Entrevue n°306 : Alex Bandar, fondateur, Columbus Idea Foundry


Édition du 22 Octobre 2016

Entrevue n°306 : Alex Bandar, fondateur, Columbus Idea Foundry


Édition du 22 Octobre 2016

Par Diane Bérard

«Un espace de fabrication partagé, c'est comme une école Montessori pour adultes» - Alex Bandar, fondateur, Columbus Idea Foundry.

En 2015, Columbus, en Ohio, a été nommée la ville la plus intelligente du monde par l'Intelligent Community Forum. La Columbus Idea Foundry, qui exploite un espace de fabrication partagé de 60 000 pi2, fait partie des atouts qui ont fait pencher la balance. Son fondateur, Alex Bandar, a de grandes ambitions pour ce lieu à la frontière des arts, du design, de l'éducation et de la technologie. Il sera conférencier au Sommet de Montréal sur l'innovation, le 24 novembre prochain.

Diane Bérard - Columbus Idea Foundry est le plus grand espace de fabrication partagé (markerspace) du monde. Quelle est votre mission ?

Alex Bandar - Nous mettons des équipements (imprimantes 3D, machinerie pour forger le métal, etc.) à la disposition de tous les citoyens de la région qui ont envie de fabriquer quelque chose. Nous combinons le réel et le virtuel. Vous pouvez travailler le métal ou concevoir des logiciels de réalité virtuelle ou des jeux vidéo. Vous n'avez pas besoin d'avoir de l'expérience. Nous offrons des espaces et vous avez accès à une communauté avec qui échanger. Notre local est ouvert en tout temps.

D.B. - À quels besoins les lieux comme Columbus Idea Foundry répondent-ils ?

A.B. - Les espaces de fabrication partagés complètent le travail amorcé par Internet. Il existe une vidéo pour vous apprendre à fabriquer tout ce dont vous rêvez. Mais où trouver les outils et les conseils concrets pour passer à l'action ? Les Columbus Idea Foundry de ce monde comblent ce vide. Nous sommes comme une école sans en être une. Comme une usine, mais pas vraiment. Comme un incubateur, mais pas tout à fait. Et comme un club social, mais autrement.

D.B. - En quoi un espace de fabrication partagé diffère-t-il d'un Fab Lab [laboratoire de fabrication] ?

A.B. - Le Fab Lab est un concept apparu à la fin des années 1990 au MIT [Massachusetts Institute of Technology]. Il découle d'un cours intitulé «How to make everything» du professeur Neil Gershenfeld. Les Fab Lab sont généralement des espaces privés consacrés aux étudiants. Les espaces de fabrication partagés sont plutôt des écoles Montessori pour adultes.

D.B. - Que pensent les fabricants d'équipement de votre concept ? Sont-ils vos partenaires ou vos concurrents ?

A.B. - Ils suivent le mouvement avec intérêt. Ils savent que cela les concerne. Ils fournissent, par exemple, les équipements mis à la disposition des membres des huit espaces de fabrication numérique TechShop aux États-Unis. De deux choses l'une : ou bien les gens qui fréquentent les espaces de fabrication partagés n'auront jamais les moyens d'acheter leur propre équipement ; ou bien ils en achèteront un jour, lorsqu'ils migreront du prototype à la fabrication de masse.

D.B. - Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser à cet univers ?

A.B. - Je suis ingénieur. Ma formation combine la métallurgie, le génie et l'informatique. J'ai longtemps conçu des logiciels permettant aux grandes organisations (GE, Apple) de fabriquer des objets. Un jour, ma soeur, qui crée des sculptures et des bijoux, m'a invité à donner une conférence à ses élèves en art. Après quelques minutes, je me suis aperçu qu'ils en savaient plus que moi. Je ne m'étais jamais sali les mains. J'avais toujours travaillé dans un bureau climatisé. Mes connaissances n'étaient que théoriques. J'enviais ces élèves. Alors, je me suis dit qu'en réunissant des amis comme moi dans un garage, ou dans n'importe quel autre lieu, on pourrait peut-être assouvir notre désir de créer à des coûts raisonnables. Au fil de mes recherches, l'idée a évolué vers un lieu réunissant des artistes, des techniciens et des entrepreneurs.

