Dépoussiérer les musées grâce au mobile


Édition du 24 Septembre 2016

Dépoussiérer les musées grâce au mobile


Édition du 24 Septembre 2016

[Photo : Bloomberg]

C'est en visitant le musée Anne Frank à Amsterdam que Luc Normandin a eu la révélation : le temps des vieux audioguides des musées est terminé. L'heure est venue de dépoussiérer les musées et de les rendre branchés. L'idée de Musée mobile, une application permettant d'avoir du contenu supplémentaire sur les expositions où que l'on se trouve dans le monde, était née. Le plus difficile était cependant à venir.

«Techniquement, ça ne présente pas un grand défi», souligne Luc Normandin, fondateur et président de 2Guid, l'entreprise qui conçoit et commercialise l'application Musée mobile. L'idée derrière cette innovation : télécharger toute l'application sur son téléphone, avoir du contenu adapté aux différents musées visités dans le monde et partager ses impressions.

L'application utilise Bluetooth pour suivre les visiteurs durant l'exposition et déclencher des animations à leur arrivée dans certains endroits. Un prototype a été réalisé, puis une application plus léchée a été conçue et utilisée lors de deux expositions l'été dernier, l'une au Musée de la mode et l'autre à celui des maîtres et artisans du Québec.

Le plus difficile est de vendre l'idée aux musées. «Ils sont souvent réfractaires à une technologie pour laquelle ils ne voient pas d'emblée la valeur ajoutée, et ils ont souvent peu de ressources financières à y consacrer», observe Luc Normandin, 30 ans. Il a donc eu l'idée d'offrir son application gratuitement, dans un premier temps du moins. Il prend une part sur l'achat de l'application par les utilisateurs et propose par la suite de facturer un forfait mensuel au musée.

Nouer des partenariats

Découragée par ces obstacles, l'associée de Luc Normandin au moment de la création de 2Guid, en octobre 2015, a abandonné le navire pour se consacrer à d'autres projets.

Pour surmonter ce coup dur, M. Normandin a noué des partenariats. Actuellement consultant à temps partiel chez Timecode Lab, une agence spécialisée en marketing expérientiel, il envisage d'en devenir actionnaire et «d'y ramener Musée mobile, puisque Timecode Lab souhaite créer une branche pour les produits».

Il voit aussi plus loin que l'application imaginée au départ. «Je suis donc en train de réfléchir à faire de Musée mobile une plateforme de marketing des musées.» Cette plateforme pourrait proposer de l'achat de produits en ligne, ce qui permettrait aux plus petits musées qui n'ont pas les moyens de tenir une boutique dans leurs murs de diversifier leurs revenus.

Cette application donnerait également la possibilité de joindre de façon systématique les membres des musées pour les amener à renouveler leur cotisation annuelle et leur proposer des rabais.

À lire aussi :

Une équipe de R-D pour créer des jeux d'eau

Québec veut mieux soutenir la commercialisation des bonnes idées

«On devrait faire un effort de mobilisation collectif» - Pascal Monette, pdg de l'ADRIQ

De l'idée au produit : quatre stratégies

 

À la une

À surveiller: Open Text, BCE et D2L

09:09 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Open Text, BCE et D2L? Voici quelques recommandations d’analystes.

Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

L’intervention d’IQ survient à un moment où les finances de la société montréalaise sont sous pression.

Bourse: Toronto évolue dans le rouge à la mi-journée

Mis à jour à 12:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.Wall Street commence la semaine en repli.