutes. "

4- Reprendre les rênes rapidement

Le nouveau gestionnaire ne doit pas attendre avant de prendre les rênes. Dans le cas du Canadien, la passation du pouvoir s'est faite en pleine conférence de presse, quand Bob Gainey a tout simplement quitté la scène. " Comme (Pierre Gauthier) vient de l'interne, c'est encore plus important qu'il monte tout de suite au front et qu'il montre que désormais, c'est lui le directeur général ", dit Bernard Motulsky, de l'UQAM.

5 Avoir une vision à long terme concrète

L'objectif du nouveau directeur général est de faire grimper son équipe au sein de l'élite de la ligue. Il s'agit d'un objectif noble, mais flou. " C'est comme si un nouveau gestionnaire voulait faire grimper la valeur de l'action de 10 %, dit Sylvie Charbonneau. Cela reste à prouver. "

De façon plus générale, la nomination respecte une règle non écrite de la gestion des grandes entreprises au Québec : l'importance du français. " Je vous mets au défi de trouver une grande entreprise où la direction ne parle pas français, dit Guy Versailles. Dans le cas d'une équipe sportive, c'est encore plus important. "

À la une

L’Italie prendra-t-elle un virage « illibéral »?

ANALYSE. L'élection législative de dimanche pourrait porter au pouvoir un parti issu de la nostalgie mussolinienne.

En face du ou de la prochain.e premier.ère ministre

Édition du 21 Septembre 2022 | Les Affaires

Si le ou la prochain.e premier.ère ministre du­ Québec était en face de vous, quel sujet serait votre priorité?

Qui est le gagnant du «Débat des chefs» pour les lecteurs de Les Affaires?

23/09/2022 | Les Affaires

Un lecteur a souligné que «l’auditeur» était le gagnant de l’exercice.