D.B. - Columbus Idea Foundry occupe une ancienne usine de 60 000 pieds carrés. De grandes entreprises voulaient s'y installer. Pourquoi vous a-t-on choisi ?

A.B. - Notre immeuble se situe dans un quartier de la ville laissé à l'abandon. L'administration municipale l'a acheté, puis elle l'a confié à un organisme à but non lucratif (OBNL) pour qu'il l'utilise à bon escient. De grandes entreprises, dont des centres d'appels, ont voulu l'acquérir. Mais cela n'aurait pas dynamisé le quartier de façon profonde et durable. Les employés seraient venus le matin, puis seraient repartis le soir. La Columbus Idea Foundry, elle, organise des événements et des festivals régulièrement. Une communauté gravite autour de notre lieu. De plus, la moitié de nos membres sont des autopreneurs ou des entrepreneurs. Plusieurs verront leur projet prendre une telle ampleur qu'ils déménageront dans leur propre local, souvent dans le quartier. C'est cela notre effet domino.

D.B. - Comment vous y prenez-vous pour jouer un rôle économique ?

A.B. - Nous entretenons des liens avec le service de développement de la Ville de Columbus et avec les établissements d'enseignement. Avec la Ville, nous voyons comment Columbus pourrait offrir des conditions facilitantes afin que les diplômés de notre espace puissent ouvrir leur entreprise dans le quartier. On fait de même en amont avec les étudiants en art, en design et en science. On les choisit après l'obtention de leur diplôme afin qu'ils demeurent à Columbus. Notre lieu réduit les barrières à l'entrée pour lancer leurs projets de création réelle ou virtuelle.

D.B. - Quel est votre modèle de revenu ?

A.B. - Ah ! J'ai réfléchi longtemps à cette question. J'ai d'abord pensé à constituer un OBNL. Mais je n'avais pas envie de passer la moitié de mon temps à remplir des demandes de subvention. Columbus Idea Foundry est donc une entreprise à but lucratif, avec une mission sociale. Nous avons quatre sources de revenus. D'abord, nos cours, qui coûtent entre 50 et 150 $ US. Ils durent de trois à quatre heures. Ensuite, les adhésions et les frais de location de l'équipement. Nous avons choisi d'instaurer un tarif d'adhésion minimum, 35 $ US/mois, et d'ajouter un tarif de 1 à 5 $ US l'heure pour l'utilisation des équipements. Nous tirons aussi des revenus de la fabrication sur mesure pour nos membres qui n'ont pas envie de produire leurs propres prototypes. Enfin, nous louons des studios et des bureaux.

D.B. - Entretenez-vous des liens avec de grandes entreprises ?

A.B. - Oui, plusieurs entreprises du Fortune 500 s'intéressent aux espaces de fabrication partagés. Elles veulent être innovantes, mais il ne faut pas que ça perturbe trop leurs activités. Alors, elles adhèrent aux projets où naissent les tendances et elles en suivent l'évolution. Ce qui explique pourquoi nous comptons de grandes sociétés parmi nos membres. Certaines ont acheté un abonnement de groupe pour leurs employés, comme on propose des abonnements au gym. Sauf que les muscles qu'on stimule, ce sont ceux du cerveau ! Tout le monde gagne. Les grandes entreprises se tiennent au goût du jour. Les autopreneurs et les entrepreneurs développent des relations avec de grandes entreprises qui pourront, un jour, les aider à passer à la prochaine étape de leur croissance.

D.B. - Vous-même amorcez une nouvelle étape. Expliquez-nous.

A.B. - Nous ajoutons des services pour aider nos membres à faire progresser leurs idées. Au premier étage, nous maintenons notre espace de fabrication. Au deuxième étage, nos membres auront accès à du soutien pour créer leur logo et développer leur plan d'affaires et leur plan marketing.

D.B. - Quel est votre premier défi ?

A.B. - Maintenant que nous avons un modèle de revenu, il faut rester pertinents. Enseigner à notre communauté locale ce qu'elle veut apprendre tout en restant au fait des tendances internationales du «maker movement».

À la une

Lithium en territoire cri: une mine qui divise et ravive de vieilles blessures

La région autour de Nemaska possèderait l‘un des plus grands gisements de spodumène au monde.

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

04/02/2023 | François Normand

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.