Un outil et une approche uniques pour mesurer la performance des PME


Édition du 10 Octobre 2015

Un outil et une approche uniques pour mesurer la performance des PME


Édition du 10 Octobre 2015

Josée St-Pierre, professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

En créant toute une série d'outils de diagnostic destinés aux PME, Josée St-Pierre a fait d'une pierre deux coups. La professeure à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a non seulement aidé les entreprises en dressant leur bilan de santé complet, mais a aussi compilé l'une des plus imposantes banques de données sur les PME dans le monde. Une recherche de longue haleine aux retombées multiples.

À lire aussi :
À la conquête de la troisième dimension
François Gagnon, le chercheur entrepreneur
Une «fontaine de Jouvence» de cellules souches
La recherche en chiffres
Deux projets majeurs à l'international
Des nanotechnologies pour capter l'invisible

C'est dans les années 1990 que Josée St-Pierre s'attaque à ce projet d'envergure. À l'époque, les banques sont frileuses et hésitent à prêter aux PME. Pour évaluer leur situation, elles ne regardent que l'état de leurs finances. Ce qui est très réducteur, estime celle qui enseigne pourtant... les finances ! À la demande d'un groupe d'entrepreneurs, elle tente, avec son équipe, de mettre au point une cote de crédit pour PME, à l'image de celle de Standard & Poor's. «Cela nous a pris deux ans simplement pour créer un questionnaire qui était vraiment adapté à la réalité des chefs d'entreprises», explique celle qui dirige aussi le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises, mis sur pied dans la foulée de ce projet.

C'est la genèse de la création de l'outil diagnostic PDG (performance, développement, gestion), une marque de commerce appartenant à l'UQTR. À l'aide d'un questionnaire d'une quinzaine de pages, l'outil passe au crible toutes les facettes de l'organisation : ressources humaines, formation, équipements, etc. Les réponses sont compilées dans une banque de données qui génère un rapport en quelques minutes. Les conclusions sont ensuite validées par un expert.

Cibler les orientations stratégiques

L'approche utilisée par la chercheuse rend l'exercice unique. «Ce qui nous distingue, c'est le fait de comparer les entreprises selon les orientations stratégiques de leurs dirigeants plutôt que par secteur. Car traditionnellement, on compare les fabricants de portes et de fenêtres entre eux. Mais cela ne tient pas la route si l'un d'eux veut devenir le plus important du monde, et l'autre, rester sur le marché local», explique Mme St-Pierre.

En 28 pages, le rapport permet donc à la PME de se mesurer à d'autres qui ont les mêmes visées qu'elle, tout en précisant ses forces et ses faiblesses. «On ne se contente pas de souligner ses vulnérabilités, mais on explique pourquoi elles en sont et comment y remédier», ajoute-t-elle. Par exemple, en suggérant à une PME d'augmenter son budget de recherche pour s'aligner sur la moyenne des organisations avec qui elle se compare. Ou en lui conseillant d'augmenter son budget de formation pour s'accorder sur les autres PME de sa catégorie.

Créé en 1997, l'outil PDG Manufacturier a fait des petits et se décline aujourd'hui en plusieurs versions qui analysent, entre autres, les PME du domaine des services, le leadership du chef de l'entreprise, sa capacité à prendre des risques, etc.

«L'objectif n'est pas de se substituer aux consultants, mais plutôt de créer des bases de données pour soutenir la recherche scientifique, indique Josée St-Pierre. Ces outils nous permettent d'avoir accès à des informations privilégiées, qu'il serait impossible de compiler avec une enquête ou autrement.»

En effet, comme la plupart des PME ne sont pas inscrites en Bourse, elles ne produisent pas d'états financiers publics. Comprendre leur fonctionnement peut donc se révéler complexe...

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour le 24/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

24/06/2022 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.