Où se situe le Québec sur le plan de l'égalité des chances et des revenus ?


Édition du 17 Juin 2017

Où se situe le Québec sur le plan de l'égalité des chances et des revenus ?


Édition du 17 Juin 2017

Par Mia Homsy

Brexit, remise en cause de l'ALÉNA et popularité des partis d'extrême droite illustrent bien la montée en force du protectionnisme, qui s'accélère depuis quelques années. Si les causes expliquant l'émergence de ces mouvements sont nombreuses, un élément ressort : l'impression que la mondialisation a bénéficié uniquement à une poignée d'individus au détriment de la masse, que la libéralisation des échanges a enrichi 1 % de la population et appauvri le 99 % restant.

Aux États-Unis, l'accroissement des inégalités de revenu et la baisse de la mobilité sociale (la possibilité de réussir grâce à l'effort et au talent, indépendamment du milieu socioéconomique, autrement dit, du revenu de ses parents) ont contribué à la désillusion des citoyens. Qu'en est-il de la situation des inégalités de revenu et de l'égalité des chances (mesurée par le pourcentage du revenu des enfants attribuable au revenu de leurs parents) au Canada et au Québec ?

Le Canada à l'échelle des pays de l'OCDE

Au chapitre des inégalités de revenu, mesurées par le coefficient de Gini, le Canada se situe en milieu de peloton. Il trône cependant au sommet des pays offrant la plus grande mobilité sociale à leurs citoyens, tout juste derrière le Danemark et la Norvège et devant la Finlande. À l'autre extrémité, les populations du Royaume-Uni, de l'Italie, des États-Unis et de la Suisse sont les moins mobiles.

Le Québec à l'échelle canadienne

À l'échelle canadienne, le Québec est l'une des provinces où les inégalités de revenu sont les plus faibles, compte tenu des impôts et des transferts gouvernementaux. Toutefois, c'est ici que les inégalités de revenu avant l'intervention de l'État (donc, avant impôts et transferts) sont les plus élevées. De plus, malgré cette importante activité de redistribution et un filet social plus développé, la mobilité sociale au Québec est légèrement inférieure à celle qu'on observe dans les autres provinces (6e sur 10). Il serait opportun de voir comment l'intervention de l'État pourrait être ajustée afin d'accroître la mobilité sociale et de diminuer les inégalités de revenu avant redistribution. Cela permettrait de réduire la dépendance aux transferts gouvernementaux des citoyens dont les revenus sont les plus faibles et leur offrirait d'emblée de meilleures occasions de réussite.

Ne rien tenir pour acquis

Les Canadiens et les Québécois sont dans une position enviable par rapport aux citoyens de la plupart des pays de l'OCDE (particulièrement ceux des États-Unis) : ils vivent dans une société où les inégalités de revenu sont inférieures à la moyenne et où les enfants issus des milieux socioéconomiques défavorisés ont plus de chances d'améliorer leur situation.

Il ne faut toutefois pas tenir cette situation relativement avantageuse pour acquise. Les indicateurs de l'inégalité du revenu et de la mobilité sociale devraient être publiés régulièrement et influencer les politiques publiques. Si on ne porte pas une attention particulière à ces phénomènes, tout peut basculer et le sentiment d'injustice sociale peut rapidement émerger, comme on l'a vu juste au sud de la frontière.

EXPERTE INVITÉE
Mia Homsy est directrice générale de l'Institut du Québec (IdQ) depuis sa fondation en février 2014.

 

À la une

Lithium en territoire cri: une mine qui divise et ravive de vieilles blessures

La région autour de Nemaska possèderait l‘un des plus grands gisements de spodumène au monde.

Cinq prévisions pour l'immobilier et le bois en 2023

04/02/2023 | François Normand

ANALYSE. Fastmarkets vient de publier cinq prévisions qui affecteront plusieurs entreprises au Québec.

Elon Musk déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla

03/02/2023 | AFP

Elon Musk a été déclaré non coupable de fraude pour ses tweets sur l’action Tesla.