Cette PME offre désormais un congé bien-être mensuel à ses employés

Publié le 25/11/2022 à 07:30, mis à jour le 05/12/2022 à 11:13

Cette PME offre désormais un congé bien-être mensuel à ses employés

Publié le 25/11/2022 à 07:30, mis à jour le 05/12/2022 à 11:13

Par Catherine Charron

«C’est juste une journée par mois, ce n’est pas énorme pour tout le retour que ça nous donne», indique Sophie Girouard, la cofondatrice de l'agence Hamak Marketing Numérique. (Photo: 123RF)

RHéveil-matin est une rubrique quotidienne où l'on présente aux gestionnaires et à leurs employés des solutions inspirantes pour bien commencer leur journée. En sirotant votre breuvage préféré, découvrez des astuces inédites pour rendre vos 9@5 productifs et stimulants.


RHÉVEIL-MATIN. Désormais, que ce soit pour allonger un week-end au chalet ou pour s’offrir un moment de détente en plein milieu de la semaine, l’équipe de l’agence Hamak Marketing Numérique pourra profiter d’un congé bien-être mensuel.

L’idée émane d’échanges que la PME a eu avec les employés, raconte au bout du fil la cofondatrice de l’entreprise, Sophie Girouard : «On fait souvent des rencontres avec des membres de l’équipe, et c’est remonté lors de discussions sur les horaires flexibles, qu’on applique déjà. […] On lui a donc trouvé un nom afin de mieux représenter la raison pour laquelle on le fait.»

Ainsi, quatre conversations entre les gestionnaires ont suffi pour cerner le cadre de fonctionnement de ces douze congés annuels supplémentaires.

L’objectif est de le rendre le plus simple possible, afin que tous puissent en profiter, et qu’aucune barrière ne les freine à se prévaloir de leur nouveau droit.

Les seules contraintes, ou presque, c’est de s’assurer que ça ne pénalise pas les clients, et d’informer l’équipe RH, idéalement une semaine d’avance, de la date à laquelle on souhaite bénéficier d’un jour de congé bien-être pour bâtir un calendrier. Deux coéquipiers peuvent donc s’absenter en même temps, si ça n’entrave pas au bon fonctionnement de l'entreprise.

Jusqu’à présent, l’initiative est couronnée de succès : «Ça ne change pas grand-chose en fin de compte, car on a confiance en nos employés, les gens sont responsables et communique avec leur équipe pour se garantir que ça ne nuit à aucun projet. […] C’est juste une journée par mois, ce n’est pas énorme pour tout le retour que ça nous donne.»

 

Un avantage concurrentiel qui rayonne

Faisant le pari que ce congé contribuera au bien-être des membres de son équipe et à les rendre plus performants, la PME s'en servira aussi afin de récompenser ses salariés dans l'adoption de nouvelles habitudes dans leurs processus internes, indique la cofondatrice de l’agence.

«De savoir que cette journée s’en vient, ça libère l’esprit, témoigne l’associée. C’est bénéfique pour tout le monde d'avoir un moment dans le mois, autre que les fins de semaine, qui te permet d’avancer des choses personnelles.»

Depuis que la nouvelle s’est ébruitée, Sophie Girouard remarque, pas peu fière, qu’elle fait jaser. Non seulement ses employés en parlent à leur entourage et font rayonner leur marque employeur, mais elle pique aussi la curiosité d’autres entreprises qui gravitent autour d’eux.

Bien que ça puisse surprendre certains, elle est d’avis que c’est la suite logique à l’horaire flexible déjà adopté par l'agence.

«Les fournisseurs, les partenaires et les clients qui nous ont contactés trouvent que c’est une bonne idée, et je pense qu'elle a fait du chemin chez ceux qui partagent notre philosophie.»

La cofondatrice d’Hamak est d’avis que si la formule du congé bien-être mensuel fonctionne, c’est parce qu’elle est facile à utiliser. 

De plus, l’entreprise avait déjà en place de bonnes pratiques de communication. Les avis d'absence circulent donc avec fluidité entre les équipes, ce qui permet aux activités de la PME de se poursuivre rondement.

«C’est très organique comme gestion, note Sophie Girouard. [Pour tirer profit d'une telle initiative], on doit avoir confiance en nos employés, par rapport à leurs responsabilités.»

Elle ajoute que si ces journées de congé supplémentaire avaient été déduites de la paie de leurs salariés, elles n'auraient pas eu l'effet escompté sur leur bien-être. «Il faut vraiment vouloir [les] offrir», estime-t-elle.

 

 

 

Pour ne plus rater ce rendez-vous, recevez votre RHéveil-matin dans votre boîte de courriels!


 

Sur le même sujet

L'inflation freine les traditions des fêtes en milieu de travail

05/12/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Misez sur des festivités plus frugales plutôt que de renoncer aux célébrations de fin d'année.

Savez-vous fidéliser vos employés?

28/11/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. «Former les gestionnaires à ces habilités relationnelles, c’est un “no brainer”».

À la une

L’année 2022 en dix records

13:30 | AFP

La population mondiale a passé le cap des 8 milliards à la mi-novembre.

La muskerie du 6 décembre: des implants connectés dans le cerveau humain

12:29 | LesAffaires.com et AFP

24 MUSKERIES EN ATTENDANT LE PÈRE NOËL. Les prototypes ont été implantés dans le crâne d’animaux.

Glencore s'attend à une pénurie de cuivre face à la demande pour la transition énergétique

13:24 | AFP

Le besoin en cuivre au niveau mondial entre 2022 et 2030 devrait se chiffrer à 355 millions de tonnes.