Entre l'anecdote et la tendance

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Septembre 2017

Entre l'anecdote et la tendance

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Septembre 2017

Monique F. Leroux

J'ai accepté avec beaucoup de joie d'être l'Ambassadrice du mois de septembre pour Les Affaires. Ce mois de rentrée scolaire, parlementaire et de retour au travail, est, par essence, un temps fort de l'année. On élabore des plans, on se fixe des objectifs et on mobilise ses équipes. On se plonge dans une action immédiate, quotidienne... alors que le monde dans lequel on vit se transforme rapidement et profondément. C'est toute la difficulté du leadership aujourd'hui, tant sur le plan individuel qu'organisationnel. Comment prendre des décisions pouvant avoir une incidence à long terme quand même le court terme est imprévisible ?

Nous tenions pour acquis l'accès au marché américain, et nous voilà engagés dans une renégociation de l'ALÉNA. L'intelligence artificielle qu'on associait à la science-fiction est le sujet de l'heure et on réalise soudainement que Montréal est à l'avant-garde mondiale de cet extraordinaire filon. L'économie québécoise, souvent considérée comme moins performante par les analystes, connaît une étonnante poussée avec une progression du PIB de 2,9 % en rythme annualisé au premier trimestre de 2017, mieux que le Canada, mieux que les États-Unis.

L'entreprise et la communauté

Je souhaite profiter de la tribune que m'offre Les Affaires pour aborder avec vous certains phénomènes qui m'apparaissent déterminants, durables, porteurs, parfois préoccupants. Je vais essayer de voir avec vous quelles sont, dans l'effervescence actuelle, les tendances de fond qui vont redessiner notre économie et, en conséquence, notre société.

Je pense par exemple à la notion en pleine redéfinition de la responsabilité sociale des entreprises. Traditionnellement, ces dernières sont positionnées sur la voie d'évitement de la discussion sociale, bien centrées sur leur mission de production de biens et de services. Or, voilà qu'émerge l'idée que des entreprises saines naissent et grandissent dans des communautés saines et que les entreprises, pour leur propre succès, doivent avoir un effet structurant sur leur milieu. Pour mieux définir cette idée, je me permets de revenir sur les travaux du Conseil consultatif sur l'économie et l'innovation, qui vont bon train. Cette table de 32 leaders formée par le gouvernement du Québec constitue un rare exercice de réflexion de gens d'affaires, d'entrepreneurs et de leaders socioéconomiques sur la manière dont une économie plus performante peut contribuer au mieux-être des Québécois.

À l'ère des faits alternatifs

Je parlerai de l'importance si cruciale pour nos sociétés démocratiques d'avoir accès à une information libre, juste, crédible et professionnelle. La multiplication et la réverbération sans fin sur les réseaux sociaux de fausses nouvelles sont une dérive inquiétante de la révolution des communications qui affaiblit nos débats et favorise les braquages idéologiques et la perte de nuances. Alors que le monde se complexifie, nous avons besoin, plus que jamais, d'une information juste, d'un journalisme de qualité et de la science pour que les citoyens et leurs leaders puissent prendre des décisions éclairées.

Je veux m'intéresser à ce retour du protectionnisme qui m'apparaît comme une mauvaise solution à un problème mal posé, mais qui force une réflexion sur notre habileté à bâtir une économie inclusive et source de confiance dans la population.

Art et innovation

Je reviendrai sur le thème central de l'innovation, mais je l'aborderai sous un angle inhabituel. Il y a un lien sous-estimé entre une économie innovante et la vitalité du domaine des arts et de la culture. Les entrepreneurs et les artistes ont bien plus en commun qu'il n'y paraît.

En cette année anniversaire, je vous parlerai aussi de Montréal. Notre métropole attire les regards ; elle a retrouvé son élan et elle a rendez-vous avec le succès. À condition de savoir relever, ensemble, les défis qui demeurent nombreux.

Je veux enfin vous parler des femmes en affaires. De nombreuses études montrent la relation qui existe entre la présence des femmes dans les équipes de direction et la performance financière d'une entreprise. Non pas parce que les femmes sont meilleures, mais simplement parce qu'elles sont aussi bonnes que les hommes et qu'une entreprise prend de meilleures décisions lorsqu'elle sait mettre en valeur toute l'intelligence de son organisation.

Le menu est chargé, mais le vent est bon. Le Québec et sa communauté d'affaires vont dans une bonne direction.

À bientôt.

Monique F. Leroux

Présidente du conseil d'administration d'Investissement Québec, présidente du Conseil consultatif sur l'économie et l'innovation, présidente de l'Alliance coopérative internationale et vice-présidente exécutive et conseillère stratégique de Fiera Capital.

Mme Leroux est ambassadrice de Les Affaires pour le mois de septembre. Partageant ses coups de coeur et commentant nos reportages ainsi que nos événements, elle est la première de 12 ambassadeurs qui se relaieront chaque mois jusqu'en août 2018.

Envie de partager des idées et des opinions utiles à la communauté d'affaires ? Écrivez-nous à courrierlesaffaires@tc.tc


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

À la une

Le titre de SNC-Lavalin bondit au lendemain des élections

Au lendemain du scrutin, l'action de SNC-Lavalin a effectué un bond à la Bourse de Toronto.

Le parti libéral devra mettre un peu d'eau dans son vin

06:51 | AFP

«Si le parti libéral fait les concessions attendues par le NPD, on peut s'imaginer que ça durera au moins 18 à 24 mois.»

Le PDG de Nike tire sa révérence

16:39 | AFP

Il était à la tête de l’entreprise depuis 2006.