Évolution et technologies dans la profession comptable

Publié le 20/11/2019 à 09:30

De comptable à conseiller d’affaires

La profession de comptable a bien évolué ces dernières années. Tributaire du virage numérique des entreprises et de leurs besoins évolutifs, les tâches comptables se diversifient sans cesse, faisant du comptable d’aujourd’hui un véritable conseiller d’affaires. Et Louis Roy, associé en certification au sein de la firme Raymond Chabot Grant Thornton, et président de Catallaxy, filiale vouée aux technologies blockchain, en sait quelque chose.

La comptabilité à l’ère du numérique

Dans le contexte de la transformation numérique, les comptables sont appelés à s’adapter aux nouvelles technologies et aux besoins des gens d’affaires qui évoluent au gré des avancées technologiques.

Comme le souligne Louis Roy, « Les comptables doivent faire preuve d’une grande agilité et surtout se montrer curieux pour les technologies de l’information (TI). Les entrepreneurs ont des besoins numériques de plus en plus complexes et les grandes sociétés comptables comme la nôtre doivent pouvoir les accompagner efficacement ».

Aujourd’hui, les technologies et les outils disponibles sur Internet fusent de toutes parts, et démocratisent, en quelque sorte, la comptabilité. Il reste que les comptables sont indispensables puisqu’ils sont régis par un ordre professionnel et répondent à un code de déontologie. Cela leur confère toute la légitimité nécessaire pour accompagner les dirigeants et pour jouer leur rôle de conseillers privilégiés dans un environnement d’affaires en pleine mutation et où le numérique est quasi omniprésent dans les activités des organisations.

Évolution de l’audit

Malgré l’évolution de la profession, certaines tâches, parmi lesquelles l’audit, ne disparaîtront pas. En effet, l’expert-comptable sera plus que jamais appelé à émettre une opinion sur la fidélité des états financiers de son client. Le rôle de l’auditeur sera également appelé à se métamorphoser : il émettra maintenant son opinion sur la sécurité d’une plateforme numérique ce qui, en ce qui a trait aux cryptomonnaies, s’avérera primordial.

La technologie blockchain et les cryptomonnaies

Le système monétaire, tel qu’on le connaît, est également en mutation et la grande majorité des gens ne sait pas comment fonctionnent les cryptomonnaies. Non seulement le comptable doit donc être un bon conseiller, mais il doit aussi être un bon vulgarisateur pour offrir un accompagnement adéquat dans la prise de décision de sa clientèle et agir comme intermédiaire entre le milieu financier, les gens d’affaires et les TI.

Le système des cryptomonnaies est lui-même appelé à évoluer. Bien qu’elles soient encore marginales, Louis Roy insiste sur l’efficience que va amener les technologies, dont les cryptomonnaies, dans notre économie, au même titre que les courriels, qui ont révolutionné nos manières de communiquer. L’intérêt grandissant des gouvernements pour les cryptomonnaies laisse présager qu’elles sont là pour rester.

Une relève branchée!

Les jeunes comptables de la relève doivent s’intéresser dès maintenant aux innovations afin de pouvoir exercer pleinement leurs futures fonctions de comptable. À cet égard, M. Roy souligne que « la profession est beaucoup plus séduisante aujourd’hui pour les jeunes universitaires inscrits au programme de comptabilité. Les possibilités qu’elle offre sont maintenant considérables. Les technologies sont omniprésentes dans les fonctions comptables et la relève pourra indéniablement contribuer à la transformation de la profession ».

Notons d’ailleurs que Raymond Chabot Grant Thornton tisse des liens très étroits avec le milieu universitaire, créant ainsi de réelles occasions de collaboration entre étudiants, chercheurs et gens d’affaires. En effet, la firme, sa filiale Catallaxy et l’Université Concordia, avec l’appui financier du Conseil national de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, ont récemment créé la première chaire de recherche industrielle en technologies blockchain au Québec.

Ce partenariat novateur permettra ainsi de mettre en commun les talents d’analystes d’affaires, de comptables, de développeurs de logiciels, d’ingénieurs et d’étudiants diplômés pour mener des études et des analyses afin d’évaluer les impacts des technologies blockchain, notamment dans le cadre des réglementations financières actuelles.

À la une

Les amendements apportés à l'accord de libre-échange nord-américain

10/12/2019 | AFP

Les conditions sur le marché du travail sont l’obstacle le plus épineux du traité.

Feu vert des démocrates américains pour l'ACEUM

Mis à jour le 10/12/2019 | AFP

Il est désormais « bien meilleur », a estimé mardi la responsable des démocrates au Congrès Nancy Pelosi.

L'ACEUM modifié est signé mais la ratification canadienne devra attendre

Mis à jour le 10/12/2019 | La Presse Canadienne

Les parlementaires canadiens ne pourront pas ratifier l’entente avant le congé de fin d’année.